Votre météo par ville

Polyculture : Alexis Ficheux, jeune agriculteur aux multiples costumes

27-04-2023

Actualité

Terre à terre

Après avoir découvert le métier de commercial pendant quelques années, le jeune agriculteur de 32 ans a rejoint l’exploitation familiale à Haucourt. Avant de devenir président de coopérative ces dernières semaines, tout en découvrant un nouveau rôle… celui de papa !

Le jeune agri et ses parents possèdent quelques hectares de pâturage à Haucourt, dans le Pas-de-Calais. © K. S.

Les événements s’enchaînent en ce moment pour Alexis Ficheux. « J’étais à la maternité quand le conseil d’administration m’a élu président ! » dévoile-t-il dans un rire.

Quelques heures après avoir été élu à la tête de la coopérative de l’Union de la Scarpe, le jeune homme de 32 ans devenait, en effet, papa, le 8 mars dernier.

De quoi remplir un peu (ou beaucoup) plus des journées déjà bien chargées – surtout à cette période de l’année -, ce qui semble aller comme un gant à Alexis Ficheux.

L’agriculture dans les gènes

Car s’il habite maintenant avec sa compagne et son petit garçon à quelques kilomètres d’Haucourt (62), où est installée son exploitation, le jeune papa est né dans l’agriculture. Et il s’y plaît. L’agri, il faut le dire, c’est de famille chez les Ficheux.

« Mes parents sont tous les deux des fils et fille d’agriculteurs. Mes quatre grands-parents étaient agriculteurs », sourit-il. De génération en génération, le travail de la terre est passé dans les gènes.

« J’ai grandi ici. Forcément, on voit tous les tracteurs, on monte dessus dès qu’on peut. Et puis j’ai toujours aidé mon père. On va dire que j’ai ça dans le sang », décrit avec passion Alexis Ficheux.

Devenir agriculteur, reprendre l’exploitation de ses parents, l’idée était dans son esprit depuis tout petit. Naturellement, après un bac scientifique, il se dirige vers un BTS analyse, conduite et stratégie de l’entreprise. Qu’il complète avec un master d’ingénieur à l’institut polytechnique UniLasalle de Rouen.

Mais pour le jeune homme, l’agriculture va quand même attendre un peu. Lors de son stage de fin d’études, l’étudiant d’alors se passionne pour l’étude des sols, la biologie. « J’étais curieux par rapport à tout ça », dit-il aujourd’hui. Il travaille sur une parcelle d’essais, fait visiter celle-ci aux agriculteurs. Nous sommes en 2014 et Alexis Ficheux souhaite continuer dans ce domaine.

Mais quelques mois plus tard, fin 2015, il finit par être embauché en tant que… commercial. « Ce n’était vraiment pas mon idée au départ », sourit-il en avouant quelques a priori sur le métier. Mais ces collègues du moment finissent par le convaincre et il occupera ce poste pendant plusieurs années. Une expérience qu’il ne regrette pas : « J’avais envie de voir autre chose », résume-t-il simplement.

Mais reprendre l’exploitation familiale lui reste dans la tête. Il fait un premier pas en 2018 en rachetant une ferme du village qu’il vient rattacher à celle de ses parents, avant de se lancer pleinement dans l’agriculture, il y a trois ans.

Une époque où il crée également sa petite autoentreprise de commerce de semences et de fertilisants qui l’occupe principale l’hiver lorsque le travail aux champs est moins important. Une époque où il devient aussi administrateur de la coopérative de l’Union de la Scarpe, dont le siège est à Rœux, tout près de l’exploitation familiale. Sans se douter que trois années plus tard, il en deviendrait président.

« Ça n’était pas prévu du tout, explique-t-il. Mais le conseil d’administration voulait rajeunir la coopérative et ils sont venus me voir. » À 32 ans, le profil d’Alexis Ficheux coche toutes les cases et il accepte.

Une expérience encore toute récente et un nouveau challenge pour le jeune père, en parallèle de la gestion de l’exploitation avec son papa et sa maman, Bertrand et Brigitte, tandis que sa sœur, Hélène, est installée indépendamment en maraîchage à quelques centaines de mètres de là, dans le village voisin.

300 hectares répartis sur deux sites

L’exploitation est en polyculture en agriculture conventionnelle et Alexis Ficheux pratique le non-labour. « Mais on n’est pas en semis direct. On a encore une charrue, mais on ne l’utilise plus. On alterne entre les outils à dents et les outils à disques pour travailler nos sols. On essaie de garder les engrais verts le plus longtemps possible. »

Au total, 300 hectares de cultures sont répartis entre Haucourt et un second site distant de 35 km. Une situation qui ne pose pas vraiment problème, même si le temps de trajet peut être long lorsque les tracteurs sont chargés . « Ce qui est bien, c’est que ce sont des terres plus froides, précise Alexis Ficheux. On a le temps de faire nos semis ici avant d’aller les faire là-bas et c’est pareil pour la moisson. Les charges de travail sont étalées. »

Une exploitation en polyculture donc, principalement du blé tendre « sur 150 hectares », et des betteraves sucrières pour la coopérative Tereos dont Alexis Ficheux est administrateur.

Mais aussi du lin textile, une quinzaine d’hectares de pois de conserve ou encore 20 hectares de seigle pour la méthanisation d’un ami.

« Du seigle qu’on récolte assez tôt, début mai, ce qui nous permet de mettre des haricots verts derrière.» Sans oublier un peu d’élevage, à petite échelle, avec une quinzaine de blondes d’Aquitaine en pâturage, « parce qu’on aime bien ça et aussi car ça fait un peu de fumier pour la fertilisation des cultures ». 

Alexis Ficheux en quatre dates

2014. Il termine son cursus d’ingénieur à l’institut polytechnique UniLaSalle de Rouen et réalise son stage de fin d’études chez Timac Agro.

2015. Il est embauché en tant que commercial dans cette même société.

2018. Il reprend une exploitation dans son village de Haucourt et s’associe avec ses parents.

2023. Il est élu président de la coopérative Union de la Scarpe.

Kévin Saroul

Lire aussi : Stéphanie Vanderhaeghe, pour un monde (agricole) meilleur

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires