Votre météo par ville

La sécheresse de surface freine la levée des endives dans la région

18-06-2020

Actualité

Culture

L’Association des producteurs d’endives de France (Apef), basée à Arras (62), s’inquiète de la sécheresse de surface. Les conditions météorologiques rendent délicate la levée des graines.

Dans les Hauts-de-France, principale région productrice d’endives, les producteurs sont inquiets. En effet, dans leurs champs, les premières feuilles sortent de terre de manière irrégulière.

« Il faudrait 20 mm de pluie régulière sans vent et sans soleil » explique Régis Catteau, directeur technique de l’Association des producteurs d’endives de France (Apef). Tel serait le climat idéal pour favoriser la levée des endives. Mais il en est autrement : les conditions météorologiques de ce printemps ont entraîné une sécheresse de surface, qui touche fortement l’implantation des cultures.

Levée complexe

La levée des graines est une étape délicate. Il ne faut pas trop d’eau, ni trop peu, pour permettre aux plants de bien se développer. L’endive, dont les racines sont peu profondes, a besoin d’un temps couvert et nuageux qui permet la conservation de l’eau dans le sol et l’humidité en surface. « C’est compliqué » reconnaît Régis Catteau qui guette la moindre goutte d’eau.

Au vu de l’ensoleillement printanier, une sécheresse de surface est constatée dans la région. « L’endive a du mal à pousser. Les germes manquent de puissance pour pouvoir sortir de terre. Depuis avril, on a eu très peu de pluie et le sol se dessèche très vite » détaille Régis Catteau. Même du côté des plaines humides de la Pévèle dans le Nord, les quelques gouttes tombées récemment n’ont pas suffi. Séchées par le soleil, les premières feuilles d’endives qui avaient réussi à pousser n’ont pas survécu par endroits.

Terres et Territoires - étapes du cylcle culturel de l'endive
Les étapes de la culture de l’endive, du semis à l’arrachage de la racine jusqu’à la pousse. © APEF

Comme chaque année, la situation reste hétérogène sur le territoire avec des semis de graines plus ou moins tardifs. La plupart ont démarré il y a deux mois, mais certains producteurs ont fait le choix de ne pas semer certaines semaines. « Ils ont estimé que ça ne servait à rien de mettre en terre s’il n’y a pas de pluie », témoigne-t-il.

Et après ?

Même l’irrigation s’avérerait insuffisante, car les parcelles sont plus ou moins bien irriguées selon les zones. « Dans certains secteurs, l’état de sécheresse est tel qu’il ressemble à l’année 1976. Et même si les techniques d’irrigation ont évolué, cela reste artificiel », avoue-t-il. Une vraie pluie permet une répartition de l’eau homogène et plus efficace.

« Je suis inquiet par rapport à notre potentiel de rendement de racines, qui nous permettra de produire les endives de septembre 2020 à octobre 2021. On en aura moins que les années précédentes », déplore-t-il.

Des endiviers se posent la question d’utiliser des surfaces de champs de pois de conserve et d’escourgeons pour compenser le manque de racines. La solution qui pourrait changer la donne ?

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Moissons : l’une des plus faibles récoltes de blé depuis 2004
Le service statistique du ministère de l’Agriculture (Agreste) a annoncé le 7 juillet 2020 une moisson « en fort re [...]
Lire la suite ...

Un plan de relance à 1,3 milliard d’euros pour les Hauts-de-France
Le conseil régional a voté le 30 juin un plan de relance de 1,3 milliard d'euros pour aider les entreprises des Haut [...]
Lire la suite ...

Qualité de l’air : les résidus de pesticides sous surveillance
De juin 2018 à juillet 2019, la France a surveillé les résidus de pesticidesprésents dans l'air. Dans les Hauts-de [...]
Lire la suite ...

Qui est Julien Denormandie, le nouveau ministre de l’Agriculture ?
À quelques jours près, Didier Guillaume n’aura pas eu le temps de finaliser sa réforme de la gestion des risque [...]
Lire la suite ...

La fédération Norlink portée sur les fonts baptismaux
Fédérer les ports mais aussi tous les acteurs des chaînes logistiques de la région Hauts-de-France pour répondre au [...]
Lire la suite ...

Plus d’une poule pondeuse sur deux élevée en plein air
La filière des œufs a atteint cette année son objectif de 50 % de poules élevées en système alternatif, avec deux [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires