Votre météo par ville

Élevage. En avant la meuh-sique

20-06-2019

Actualité

Hors-champ

La musique adoucit les mœurs, c’est vrai chez les animaux comme chez les humains. Qu’en est-il dans l’étable ?

© John Devlin

Installées dans leur bâtiment à Landrecies (59) dans l’Avesnois, les 55 blondes d’Aquitaine d’Olivier Trotin ne ratent rien de l’actu locale ni de la dernière chanson en vogue sur les ondes. Et pour cause : elles vivent au diapason de France Bleu Nord.

« Mon père a toujours mis de la musique à nos bêtes. J’ai continué, explique l’exploitant installé depuis 2016. C’est bien utile pour adoucir leur comportement, notamment pendant certaines manipulations. Comme ça, elles n’entendent pas claquer les cornadis. »

Depuis sa ferme laitière des Quatre vents à Roncq (59), Caroline Piat confirme : « Nous avons commencé à mettre la radio en salle de traite il y a dix ans, en rejoignant le réseau du Savoir vert, pour habituer les vaches à vivre avec un bruit de fond. Aujourd’hui on ne sait plus faire sans ! Quand on l’éteint, il manque quelque chose, pour les vaches comme pour nous. C’est aussi très pratique lors des chantiers d’ensilage : on met la radio un peu plus fort afin que le troupeau ne soit pas perturbé par les bruits du tracteur. »

Un fond sonore de 40 dB

Les effets de la musique comme « bruit de fond » sont connus pour apaiser les animaux. « De manière générale, approuve Anne Aupiais, éthologue à l’Institut de l’élevage, nous conseillons aux élevages d’apporter un fond sonore de 40 dB pour que les animaux n’entendent pas trop les bruits de salle ou de robots de traite. » Mais elle nuance : « Les bovins sont des animaux d’habitude : si les bruits sont habituels ils s’en accommodent. »

Si la musique adoucit incontestablement les mœurs humaines comme bovines, ses effets sur la production de lait restent un sujet assez obscur. « C’est un thème peu étudié en France, reconnaît l’experte en bien-être animal, la question a été étudiée en abattoir dans la filière porcine, où les systèmes de contention très bruyants sont source de stress. Mais concernant les bovins, s’il existe des études, c’est plutôt au niveau international. »

R.E.M plutôt que Jamiroquai

C’est en effet outre-Manche que la question a été étudiée de façon plus poussée, il y a 18 ans. En 2001, Adrian North et Liam MacKenzie – deux psychologues de l’université de Leicester connue pour son étude de l’effet de la musique sur les humains – ont fait écouter pendant neuf semaines différents styles musicaux à un troupeau de 1 000 holstein : musique douce ou rapide* (ou pas de musique du tout) pendant 12 h par jour, de 5 h du matin à 5 h de l’après-midi.

Résultat : « Les vaches répondent à un environnement musicalement plaisant en produisant plus de lait. Nos statistiques révèlent que leur production pourrait être augmentée de 3  % en jouant certains types de musique », résume Adrian North.

Là où, sans musique, les vaches testées lors de cette étude produisaient en moyenne 23,89 litres/jour, avec une musique douce cette moyenne augmentait de 3  % pour atteindre 24,10 litres/jour. Elle baissait en revanche légèrement à 23,37 litres/jour lorsque la musique était rapide.

Bien qu’à l’instar des professeurs d’aérobic, les vaches soient plus influencées par le rythme du morceau que par l’artiste, le troupeau testé semble avoir des goûts musicaux précis, plébiscitant par exemple R.E.M et Aretha Franklin plus que Jamiroquai. Des préférences que semble aussi remarquer Olivier Trotin dans l’Avesnois : « Mes vaches sont plus calmes avec de la musique. Mais selon la radio, leur comportement n’est plus le même. Avec Fun Radio par exemple, elles sont un peu plus agitées… » Les fans de Jul ou Maître Gims apprécieront.

Lucie de Gusseme et Laura Béheulière

* Musique douce : – de 100 pulsations par minute. Musique rapide : + de 120.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires