Votre météo par ville

Ternois. Tartous est bienvenu dans le bistrot de campagne

22-08-2019

Actualité

Hors-champ

Le café Tartous et compagnie de Monchy-Breton (62) a vu se succéder quatre générations de cabaretières. Un lieu chargé d’histoire et qui se renouvelle grâce à sa propriétaire, Fabienne Boëte, et aux habitants du village. C’est la suite de notre série d’été !

bistrot Tartous
Fabienne Boëte, propriétaire du café, représente la quatrième génération à tenir le bistrot. © DR

Il est là, au carrefour nouvellement appelé Marie Grauette. Lui, n’a pas changé de nom depuis 23 ans et se tient là depuis plus d’un siècle.
Pour les 400 habitants de Monchy-Breton, dans le Pas-de-Calais, le café Tartous et compagnie est un point de repère. Et pour cause, Fabienne Boëte et son vieil épagneul breton sont toujours là pour accueillir chaleureusement les clients – habitués ou de passage – désirant boire un café ou une « bistouille ».

« En 1905, mon arrière-grand-mère tenait le bistrot, qui était l’activité complémentaire de la boucherie, tenue par mon arrière-grand-père, raconte Fabienne Boëte. C’était “Chez Rose”. Depuis, ma grand-mère et ma mère se sont succédé derrière le comptoir. Et après avoir travaillé en tant qu’éducatrice, j’ai repris la boutique en 1996. J’ai toujours eu envie d’être là. Je traînais mes guêtres ici étant petite. » Depuis, la décoration n’a quasiment pas bougé, le café est resté dans son jus.

Concertation avec les habitants

Quand la question du nom s’est posée, une chose était certaine, le café ne s’appellerait pas Chez Fabienne, même si les prédécesseurs avaient toujours apposé leur prénom sur l’enseigne. Il fallait un nom qui interpelle, qui parle à tous. Pour stimuler son imagination, Fabienne Boëte réalise une enquête auprès des habitants du village et dépose une urne au café. Après le dépouillement et un bon apéro, le nom était trouvé : Tartous et compagnie. « Tartous, ça signifie tout le monde en patois du Ternois. Et compagnie, car il y a souvent des artistes qui viennent jouer ici », explique-t-elle, amusée.

Depuis, bien du monde a poussé la porte du café. Carteux, footeux, et joueurs de babyfoot ou de flipper s’y donnent rendez-vous. « J’ai gardé le babyfoot, un Stella deuxième génération, c’est très recherché », ajoute Fabienne Boëte, l’air fier. Des histoires sur ses objets, la propriétaire en a des tonnes.

« Cette chaise, je l’ai accrochée là car un client est tombé lorsqu’il dansait dessus, raconte-t-elle amusée. Là, ce sont des dessins que les clients ont réalisés sur leur bock de bière. » Fabienne Boëte s’attache à garder les souvenirs du passage des clients. Elle est l’âme du café et souhaite que ce lieu reste chargé d’histoires. « Pour moi, un café doit être le reflet de la personne qui le tient. Chez moi, j’ouvre la porte et les gens font le reste. » Pour avoir de la vie, Fabienne Boëte peut s’appuyer sur les gens du village. « Il est dynamique. Le maître d’école disait toujours qu’il fallait que je porte haut et fort les couleurs de mon village, j’essaye ! »

Événements déjantés

Si Tartous et compagnie est aussi réputé et qu’il a réussi à perdurer malgré les années, c’est aussi parce que Fabienne Boëte a su se renouveler. Outre la boisson, elle vend du tabac, des jeux à gratter et réceptionne même le pain le dimanche matin. Dès son installation, elle a proposé à ses clients des concerts d’artistes plus ou moins connus. Lieu solidaire, des concerts de soutien y sont donnés chaque année. « Je voulais que mon café soit un lieu culturel, d’échange où on discute », annonce-t-elle. Pendant les années 2000, le bar est devenu un « repaire Mermet ». On s’y retrouvait pour débattre sur de nombreux sujets de société.

Fabienne Boëte a également rassemblé les artistes présents au salon du livre d’Arras, pour réaliser des slams ou des dessins. Des pièces de théâtre ont aussi  été jouées. On ne s’ennuie pas à Monchy-Breton. Et puis, les années sont aussi rythmées par les matchs de foot. Preuve en est avec le tableau des points. « Je veux mettre en valeur le milieu rural et son savoir vivre, affirme celle qui aime tant les gens. Il y a bien le printemps de Bourges, alors pourquoi ne pas créer le printemps de Monchy-Breton ? » Dernier événement en date : « La ronde de Tartous », une course cyclo-cross dont le circuit prévoit un passage dans le bar. Pour l’occasion, les coureurs entrent à vélo du côté de l’établissement et en ressortent par la porte de devant. Un peu déjanté mais le principe s’est exporté dans les Flandres. « En janvier, nous ferons une finale avec l’autre bistrot », a-t-elle prévu.

Chaque mois, une bière différente est mise en avant. En décembre, une soirée « Passeport bière » est organisée. Les clients revisitent les bières de l’année. Mais le rendez-vous immanquable, c’est « La fête à Tartous ». Tous les ans, au mois de mars, en guise d’anniversaire du café, le temps d’un week-end, concerts et tournois de flipper investissent les lieux.

Pour la suite, Fabienne Boëte a prévu de profiter un peu de sa retraite. « J’aimerais que mon café devienne un lieu associatif ou collectif, imagine-t-elle. Un noyau de bénévoles se prépare. C’est important. Un village sans café se meurt ».

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires