Votre météo par ville

Pucerons : les betteraves pourront-elles être sauvées ?

27-04-2020

Actualité

Culture

Mise à jour le 29 avril 2020

Les pucerons verts ont envahi les parcelles de betteraves des Hauts-de-France. Les agriculteurs appellent à lever une impasse technique afin de lutter contre ces insectes et assurer le rendement des betteraves.

Face aux attaques de pucerons, la CGB demande un élargissement de l’homologation des insecticides. © ITB

Dans de nombreuses parcelles de la région des Hauts-de-France, les pucerons verts ont fait leur apparition. Avec eux, le virus de la jaunisse nanisante. Cette maladie peut entraîner une perte de rendement de 30 à 50 %. L’hiver doux et le printemps chaud ont favorisé la pullulation des pucerons.

« Pourtant, nos betteraves sont semées depuis le 15 mars, explique Christophe Mullie, président de la CGB (confédération générale des planteurs de betteraves) Nord-Pas de Calais. Sur les deux feuilles qui sortent de terre, je vois déjà trois à quatre pucerons sur chacune d’entre elles. » Alors pour sauver leurs futures productions, les agriculteurs n’ont pas le choix. Ils sortent la grosse artillerie à contrecœur : le pulvé et les insecticides.

30 ans sans pucerons

Cela faisait un petit moment qu’ils ne l’avaient pas sorti pour ce genre de lutte. 30 ans pour être exact. Pendant cette période, les néonicotinoïdes intégrés dans l’enrobage de la graine faisaient très bien le travail. Mais depuis la campagne 2019, cette molécule est interdite « pour répondre à un dogme écologique contreproductif », estime Christophe Mullie. La précédente campagne, la première sans cette molécule, s’était relativement bien passée. « Nous bénéficiions de trente années de lutte et les conditions météorologiques étaient défavorables à l’arrivées des pucerons », ajoute-t-il.

Seulement, les impasses techniques se révèlent aujourd’hui. « Nous pouvons utiliser du Movento, deux fois seulement. Hélas, cet insecticide a une efficacité insuffisante dans notre cas, décrit Christophe Mullie. Nous avons l’autorisation d’utiliser le Teppeki, plus efficace, mais pas avant six feuilles. Mais d’ici là, les pucerons auront envahi la plante et la jaunisse se sera installée dans la parcelle. »

Une impasse que la CGB dénonce amèrement. « Nous allons être obligés de faire au moins trois passages d’insecticides sans être sûrs du résultat. C’est une aberration écologique, souligne le représentant. Sans compter le risque que les agriculteurs prennent à multiplier les traitements. »

Des dérogations

La CGB, appuyée par son institut technique (ITB), a donc alerté la direction générale de l’alimentation du ministère de l’agriculture (DGAL) le 24 avril sur la gravité de la situation. « Elle lui a demandé en urgence deux dérogations, explique Christophe Mullie. Une pour pouvoir utiliser le Teppeki dès le stade deux feuilles afin d’apporter une réponse immédiate aux fortes infestations constatées en plaine. L’autre porte sur la possibilité d’appliquer un second traitement de Teppeki pour couvrir, en cas de besoin, toute la période de sensibilité des betteraves aux pucerons verts, c’est-à-dire jusqu’à la couverture du sol. »

Depuis cette alerte, le gouvernement français a donné l’autorisation, le 28 avril, aux producteurs de betteraves d’utiliser le Teppeki au stade deux feuilles. Ils n’auront plus à attendre les six feuilles apparentes. “La CGB salue la mobilisation et la diligence de services du ministère de l’agriculture et de l’Anses pour avoir apporté une réponse rapide à sa première demande et les invite à donner rapidement une suite favorable à l’autre demande “, reconnait-elle dans son communiqué de presse du 29 avril.

Toutefois, le président de la CGB du Nord-Pas de Calais fait remarquer que « les autres producteurs de betteraves européens n’ont pas ce souci car les néonicotinoïdes sont autorisés et les insecticides largement homologués ».

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires