Votre météo par ville

Légumes : Une nouvelle marque sur les étals

08-06-2022

Actualité

Culture

Promouvoir et valoriser les légumes et ceux qui les produisent : c’est l’objectif de la création de la nouvelle marque Maraîchers des Hauts-de-France qui sera opérationnelle dès le mois de septembre prochain.

Bernard Coupet est producteur de légumes et grandes cultures à Richebourg. Ses légumes se vendront bientôt sous l’étiquette Maraîchers des Hauts-de-France. © L. T. 

Gammes pot-au-feu ou ratatouille, foire aux choux, citrouilles pour Halloween : Olivier Hirel a déjà en tête quelques opérations commerciales en magasin qui mettront toute la lumière sur les légumes régionaux de la nouvelle marque Maraîchers des Hauts-de-France. « Nous prévoirons aussi des opérations de soutien de marché en cas d’engorgement », ajoute le directeur de la filière légumes de Perle Union.

Cette nouvelle marque est le fruit d’une réflexion entreprise en 2018 par les 250 producteurs des coopératives adhérentes à Perle Union et confirmée par une étude auprès des consommateurs. La finalité ? « Offrir de nouveaux débouchés à nos maraîchers pour valoriser leurs productions et pérenniser ainsi leurs exploitations », précise Olivier Hirel.

Améliorer la visibilité des légumes en magasin

Les arches mettront ponctuellement toute la lumière sur les légumes de la marque Maraîchers des Hauts-de-France. © Perle Union

À Richebourg (62), Bernard Coupet, producteur de légumes (choux-fleurs, choux pommés, blanc, rouge, courgettes) et grandes cultures, siège aux conseils d’administration de Perle Union et du Marché de Phalempin.

« Nous, les producteurs, avons souhaité nous faire reconnaître, mutualiser nos moyens, pour l’emballage par exemple, et avoir une visibilité auprès des consommateurs », explique-t-il. Si les endives ont su se structurer il y a quelques années, les légumes locaux souffrent d’un manque de visibilité en rayons.

« On a la chance d’avoir une quarantaine de fruits et légumes différents, en agriculture biologique et conventionnelle, et tout au long de l’année », indique Olivier Hirel, qui annonce 38 000 tonnes de légumes (hors endives) et de fruits commercialisés chaque année.

Une offre clé en main pour les magasins

Structuration de l’offre, organisation et planification de la production, accompagnement et conseil technique, mise en place d’un agréage commun, développement des ventes, conquête de nouveaux marchés sont imaginés pour déployer cette nouvelle marque.

Les maraîchers des coopératives Marché de Phalempin, Marché de Saint-Omer et Capendive, toutes trois adhérentes de Perle Union aux côtés de Primacoop et Endives du Valois, entendent ainsi capitaliser sur l’expérience acquise dans la valorisation des endives pour déployer commercialement leur gamme.

« La force de la marque Maraîchers des Hauts-de-France est la création d’un corner avec une offre clé en main pour le magasin qui ne perdra pas de temps, reprend Olivier Hirel. Les produits en rayons seront identifiables à distance ». Concrètement, une arche mettra ponctuellement un coup de projecteur sur les légumes, qui se retrouveront également en rayons, estampillés du nouveau logo de la marque.

Portés par le contexte économique et sociétal favorable qui met en avant l’origine France, le « consommer local » et la tendance à la hausse de l’alimentation végétale, les maraîchers de Perle Union sont convaincus du potentiel de production de leur territoire.

Les Hauts-de-France se positionnent comme la première région française productrice de légumes. Elle est notamment en tête pour l’oignon, et au second rang pour le chou-fleur et le poireau. 

Louise Tesse

Lire aussi : Fraises : Trouver des débouchés rémunérateurs

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Numéro 281: 23 septembre 2022

César Losfeld au service de la raclette
Reprise en 2018 par l'entreprise d'affinage roubaisienne César Losfeld, la Fromagerie des régions, à Maroilles, produ [...]
Lire la suite ...

Bio. Elle joue la débrouille pour assurer son avenir
Agnès Kindt est frappée de plein fouet par la crise qui touche l'agriculture biologique. La maraîchère à Houplines [...]
Lire la suite ...

Euralimentaire. Dans l’antre du marché de gros
Deuxième au national derrière Rungis, le marché de gros Euralimentaire de Lomme ouvre ses grilles aux professionnels [...]
Lire la suite ...

Une nouvelle distillerie au Quesnoy
Partageant le même toit que la brasserie traditionnelle de l'Avesnois, la distillerie artisanale CQFD s'apprête à ouv [...]
Lire la suite ...

De l’usine automobile aux champs de patates
Après avoir été ingénieure automobile, Cécile Fléchel-Lebrun a finalement eu envie de reprendre les rênes de l'ex [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires