Votre météo par ville

À la recherche du temps passé d’un certain Charles de Gaulle

03-03-2020

Actualité

Hors-champ

Alors que sort au cinéma, le mercredi 4 mars 2020, le film De Gaulle, un vaste chantier est entrepris rue Princesse, à Lille (59). Il entend recréer l’ambiance dans laquelle a grandi le jeune Charles.

Charles de Gaulle est un nom porteur. Ce serait même LA personnalité qui a le plus marqué l’histoire de France pour 59,3 % des interrogés d’un sondage en 2018.

Le Département du Nord s’en est bien rendu compte en reprenant il y a six ans la gestion de la maison où est né le petit Charles, un certain 22 novembre 1890. Avec un peu de communication, le nombre de visiteurs a tout simplement doublé. Il est passé de 10 000 à 20 000 personnes !

C’est beaucoup pour cette vieille maison, union de trois habitations au XIXe siècle. La bâtisse commençait à montrer des signes de fatigue inquiétants : planchers fissurés, murs lézardés… C’est la structure même de l’habitation qui avait besoin d’être consolidée. Face à un chantier de 2,5 millions d’euros, le Département veut faire coup double : consolider le bâtiment tout en retrouvant « la vérité d’atmosphère qu’a connue tout petit Charles de Gaulle dans cette maison », explique Étienne Poncelet, l’architecte en chef des Monuments historiques, qui supervise ce chantier.

Difficile de trouver des témoins ou des visuels de l’époque pour avoir une base de travail. C’est en décortiquant l’intérieur de cette maison, épaisseur après épaisseur, que les spécialistes tentent de retrouver cette ambiance de la fin du XIXe siècle.

« Il y a une vraie stratification de constructions et d’usage des pièces avec jusqu’à cinq couches de faux marbres dans la cage d’escalier, par exemple, détaille Étienne Poncelet. Le but est de définir quel décor était présent lorsque Charles de Gaulle fréquentait le lieu. »

Doubler le nombre de visiteurs

Grâce à ce chantier, les futurs visiteurs pourront découvrir de nouvelles pièces. La cuisine, le cabinet de toilettes, le jardin d’hiver ou encore la chambre de la grand-mère, Julie Maillot.  » Presque chaque semaine, nous faisons des découvertes. Comme ce journal de la Libre Belgique sous la tapisserie dans la chambre natale. Ou enocre ces annotations manuscrites sous un autre papier peint « , s’enthousiasme Étienne Poncelet.

Une course contre la montre est engagée. Tout doit être terminé pour le mois de novembre 2020, qui marque le 130e anniversaire de la naissance de Charles de Gaulle. Une inauguration « en présence du Président de la République » devrait avoir lieu, promet Jean-René Lecerf, président du Département, avant la réouverture au public. L’ambition est tout simplement de doubler le nombre de visiteurs.

Claire Duhar

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Une enquête sur l’impact économique du Covid-19 dans la filière équine
La filière cheval a élaboré un questionnaire pour mesurer l’impact économique de la crise sanitaire sur les en [...]
Lire la suite ...

Fleurs cherchent débouchés pour s’épanouir
Privés de vente depuis l'instauration du confinement le 17 mars, les horticulteurs continuent de chérir leurs plantes [...]
Lire la suite ...

Elle assiste à son premier vêlage à 22 mois
Confinement oblige, Chiara, 22 mois, vient d'assister à son premier vêlage à la ferme de ses parents située dans le [...]
Lire la suite ...

En direct : la Région élabore son plan de crise
C’est dans des circonstances tout à fait inédites, comme tout ce que nous vivons actuellement d’ailleurs, [...]
Lire la suite ...

Carte interactive, solidaire et agricole
En cette période de crise, les habitudes sont chamboulées. Des agriculteurs cherchent de nouveaux canaux de distributi [...]
Lire la suite ...

Covid-19 : Un numéro vert pour les agriculteurs
Les chambres d’agriculture des Hauts-de-France ont lancé un numéro vert pour accompagner les agriculteurs dans l [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires