Votre météo par ville

Les liniculteurs interpellent les députés sur la situation de crise

22-07-2020

Actualité

C’est tout frais

Les producteurs de lin craignent pour l’avenir de leur filière. Celle-ci subit les conséquences de l’épidémie mondiale et du ralentissement des échanges de marchandises.

Les députés portent symboliquement une écharpe en lin, en soutien à la filière, le 21 juillet 2020. © CELC

La Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC) en appelle à la « fibre citoyenne ». Dans un communiqué du 21 juillet 2020, le syndicat a invité l’ensemble des députés de l’Assemblée nationale à soutenir la filière lin, « touchée durement par la crise du Covid-19. » Les risques encourus sont nombreux, fait part la structure : arrêt des exportations, risque de chute des prix, problèmes de stockage…

Lire aussi notre article : Covid-19 : une onde de choc « globale et durable » pour le lin

Des élus vêtus de lin

Les députés semblent en tout cas, pour certains, déjà bien au courant de la situation. Plusieurs d’entre eux, dont Jennifer De Temmerman et Paul Christophe, élus du Nord, ont en effet écrit au Premier ministre, au ministre de l’Agriculture et de l’Alimentation, ainsi qu’au ministre de l’Économie et des Finances. Objectif ? Les sensibiliser aux difficultés rencontrées par la filière et proposer des pistes de réflexions. 

Achats asiatiques en forte baisse

Lors des questions à l’Assemblée nationale au gouvernement le 21 juillet, Xavier Batut, député de Seine-Maritime, a rappelé à Julien Denormandie le sujet de la chute des achats asiatiques de fibre de lin. « L’Asie a brutalement cessé ses commandes », a alerté le député, demandant au ministre de l’Agriculture quelles mesures il pourrait prendre.

De fait, les commandes de l’Asie sont arrêtées, or l’Asie représente 90 % du débouché du lin français (et l’Europe 10 % seulement), confirme la Confédération européenne du lin et du chanvre. Le ministre a répondu sur les grandes lignes, en misant sur « l’accord historique signé cette nuit car il permet de préserver le budget, de conforter la politique agricole commune, et de financer la transition écologique ». « Il faut pousser la promotion du lin », a conclu le ministre, montrant la cravate en lin qu’il avait mis ce jour.

En signe de soutien, plusieurs autres élus de l’hémicycle portaient une écharpe en lin ce 21 juillet.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
« Déployer une stratégie syndicale de conquête »
Le 75e congrès de la FNSEA se déroule à Niort, dans les Deux-Sèvres, du 21 au 23 septembre. Retour sur la présentat [...]
Lire la suite ...

Ferme des 1000 vaches: le Conseil d’Etat déboute les porteurs du projet
Dans une décision rendue le 23 septembre, le Conseil d’État a rejeté le pourvoi de la société exploitant la Ferme [...]
Lire la suite ...

Une nouvelle solution connectée pour faciliter le suivi cultural des agriculteurs
Du nouveau pour l’agriculture connectée : Semences de France a intégré Météoscope à l’application Sencrop. [...]
Lire la suite ...

Raviver la flamme du four à pain
Édifice datant de 1817, le four à pain de Thérouanne dans le Pas-de-Calais a été sélectionné, fin août, par le l [...]
Lire la suite ...

Mais que fait la police (rurale) ?
Dans les communes patrouille une sentinelle bien particulière : la police rurale. Peu connue, elle est pourtant au pl [...]
Lire la suite ...

Bilan de la moisson régionale
La moisson s'est terminée début septembre dans le Nord et le Pas-de-Calais. L'heure est au bilan avec les différents [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires