Votre météo par ville

Expo : Sur le front, ils ont photographié la guerre

19-05-2021

Actualité

Hors-champ

À Souchez (62), en bas de la colline de Notre-Dame-de-Lorette, le centre d’Histoire du Mémorial 14-18 consacre une exposition à la photographie durant la Grande Guerre. Des centaines d’images retracent le conflit qui a meurtri le Nord et le Pas-de-Calais.

expo guerre Souchez SP
Mathilde Bernardet, commissaire de l’exposition et médiatrice culturelle au centre d’Histoire du Mémorial 14-18. © SP

Une image vaut mille mots. Cet adage se vérifie bien souvent avec les photos d’archives datant de la Première Guerre mondiale. Les combats, qui ont eu lieu dans le nord de la France entre 1914 et 1918, marquent un tournant majeur dans l’usage de la photographie. En moins de quatre années, elle s’impose comme un outil d’information de masse. Des milliers de clichés sont pris, sur le champ de bataille comme à l’arrière du front, par des photographes officiels ou amateurs, reflétant la mobilisation de toute une société.

Construit en 2015 dans la plaine de l’Artois, à Souchez (62), le centre d’Histoire du Mémorial 14-18 rend hommage à cette photographie de guerre. L’exposition « Derrière les images. Photographier la guerre » révèle le parcours d’une photographie pendant la Grande Guerre, depuis sa production jusqu’à sa diffusion et son héritage contemporain, à travers une sélection de prises de vues issues des fonds de l’Ecpad (Établissement de communication et de production audiovisuelle de la Défense).

expo guerre Souchez SP
Scènes de vie sur le front. © SP

Photos officielles

En 1914, le début de la guerre se déroule sans images officielles de l’État. C’est avec l’installation du conflit dans la durée que le gouvernement et l’armée française prennent conscience de l’intérêt de la photographie dans leurs efforts de propagande contre l’ennemi et mettent en place leurs propres outils de production et de diffusion des images en créant la Section photographique des armées (SPA) le 9 mai 1915.

expo guerre Souchez SP
Le premier appareil photo de poche Kodak, utilisé par quelques soldats dans les tranchées. © SP

« Les premiers photographes professionnels de guerre sont alors recrutés, explique Mathilde Bernardet, commissaire de l’exposition. Ils sont les seuls autorisés à photographier la guerre, reçoivent des missions bien précises et sont encadrés sur le terrain. Beaucoup de photos montrent les dégâts liés aux combats (ruines, destructions) dans le but de faire payer l’Allemagne à la fin du conflit… Dans les tranchées, les soldats posent devant l’objectif, l’uniforme propre. »

Ces portraits étaient sélectionnés par les autorités pour représenter le front sans susciter la peur en province et rassurer les Alliés. Des dizaines de photographies en grand format plongent néanmoins le visiteur dans les coulisses de cette guerre effroyable. On y aperçoit plusieurs communes du Nord et du Pas-de-Calais, ou ce qu’il en reste à cette époque : Neuville-Saint-Vaast, Ablain-Saint-Nazaire, Le Cateau-Cambrésis, Lens… « Nous avons souhaité garder une approche locale à travers les photos que nous avons choisies », poursuit la responsable.

expo guerre Souchez SP
Photos aériennes prises à des fins militaires. © SP

Photos amateurs

Si la photographie non officielle est interdite par l’armée, elle reste largement pratiquée en sous-main par des amateurs. Les progrès techniques d’avant-guerre permettent pour la première fois aux « poilus » de documenter visuellement leur expérience. « La photographie était déjà bien ancrée dans les habitudes des Français à l’époque et quelques soldats, de familles bourgeoises notamment, avaient embarqué un appareil photo portable », indique Tiphaine Rin, co-commissaire.

Ces photographies sont aujourd’hui des témoignages puissants qui ont contribué à forger les représentations, les connaissances du conflit et la mémoire. « Elles dépeignent davantage les moments de vie quotidienne entre camarades et de détente, mais aussi les horreurs de la guerre avec quelques rares images d’assaut, les cadavres, les enterrements à la hâte ou les blessés », remarque Mathilde Bernardet.

expo guerre Souchez SP
Le musée situé au milieu des anciens champs de bataille de l’Artois. ©SP

Si la majorité des photographies de la Première Guerre mondiale sont en noir et blanc, l’image en couleurs existe déjà grâce à la technique de l’autochrome, procédé inventé par les frères Lumière au début du siècle. « Cette méthode est moins utilisée car les images ne sont pas reproductibles pour être diffusées », note Tiphaine Rin. Toutefois, ces photographies couleurs abordent la guerre d’une autre manière, la rendant plus réelle, presque palpable. L’exposition « Derrière les images. Photographier la guerre » est visible au centre d’Histoire du Mémorial 14-18 jusqu’au 11 novembre 2021.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires