Votre météo par ville

Lin : la récolte des semences bat son plein

06-08-2020

Actualité

Culture

En plein rouissage, sous le soleil tapant de ces derniers jours, les lins situés sur la bordure du littoral ont subi l’écapsulage. La période débute dans notre région. Reportage.

lin rouissage écapsulage machine La Linière
En récoltant les semences, la machine retourne le lin avant de le battre pour récupérer les graines. © DR

Du soleil, peu de vent et une légère humidité. Les conditions météorologiques sont réunies pour procéder à l’écapsulage des lins. Le but ? Récolter les graines emprisonnées dans la capsule située à l’extrémité de la plante lorsqu’elle est en plein rouissage. Autrement dit, durant l’étape de séchage du lin sur le sol après sa coupe où il devient roux.

« Chaque année, le long de la bordure maritime, nous écapsulons les lins disponibles, explique Adrien Delrue, technicien à la coopérative La Linière dans le secteur de la Flandre maritime. C’est ici que nous obtenons les meilleurs rendements de graines. Le climat et le terroir sont idéaux. Le temps sec permet à la machine d’éclater la capsule facilement et ainsi d’obtenir les graines rapidement. »

Ici, le lin se cultive à la fois pour sa fibre et pour ses graines, à raison d’un rendement moyen d’une tonne de graines par hectare. Si le programme de culture est exactement le même que s’il faisait uniquement de la fibre, pour pouvoir valoriser la semence, l’agriculteur doit être encore plus précautionneux.

« Il doit être attentif au salissement de sa parcelle par les adventices afin d’éviter de polluer les graines récoltées, ajoute le technicien. Un contrôle à la floraison est réalisé par le Gnis (Groupement national interprofessionnel des semences et des plants) pour évaluer la pureté de la parcelle. Elle est déterminée par le nombre de fleurs blanches, signe d’une mutation génétique. »

Garder le pouvoir germinatif

L’écapsulage est une opération qui demande de la précision sans quoi, la fibre du lin peut être altérée. Car il ne faut pas léser la destination première du lin : le textile. Avec l’écapsulage au champ, l’agriculteur valorise les graines à hauteur de 1 000 €/ha, selon la coopérative. Outre la qualité de la filasse, le risque est que le lin soit retourné accidentellement par le vent.

« Lorsque le lin est retourné et écapsulé, il perd 15 % de son pois. Il est donc plus sensible au vent, raconte Adrien Delrue. Autre effet, le lin rouit plus rapidement. L’agriculteur doit être aux aguets. » Qu’il soit écapsulé au champ ou au teillage, le principal défi est de garder le pouvoir germinatif de la graine. Et plus elle passe de temps au soleil, plus elle en perd. En cette période, dans les Flandres, on ne perd donc pas de temps pour écapsuler et trier la récolte.

Pour écapsuler, une machine vient retourner le lin en plein rouissage et en profite pour séparer la tige de la capsule. Cette dernière est alors battue et les graines qui en tombent sont emmenées vers une trémie. « L’agriculteur n’a plus qu’à livrer la récolte dans une benne chez le trieur de grains de la région », illustre le technicien. Cette année, les rendements semblent corrects, malgré l’état hétérogène du lin dans certains secteurs.

Terres et Territoires - Lin
Le principal défi est de garder le pouvoir germinatif de la graine. ©Pixabay

Des graines fragiles

Au centre de tri, où la poussière s’évacue par les portes du bâtiment en cette pleine période de récolte, « les graines sont traitées par lot de réception pour assurer la traçabilité », explique Franck Brygot, responsable de l’établissement éponyme, spécialisé dans le tri des graines de lin.

« La graine de lin est très sensible, explique le responsable en montrant une poignée de graines. Lorsqu’elle est battue au champ, il reste beaucoup de débris de capsules car nous ne voulons pas l’abîmer et perdre son pouvoir germinatif. »

C’est au centre de tri que tout se joue. Avant d’être triées finement, les graines sont analysées et nettoyées. « Parfois nous sommes obligés de les sécher quand le taux d’humidité est supérieur à 10,5 %, précise Franck Brygot. À chaque benne reçue, nous réalisons les tests de PMG (poids de mille grains, ndlr), d’humidité et autres caractéristiques. » Les producteurs stockent ensuite les graines jusqu’en septembre.

Retirer les adventices

À l’automne, lorsque le centre n’est plus approvisionné, les graines repassent sur le billard. Rebelote. Elles passent dans un tamis. Puis, on les souffle et on les analyse grâce à un trieur optique.

« L’objectif est de retirer les graines d’adventices, celles immatures ou celles qui ne germeront pas, illustre le chef d’entreprise qui s’appuie sur trois chaînes de triage. Nous avons une certification afin de garantir l’état sanitaire des semences et une germination minimale de 92 %. »

Les semences sont ensuite prêtes à être enrobées de zinc (pour éviter la carence de la plante) et de produits de biosynthèse (pour lutter contre les champignons). Elles sont également colorées, pour mieux les voir dans la terre. Ne reste plus qu’à les envoyer dans les 13 départements français producteurs de lin, et c’est reparti pour un tour !

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Herbe : Le salon professionnel se prépare
La douzième édition des journées de l'herbe aura lieu les 30 juin et 1 juillet dans l'Avesnois. Un salon qui se veut [...]
Lire la suite ...

Un partenariat pour booster les protéines de lait
La Prospérité fermière-Ingredia et l'Inrae ont lancé au printemps une chaire industrielle commune pour mener un prog [...]
Lire la suite ...

Pois : Les enjeux de sélection des protéagineux
Les acteurs de la filière des pois protéagineux étaient réunis, vendredi 10 juin, à Auchy-lez-Orchies à l'initiat [...]
Lire la suite ...

Les conseils d’un coach de chez Résiliens pour améliorer le moral des agriculteurs
Face à l'incertitude et au stress, la réaction de chacun pourrait être d'attendre que la situation passe. Emmanuelle [...]
Lire la suite ...

La Flandre : La coop met le cap sur la pomme de terre
Lors de sa journée technique du 17 juin au silo de Socx, la coopérative La Flandre a présenté les débuts de la con [...]
Lire la suite ...

Ail fumé : Un bon bilan mais des inquiétudes
Lundi, le groupement des producteurs d'ail fumé d'Arleux, reconnu par une indication géographique protégée (IGP), s' [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires