Votre météo par ville

Enquête Covid-19 : nos exploitations agricoles régionales mises à mal

12-08-2020

Actualité

Le service économique de la chambre d’agriculture des Hauts-de-France a lancé en mai 2020 une enquête auprès des agriculteurs de la région. Objectif : évaluer l’impact du coronavirus sur l’activité des exploitations.

Terres et Territoires - masque - coronavirus
Près de 600 exploitants ont répondu en mai à l’enquête d’opinion menée par la chambre d’agriculture des Hauts-de-France sur l’impact de la crise sanitaire. ©Pixabay

Trois mois après le déconfinement, la chambre d’agriculture des Hauts-de-France publie les résultats d’une grande enquête menée sur la crise économique liée au Covid-19. L’objectif est d’évaluer et de lister les impacts du coronavirus sur les exploitations de la région. Au total, ce sont près de 600 exploitants qui ont répondu en mai à cette enquête d’opinion.

Chiffres d’affaires en berne

Résultats : 78 % des agriculteurs estiment que le Covid-19 a eu un impact sur leurs activités. 90 % des répondants ont observé une baisse de leur chiffre d’affaires lors des deux mois de confinement. Les raisons invoquées sont la hausse des charges en amont, pour 41 % des répondants, des difficultés d’approvisionnement, pour 31 % d’entre eux, et l’arrêt de certaines activités, pour 15 % des cas. Une réduction des prix d’achat, avec une baisse des volumes vendus et des débouchés perturbés n’ont pas facilité les échanges.

Terres et Territoires - infographie enquête Covid-19
Infographie. ©ChambreAgricultureHDF

Disparités selon les filières

Près de 60 % des agriculteurs ont rencontré des difficultés pour écouler leurs productions. Ce phénomène est causé par la baisse des prix de vente (pour 39 % des répondants), l’absence de débouchés nationaux et locaux (pour 34 % d’entre eux) et pas de débouchés internationaux (30 % des agriculteurs).

Les filières les plus touchées seraient celles équines, du lin et de la viande bovine. Celles qui, au contraire, ont vendu davantage sont les filières du maraîchage, de la volaille et des porcs.

Comme pour les impacts, l’état d’esprit diffère selon les productions. 9 % des agriculteurs interrogés sont optimistes pour l’avenir. Ils travaillent bien souvent dans les filières de maraîchage, dans les circuits courts ou exploitent moins de 50 hectares.

…et selon la taille de l’exploitation

A contrario, 35 % des agriculteurs sont pessimistes. Ce sont essentiellement les producteurs de betteraves, de lin, de pommes de terre et de volailles. Les centres équestres, les producteurs de céréales, d’oléoprotéagineux, de viande ou de lait restent, eux, en majorité dans l’incertitude, comme une très grande partie des agriculteurs qui ont répondu à cette étude.

« Plus les exploitations sont grandes, plus le pessimisme est marqué. 40 % des exploitations de plus de 200 hectares interrogées sont pessimistes, analyse la note de la chambre d’agriculture. A contrario, 15 % des exploitations de moins de 50 hectares interrogées sont optimistes. 19 % des exploitations en circuits courts interrogées sont optimistes. »

Avec cette crise, presque un agriculteur sur deux a remis en question ses projets.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Découverte d’un nouveau foyer d’influenza aviaire ce week-end
Ce week-end, un nouveau foyer d’influenza aviaire a été découvert sur la commune de Winnezeele. Le 26 novembre, un [...]
Lire la suite ...

David Saelens, nouveau président de la section Nutrition Animale de La Coopération Agricole
A l’issue d’un conseil de section, les membres de La Coopération Agricole Nutrition Animale ont élu, le 1er décem [...]
Lire la suite ...

L’assurance récolte officiellement lancée
Le Gouvernement a présenté le 1er décembre, le projet de loi sur l’assurance récolte en Conseil des ministres. Av [...]
Lire la suite ...

La Flandre mise sur la pomme de terre
Lors de son assemblée générale annuelle, la coopérative La Flandre a présenté ses résultats, adossés au groupe N [...]
Lire la suite ...

Annulation de la fête de la dinde à Licques
La Covid-19 aura eu raison de la fête de la dinde pour la deuxième année consécutive. En effet, l’événement, [...]
Lire la suite ...

« L’Union européenne veut devenir une puissance normative »
Lors de la session de la chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais organisée le 29 novembre, Thierry Pouch, économi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires