Votre météo par ville

L’irrigation, une activité à risques

18-07-2019

Actualité

Culture

Alors que les épisodes de sécheresse semblent se multiplier, de plus en plus de producteurs s’équipent en système d’irrigation dans le Nord et le Pas-de-Calais. La pratique est moins anodine qu’elle n’y paraît et a déjà provoqué plusieurs accidents. Quels sont les risques cachés et les bonnes pratiques pour se protéger ?

@ MSA Picardie

En juin 2017, près de Péronne dans la Somme, un ouvrier agricole décède alors qu’il travaille dans un champ de pommes de terre. Il aurait été tué par l’explosion d’une vanne d’arrivée d’eau. Le drame n’est malheureusement pas isolé. D’autres accidents se sont produits dans la région et dans le reste de la France.

Éborgnement, projection d’objets ou de personnes sur plusieurs mètres, électrocution… les dangers sont énormes. La pression moy­enne en sortie de station de pompage est en effet de 15 bars.

Échelle de pression.

La MSA de Picardie et ses partenaires* ont ainsi lancé une campagne de communication pour rappeler les risques et mettre en avant les bonnes pratiques à adopter lors de la manipulation de système d’irrigation.
« Car même ceux qui irriguent depuis plusieurs années n’ont pas forcément conscience du danger, souligne Fabien Dumaire, conseiller en prévention des risques professionnels à la MSA de Picardie. Certes, des accidents mortels liés à l’irrigation ne se produisent pas tous les jours, mais il y a aussi des accidents graves et des incidents qui peuvent être évités. » 

« 38 000 ha sont irrigués dans les Hauts-de-France, pour 1,5 million d’ha en France. Et la tendance est à la hausse ces dernières années »

Marc Droy, exploitant et irrigant à Hervilly (80) et représentant de la FRSEA des Hauts-de-France.

Les précautions à prendre

Pour commencer, le conseiller rappelle que la première précaution à prendre est « d’installer correctement le réseau. Il faut veiller à bien emboîter les éléments entre eux, afin d’éviter qu’un tuyau ne se démanche, entraînant un risque de projection. » Il est également essentiel de « faire en sorte que les tuyaux soient bien alignés, ajoute Fabien Dumaire. En fonction du relief, il peut être intéressant d’installer des planchettes pour aligner l’ensemble. » 
Avant la mise en réseau, la MSA recommande de purger les tuyaux, de libérer l’air emprisonné grâce aux bouchons de fin de ligne qui sont munis d’une soupape de dégazage, ou encore de positionner un tuyau entre la dernière vanne et le bouchon de fin de ligne pour éloigner le producteur de la zone à risques. Et enfin, de toujours rester à l’écart lors de la première mise en pression du système.

Découvrez la vidéo Youtube de l’agriculteur Thierry Bailliet: Installer un système d’irrigation en toute sécurité.

Pour éviter les risques d’électrocution à proximité des lignes électriques, il est recommandé de manipuler les tuyaux à l’horizontal. La MSA recommande également de privilégier le travail à deux, autant que possible, et de mettre en place des méthodes et des procédures spécifiques et adaptées à chaque exploitation. Le conseiller picard recommande également de moderniser son équipement afin d’éviter tout risque de rupture : « Avec les anciens modèles de vannes il y a un risque de projection sur le visage », souligne-t-il.

Retrouvez ici la plaquette d’information de la MSA Picardie : Sécurisation des réseaux d’irrigation

« En cas d’accident, précise Fabien Dumaire, s’il y a un sauveteur secouriste formé dans l’équipe, c’est mieux car les secours mettent en moyenne 20 minutes avant d’arriver. Il est important au moins de connaître les numéros à appeler et de savoir guider les intervenants dans la parcelle. » Enfin, la Mutualité sociale agricole rappelle que « travailler sur un réseau d’irrigation sous pression est une situation à risques qu’il convient de mentionner au sein du document unique d’évaluation des risques professionnels (DUERP)».


Laura Béheulière


*La Direccte Hauts-de-France, la caisse centrale de la MSA, la FRSEA des Hauts-de-France, la chambre d’agriculture des Hauts-de-France et le groupe sucrier Cristal Union.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Bio : le taux de déconversions pourrait atteindre 5% en 2021 (Agence bio)
En 2021, selon les chiffres provisoires de l’agence bio publiés ce 21 janvier, près de 4% des exploitations convert [...]
Lire la suite ...

Protéines animales : Ÿnsect démarrera sa ferme verticale au second semestre
Entreprise de production de protéines et d’engrais naturels d’insectes fondée en 2011, Ÿnsect a annoncé [...]
Lire la suite ...

Betterave : une campagne « globalement moyenne »
Bilan de campagne, point marché, sujets d'actualité pour la filière... Comme chaque année, la CGB organisait ses ré [...]
Lire la suite ...

ZNT : les agriculteurs apportent la facture
Emmenés par les FDSEA et les JA du Nord-Pas de Calais, des représentants du monde agricole sont allés en fin de semai [...]
Lire la suite ...

Barbara Pompili réunit les ministres européens de l’environnement et de l’énergie à Amiens
De jeudi 20 à samedi 22 janvier, la ministre de l'Environnement Barbara Pompili réunit ses homologues européens à Am [...]
Lire la suite ...

Insertion : deux ministres au chevet du Panier de la mer
Brigitte Bourguignon, ministre déléguée à l'Autonomie, et Brigitte Klinkert, ministre déléguée à l'Insertion, é [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires