Votre météo par ville

McCain : période mouvementée pour l’industriel et les producteurs

28-12-2020

Actualité

Terre à terre

L’année 2021 va démarrer dans un climat d’incertitude pour McCain et les producteurs de pommes de terre. C’est notamment le manque de perspectives en restauration hors domicile qui inquiète la filière.

Mc Cain Lutosa usine frites patates pomme terre agriculture surgele production travail emballage ouvrier
© Fotolia

Les ennuis s’accumulent pour les producteurs de pommes de terre livrant à McCain, représentés par le Gappi. Le ralentissement de la production industrielle reste d’actualité avec la fermeture des restaurants qui se prolonge.

En parallèle, les producteurs doivent faire face à des problèmes de qualité après une campagne d’arrachage dans des conditions difficiles.

Ouvrir les contrats

La sécheresse de l’été puis l’automne très humide ont eu un impact sur la qualité de certains lots de pommes de terre. Des endommagements et des défauts internes sont parfois constatés.

« Nous avons dû entamer un dialogue avec McCain pour ouvrir le cahier des charges », explique Bertrand Achte, président du Gappi. Objectif : faire entrer le maximum de volumes de pommes de terre aux prix prévus par les contrats.

« Si trop de pommes de terre ne sont pas valorisées dans les contrats et se retrouvent sur le marché du libre, ça va être compliqué pour les producteurs », s’inquiète Bertrand Achte.

Lire aussi : Agroalimentaire : le défi des départs en retraite

Fermetures prolongées

Le premier confinement a vu la production industrielle diminuer de 30 %. Après une légère reprise jusqu’à la rentrée, la situation s’est de nouveau dégradée en septembre.

« Lors du premier confinement, McCain a constitué des stocks de produits finis pour faire tourner ses outils. Cette option n’est malheureusement pas possible pour cette deuxième vague », constate Bertrand Achte. 

Dans ce contexte, pendant la période des fêtes, les trois usines françaises de l’industriel canadien connaissent des périodes de fermeture plus longues qu’à l’accoutumée. 

Dans le Pas-de-Calais le site de Béthune reste fermé depuis le 18 décembre et jusqu’au 4 janvier. Celui de Harnes est à l’arrêt depuis le 23 décembre , jusqu’au 4 janvier. Quant au site de Matougues, dans la Marne, fermé depuis mi-décembre, il devrait rouvrir le 4 janvier également.

« C’est exceptionnel, confie Bertrand Achte, d’habitude les fermetures n’excèdent pas trois ou quatre jours durant les fêtes. »

Manque de visibilité

Difficile dans ces conditions de savoir à quelle sauce les producteurs vont être mangés pour les contrats de la campagne 2021-2022. « N’ayant pas de perspectives, les industriels disent qu’ils affineront leurs engagements en fonction des besoins et de la demande », avance le président du Gappi.

Avec les grandes incertitudes qui pèsent sur la restauration, les acheteurs risquent de ne pas être au rendez-vous.

Reste aussi la question des niveaux de prix des contrats. « Nous appelons les producteurs à être très vigilants sur leurs surfaces 2021, car une demande forte d’engagement à ce niveau va peser sur la baisse sur les prix », prévient Bertrand Achte.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Découverte d’un nouveau foyer d’influenza aviaire ce week-end
Ce week-end, un nouveau foyer d’influenza aviaire a été découvert sur la commune de Winnezeele. Le 26 novembre, un [...]
Lire la suite ...

David Saelens, nouveau président de la section Nutrition Animale de La Coopération Agricole
A l’issue d’un conseil de section, les membres de La Coopération Agricole Nutrition Animale ont élu, le 1er décem [...]
Lire la suite ...

L’assurance récolte officiellement lancée
Le Gouvernement a présenté le 1er décembre, le projet de loi sur l’assurance récolte en Conseil des ministres. Av [...]
Lire la suite ...

La Flandre mise sur la pomme de terre
Lors de son assemblée générale annuelle, la coopérative La Flandre a présenté ses résultats, adossés au groupe N [...]
Lire la suite ...

Annulation de la fête de la dinde à Licques
La Covid-19 aura eu raison de la fête de la dinde pour la deuxième année consécutive. En effet, l’événement, [...]
Lire la suite ...

« L’Union européenne veut devenir une puissance normative »
Lors de la session de la chambre d'agriculture du Nord-Pas de Calais organisée le 29 novembre, Thierry Pouch, économi [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires