Votre météo par ville

Néonicotinoïdes : l’Anses définit les rotations adaptées aux pollinisateurs

05-01-2021

Actualité

Culture

Dans un rapport, l’Anses suggère d’implanter uniquement des cultures non attractives pour les pollinisateurs après la betterave.

Terres et Territoires - betteraves à sucre
Après la betterave, il faudra attendre au moins trois ans pour cultiver le colza, la moutarde et la phacélie. © Pixabay

Saisie en septembre 2020, l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a publié le 23 décembre un avis définissant «les mesures d’atténuation des risques devant figurer dans toute dérogation à l’interdiction d’utiliser des produits à base de néonicotinoïdes».

Si les risques avec la betterave elle-même sont faibles pour les pollinisateurs, rappelle l’agence, «un risque élevé a été identifié» avec le thiaméthoxame et l’imidaclopride dans les cultures suivantes, et plus particulièrement pour les bourdons.

Lire aussi : Néonicotinoïdes, un amendement vise la création d’un conseil de surveillance

« Cultures non attractives pour les pollinisateurs »

Citant les résultats de l’Efsa (autorité européenne de sécurité des aliments), ainsi que des auditions des instituts techniques de l’abeille (Itsap) et de la betterave (ITB), l’agence suggère en conclusion d’implanter uniquement des cultures non attractives pour les pollinisateurs après la betterave.

Pour définir ces cultures, l’Anses s’appuie sur un indicateur de risque développé par l’Itsap.

Le colza, la moutarde et la phacélie ne devront être cultivés que trois ans après la betterave. L’avoine et le blé pourront être cultivés dès l’année suivante, et le maïs deux ans après. L’agence propose également d’empêcher la floraison des adventices avant l’implantation des cultures suivantes. Et et de limiter l’implantation des cultures intermédiaires après la culture suivante «à des cultures peu attractives pour les abeilles et les autres pollinisateurs».

Cliquez ici pour consulter l’avis de l’Anses : Avis de l’Agence nationale de sécurité sanitaire de l’alimentation, de l’environnement et du travail

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Rencontre avec Christian Huyghe, le directeur scientifique agriculture de l’Inrae
Originaire des Flandres, le directeur scientifique de l’Inrae Christian Huyghe fait le lien entre injonctions ét [...]
Lire la suite ...

Institut de Genech : les élèves formés au risque électrique
La MSA, RTE et Enedis sont intervenus à l’Institut agricole de Genech (59) mercredi 24 novembre pour sensibiliser [...]
Lire la suite ...

La chicorée : une boisson vintage ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d’une image désuète. Et pourtant, elle n’en reste p [...]
Lire la suite ...

Viande : Le logo rouge pour garantir le local et la qualité 
Agriviandes, société de transformation de viande basée à Haut-Lieu, dans l'Avesnois, vend sur le marché de la resta [...]
Lire la suite ...

La chicorée, une alliée pour affronter l’hiver 
Si la chicorée s'apprécie en boisson chaude, pour remplacer la café par exemple, elle peut aussi se consommer en d [...]
Lire la suite ...

Démodée, la chicorée ?
Traditionnelle boisson de la région, la chicorée souffre d'une image désuète. Mais la racine n'a pas dit son dernier [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires