Votre météo par ville

Soins. Le désamour pour les antibiotiques

19-11-2019

Actualité

Élevage

Utiliser moins d’antibiotiques dans les élevages, c’est l’objectif que s’est fixé le gouvernement avec les plans ÉcoAntibio 1 et 2, en 2012 et en 2017. La Draaf et les vétérinaires de la région ont fait le point sur les mesures lors d’un colloque à Tilloy-lès-Mofflaines (62).


Les éleveurs français ont réduit de 75 % l’utilisation des antibiotiques dits à « usage critique ». © DR

Les antibiotiques, c’est pas automatique ! Cette rengaine que tout le monde connaît vaut aussi pour les animaux. Pour atteindre cet objectif, le gouvernement a mis en place en 2012 un programme de réduction de l’utilisation des antibiotiques dans les élevages, appelé ÉcoAntibio.

Ambition du programme : la réduction de l’utilisation de ces médicaments de 25 % en cinq ans et en seulement trois ans pour les antibiotiques dits à « usage critique ». Durant cette période, les réglementations ont évolué afin d’encadrer les usages : retrait de ces molécules des programmes sanitaires d’élevages, interdiction des ristournes et rabais lors d’achats, suppression des auto-vaccins des ruminants…

En parallèle, de nombreuses formations et communications auprès des éleveurs et vétérinaires ont été mises en place. Les efforts ont été efficaces. Sur cette période, « l’utilisation des antibiotiques a été réduite de 37 % (contre 25 % initialement prévus) et de 75 % pour ceux à usage critique », annonce Blandine Ivart, inspectrice au service de l’alimentation de la Draaf Hauts-de-France lors du colloque ÉcoAntibio le 5 novembre 2019.

Lire aussi le témoignage d’un éleveur de porcs qui a réussi à se passer d’antibiotiques à la castration.

Un cadre pour les médecines alternatives ?

Des actions concrètes ont été menées par de nombreux éleveurs dans la région. « Environ 80 % des éleveurs que je conseille effectuent des démarches pour réduire l’utilisation d’antibiotiques dans leurs élevages », annonce Olivier Toulouse, vétérinaire à Hazebrouck. Face à ce succès, le gouverne- ment a renouvelé l’opération en créant le plan ÉcoAntiobio 2 pour la période 2017-2021.

Le principal objectif est de consolider les résultats du premier plan avec plus d’initiatives et de synergies entre professionnels. « Éleveurs et vétérinaires attendent un cadre réglementaire autour de l’utilisation des médecines complémentaires telles que l’aromathérapie, la phytothérapie ou l’homéopathie, explique Blandine Ivart. Mais les données sur ces alternatives ne sont pas assez précises et nous n’avons pas le recul nécessaire pour avancer sur ce sujet. » Avec ce deuxième plan, le gouvernement souhaite pérenniser ces changements de pratiques déjà initiés par de nombreux éleveurs.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires