Votre météo par ville

Les retours des néonicotinoïdes sous certaines conditions

08-01-2021

Actualité

Culture

Les néonicotinoïdes n’ont pas fini de faire couler beaucoup d’encre. À la suite de la remise d’un rapport de l’Anses, les planteurs de betteraves utilisant les semences protégées par ces molécules doivent revoir leur rotation sur au moins trois ans.

Les planteurs de betteraves sont appelés à amender la consultation publique concernant l’utilisation des néonicotinoïdes. © J-C.Gutner

Depuis l’annonce de la dérogation permettant d’utiliser les néonicotinoïdes dans les semences de betteraves, les choses ont tourné. Pour la filière betteravière française, c’est la désillusion. “Lorsque nous avons négocié avec le ministre de l’Agriculture, nous avions obtenu cette dérogation à condition que nous n’implantions pas de culture à fleur l’année suivante“, explique Emmanuel Pigeon, directeur de la CGB (confédération générale des planteurs de betteraves) Nord-Pas de Calais à l’occasion d’une réunion en ligne le jeudi 7 janvier 2021.

Mais depuis, la donne a changé. Les ministères de l’Agriculture et de la Transition écologique ont commandé un rapport à l’Anses (Agence nationale de la sécurité sanitaire) sur les modalités d’application de cette dérogation. Et là, c’est la douche froide. “On nous demande de modifier notre rotation sur trois ans“, s’insurge Christophe Mullie, président de la CGB Nord-Pas de Calais.

Vers une simplification des rotations

En résumé, pas de maïs, ni de pommes de terre en année N+1 (ce qui représente 8 % de la sole régionale). Pas de colza, lin ni légumes en N+2 (soit 20 % de la sole actuelle).

Les contraintes sont importantes et les conséquences économiques également, explique Thimothé Masson, responsable du service économique à la CGB. Si on modifie la rotation classique des Hauts-de-France en n’implantant pas 20 hectares de lin avant trois années précédant la culture de betteraves, nous avons estimé la perte à 4 000 euros.

Sans compter les impacts agronomiques et écologiques. “La culture de colza est en sursis. S’il devient de plus en plus difficile de l’intégrer dans nos rotations, nous allons la laisser tomber“, intervient Christophe Mullie. Un non-sens aux yeux de la filière, quand on sait que des millions sont sur la table pour relancer un énième plan protéines.

Consultation publique

Toutefois, les jeux ne sont pas encore faits. Le projet d’arrêté est désormais en consultation publique. “Chaque planteur de betteraves est appelé à amender cette consultation afin que le projet soit réécrit“, interpelle Christophe Mullie. Toutefois, il faut aller vite.

Il ne s’agit pas de modifier complètement le texte, car dans ce cas, le temps jouera contre nous, la dérogation ne sera pas effective avant que les semenciers puissent livrer les semences, explique Thimothé Masson. Il s’agit juste de simplifier le texte et de rendre ces conditions plus proches de la réalité du terrain et donc plus faciles à appliquer.

Car avec ces obligations, nombreux sont les planteurs qui annoncent ne pas vouloir utiliser des semences protégées par les néonicotinoïdes ou tout simplement supprimer les betteraves de leur rotation.

Retrouvez la consultation publique ici.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Étude : L’équilibre (péri) urbain/rural dans les Hauts-de-France
L’Institut national de la statistique et des études économiques (INSEE) a publié mi-janvier son analyse sur l&# [...]
Lire la suite ...

Chemins d’avenirs : révéler le potentiel des jeunes ruraux
Sofia Rouabah, chargée des partenariats opérationnels de chemins d’avenir, nous explique le fonctionnement et la [...]
Lire la suite ...

Ruralité : Les leviers pour (bien) vivre en campagne
Qu'elles soient politiques ou associatives, les idées pour mieux vivre en campagne, parfois appelée " France périphé [...]
Lire la suite ...

Compétences : L’hiver, la saison des formations agricoles
Tandis que les activités dans les champs ralentissent, l'hiver est le moment de monter en compétences, que ce soit en [...]
Lire la suite ...

Ressources humaines : Quel entrepreneur êtes-vous ?
Dans le cadre de son assemblée générale, le syndicat des Entrepreneurs du territoire a donné la parole à Sophie Del [...]
Lire la suite ...

Entrepreneurs Des Territoires : « Nous devons rendre nos emplois attractifs »
Après une « année difficile », comme pour beaucoup, les Entrepreneurs des territoires  des Hauts-de-France se son [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires