Votre météo par ville

Nord : feu vert administratif pour 186 licenciements dans une usine de Cargill

19-08-2020

Actualité

Mis à jour le 20 août.

L’usine de transformation de maïs du groupe américain Cargill située à Haubourdin, dans le Nord, s’apprête à supprimer des postes.

L'usine de transformation de maïs Cargill située à Haubourdin, dans le Nord, s'apprête à licencier 129 personnes.
L’usine d’Haubourdin dépend du groupe américain Cargill qui pèse 115 milliards de dollars de chiffre d’affaires et emploie 160 000 salariés à travers le monde. © adobe.stock.com

L’administration a validé le plan de sauvegarde de l’emploi (PSE) pour l’usine de Haubourdin (Nord) de Cargill. Décision «susceptible de conduire au licenciement de 186 salariés», selon une décision consultée par l’AFP le 18 août.

Le site nordiste dépend du groupe américain Cargill (115 milliards de dollars de chiffre d’affaires et 160 000 salariés à travers le monde). Il emploie environ 300 personnes et transforme de l’amidon de maïs.

La direction veut abandonner l’activité d’extraction d’amidon – qu’elle dit être déficitaire – et se «repositionner» sur sa deuxième activité de transformation de l’amidon en ingrédient industriel de spécialité pour la pharmacie et l’alimentation infantile.

Bataille de chiffres

Selon l’administration, le projet de licenciement collectif porte sur 170 suppressions de poste et 16 modifications de contrat de travail. Mais, selon les chiffres de Cargill, il y aura «129 personnes licenciées au maximum», grâce à la «création de 30 postes et un investissement de 30 millions d’euros dans les deux ans».

Cette différence de chiffres est due à un «un problème technique, informatique, côté Direccte», assure Cargill à l’AFP.

Négociations

Le défenseur des salariés, Me Fiodor Rilov, compte utiliser cette «imprécision vertigineuse» pour faire annuler l’homologation et suspendre le PSE. L’avocat dénonce un «démantèlement d’usine pour accroître la profitabilité d’un groupe déjà extrêmement prospère».

Après négociations, la direction va proposer aux salariés des conditions spécifiques de départ. 1 mois de salaire brut par année d’ancienneté avec un minimum de 20 000 € est prévu. Le plan intègre aussi des aides à la formation (10 000 € maximum), ainsi qu’au déménagement et à la création d’entreprise (20 000 € maximum).

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
La MSA Nord-Pas de Calais a élu son nouveau président
Le nouveau conseil d’administration de la MSA Nord-Pas de Calais a été élu le 17 septembre 2020. Dominique Verm [...]
Lire la suite ...

L’agriculture biologique de conservation en démonstration
Le Forum Terr’eau bio s’est déroulé jeudi 17 septembre à Brunémont (59). Au cœur des débats et des dé [...]
Lire la suite ...

Pas-de-Calais : des agricultrices se mobilisent pour Octobre rose
Dimanche 4 octobre, une marche est organisée par l'association Agir ensemble à Saint-Venant. [...]
Lire la suite ...

Christiane Lambert élue présidente du Copa
La présidente de la FNSEA Christiane Lambert a été élue à la tête du Copa au niveau européen le 18 septembre 2020 [...]
Lire la suite ...

Un vent d’énergies vertes souffle sur le Caudrésis
Mercredi 16 septembre ont été inaugurées en petit comité, épidémie oblige, les quatorze éoliennes du parc éolie [...]
Lire la suite ...

Biométhane : la baisse des tarifs n’aura peut-être pas lieu
Le CSE, conseil supérieur de l’énergie, a rejeté le projet du gouvernement. Le projet était de réduire de 15 % le [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires