Votre météo par ville

Sensibilisation : Chouette, voilà des hiboux !

17-03-2023

Actualité

Hors-champ

Le mois de mars est dédié à la sensibilisation aux rapaces nocturnes. Les rendez-vous se multiplient sur le territoire à l’occasion de la Nuit de la chouette. Une façon de mieux comprendre, pour mieux protéger, des espèces peu observables et pourtant bien présentes.

Chouette effraie, aussi appelée Effraie des clochers ou Dame blanche. Elle vit plus près des hommes et son cri, un sifflement singulier, a participé à sa réputation macabre. © CREATIVE COMMONS

« Chrrriih ! » Un sifflement effrayant transperce la nuit. C’est le cri typique de la chouette effraie, ou effraie des clochers. L’une des six espèces de rapaces nocturnes observables dans les Hauts-de-France, sur les neuf présentes en France. Celle-ci niche généralement dans les vieilles granges ou, comme son nom l’indique, dans les clochers.

Sa pâleur lui a donné un autre surnom également : la Dame blanche, qui convoque sa ribambelle de fantasmes et de mythes. Figurez-vous qu’au Moyen-Âge, apercevoir une chouette effraie annonçait un décès dans la famille, et que pour conjurer le mauvais sort, on les clouait sur les portes des granges ! Alors on est bien loin de ces procès en sorcellerie, mais on ne connaît toujours pas assez bien ces espèces nocturnes.

Mars, un chouette mois

C’est le point de départ de la Nuit de la chouette : expliquer. Pourquoi en mars ? « Parce que c’est la période de reproduction, donc celle où ils seront les plus territoriaux et où il nous sera le plus facile de les entendre  », indique Marie Lescoutre, technicienne patrimoine naturel et biodiversité au Parc naturel régional de l’Avesnois. Car pour « observer » les rapaces nocturnes, on fait généralement « repasse », c’est-à-dire qu’on diffuse les cris auxquels les espèces présentes répondront pour marquer leur territoire. « Un protocole établi par la Ligue de protection des oiseaux (LPO) que nous respectons strictement : une ou deux diffusions maximum pour déranger un minimum les individus », précise la technicienne.

Les parcs naturels organisent, avec la LPO, ce mois de sensibilisation depuis 25 ans maintenant. Du côté de l’Avesnois comme de celui du Pas-de-Calais, toutes les sorties proposées affichent complet : des ateliers et des sorties d’observation organisés dans la région afin d’apprendre à mieux connaître les espèces et de comprendre leurs habitudes, pour mieux les protéger. Séance de rattrapage.

Six espèces protégées

Six espèces sont recensées dans le Nord-Pas de Calais sur les neuf qu’abrite le territoire national : la chouette effraie, ou effraie des clochers ; la chouette hulotte ; la chouette chevêche, ou chevêche d’Athena ; le hibou moyen duc ; le hibou grand-duc et le hibou des marais. On observe davantage cette dernière espèce, c’est logique, du côté de l’Audomarois. L’Avesnois abrite, lui, un plus grand nombre de chouettes chevêches, qui affectionnent les paysages de vergers et bocages. Ces espèces ont pour point commun de chasser la nuit, même si certaines comme la chevêche sont observables en journée, et développent de fait des caractéristiques liées comme de grands yeux qui favorisent la vision nocturne. Si toutes possèdent leur habitat privilégié – clochers pour l’effraie, marais pour le bien nommé hibou des marais, arbres pour la chouette hulotte… ils sont notamment menacés par la disparition de ces abris.

Et le premier conseil est de conserver des arbres, des haies ou des bosquets qui, s’ils ne forment pas l’abri de toutes les espèces, sont essentiels à leur survie. Car pour chasser, les rapaces ont besoin de perchoirs. Et s’ils n’existent pas à l’état naturel, on peut aussi en installer.

Ces espèces protégées peuvent se révéler d’excellents auxiliaires de cultures. La chevêche, plus petite, se nourrit essentiellement d’insectes. Les autres espèces, chouette effraie en tête, optent volontiers pour les petits mammifères : souris, campagnols, musaraignes…

On compte en moyenne trois proies par pelotes de réjection, et trois pelotes par nuit. Ce qui fait plus de 3 000 proies par an et, si vous multipliez par cinq soit la composition moyenne d’une famille, plus de 16 000 proies avalées chaque année.

Bas les pattes

Outre le maintien ou l’installation de nichoirs et perchoirs, quelques bons réflexes à adopter à commencer par la non-intervention. Les naissances vont se multiplier au printemps et les petits vont se retrouver au sol, pour beaucoup : « Ils grandissent et ça finit par manquer de place dans les abris, les jeunes décident alors de quitter le nid. Ils ne sont pas autonomes pour autant, ne savent pas forcément bien voler ni se nourrir seuls. Les parents vont continuer à s’occuper d’eux… sauf si on les ramasse », explique Aurélie Delaval, directrice de la LPO 62.

En gros, si vous voyez des petits (reconnaissables à leurs plumes duveteuses), ne les touchez pas à moins qu’ils ne soient visiblement blessés, que leurs parents soient morts à leurs côtés ou qu’ils soient en danger immédiat. Dans ce dernier cas, il sera préférable de les placer dans un carton suspendu à un arbre.

En cas de blessures, notamment suite à une collision avec une voiture, il est recommandé de mettre l’animal dans un carton percé et de ne pas lui donner à boire ou à manger avant diagnostic. Encore un conseil avec les propriétaires de cheminées, qui peuvent devenir de vrais pièges pour les rapaces qui y descendront sans pouvoir remonter : installer une grille à l’entrée du conduit.

Dernier danger pour ces espèces : la bioaccumulation, ou contamination de la chaîne alimentaire. Les produits phytosanitaires, ingérés par les micromammifères à leur tour consommés par les rapaces viennent empoisonner la faune sauvage dans son ensemble. Une raison de plus d’en faire un usage raisonné, voire nul dans l’idéal. 

Justine Demade Pellorce

Le réseau SOS Faune sauvage, de la Ligue de protection des oiseaux, assure une permanence téléphonique au 07 72 22 51 40.

Lire aussi : Oiseaux : Pourquoi et comment les compter ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Pévèle : Suite aux orages de grêle, visite sur le terrain pour une demande de reconnaissance ISN
Le 9 juillet, la Pévèle était touchée par la grêle. La DDTM s'est rendue ce 17 juillet sur le terrain pour évalu [...]
Lire la suite ...

Numéro 373 : 12 juillet 2024

Série de l’été : La Lys et sa vallée alluviale (3/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Climat. Antoine Rabain (Geckosphere), apôtre de la neutralité carbone
À 43 ans, Antoine Rabain est à la tête de Geckosphère. Il met son expertise sur le climat au service de ceux qui veu [...]
Lire la suite ...

Agence de l’eau : Isabelle Matykowski nommée directrice générale
Isabelle Matykowski a été nommée directrice de l'Agence de l'eau Artois-Picardie. À l'occasion de sa prise de foncti [...]
Lire la suite ...

À Lorgies, Le Pôle Légumes recense sa biodiversité
Quelles sont les infrastructures agroécologiques les plus bénéfiques à la biodiversité ? La production agricole es [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires