Votre météo par ville

Photovoltaïque : une charte pour un développement maîtrisé

20-01-2021

Actualité

Environnement

Le 19 janvier 2021, la FNSEA, l’APCA et EDF Renouvelables ont signé une charte visant à assurer un développement raisonné de l’énergie photovoltaïque au sol dans le monde agricole.

Bruno Bensasson, PDG d’EDF Renouvelables, Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, Sébastien Windsor, président de l’Assemblée permanente des Chambres d’agriculture (APCA). © Actuagri

« Nous avons voulu répondre à plusieurs objectifs : encourager la production d’énergie mais aussi protéger le foncier, et pérenniser l’activité agricole, d’autant plus que l’enjeu de souveraineté alimentaire est aujourd’hui réaffirmé ».

Telle est la manière dont Christiane Lambert, présidente de la FNSEA, a résumé l’esprit de la charte qu’elle a cosigné, le 19 janvier, avec le président de l’Assemblée permanente des chambres d’agriculture (APCA), Sébastien Windsor, et le PDG d’EDF Renouvelables, Bruno Bensasson.

Développement oui, mais encadré

Les deux organisations professionnelles agricoles et l’entreprise publique entendent répondre en partie aux enjeux posés par le changement climatique, notamment à travers la programmation pluriannuelle de l’énergie (PPE). Elle prévoit de porter les capacités de l’énergie solaire photovoltaïque de 10 gigawatts (GW) aujourd’hui à environ 40 GW à l’horizon 2028-2030. « Mais pas n’importe comment. Développement oui, mais encadré », a dit en substance Christiane Lambert. Elle entend, comme Sébastien Windsor, « préserver le foncier afin d’assurer notre souveraineté alimentaire ».

Rien qu’en Seine-Maritime, ce sont environ 1 250 hectares qui disparaissent chaque année au bénéfice de l’artificialisation des terres. « À ce rythme, il ne restera plus un hectare de terre agricole disponible dans 250 ans », a précisé le président de l’APCA.

À ce jour, ce sont les friches industrielles, les délaissés d’autoroute, les anciennes décharges et les bâtiments industriels qui sont privilégiés pour développer le photovoltaïque au sol.

Les toits des bâtiments agricoles sont aussi concernés et les agriculteurs peuvent y voir l’occasion d’amortir tout ou partie de cette construction. D’autant que « demain, on aura sans doute l’obligation de doter nos toits de panneaux solaires », a ajouté Sébastien Windsor.

Reste que les opérateurs (Total, EDF, Areva…) lorgnent sur les terres agricoles dont le potentiel est important : 30 millions d’hectares. Il suffit « simplement » d’un hectare pour produire un mégawatt (MW), soit 1 000 ha pour 1 GW. Il faudrait donc environ 15 000 ha pour atteindre l’objectif de 40 GW à l’horizon 2028-2030 car à ce jour, 7,5 GW de projets sont en file d’attente, selon le Syndicat des énergies renouvelables.

Lire aussi : « L’agriculture peut jouer un rôle pivot dans la production d’énergie »

Mettre fin aux conflits d’usage

Le secteur agricole représente pour le moment 13 % de la production solaire photovoltaïque, a précisé Bruno Bensasson. Cette charte, fruit d’une négociation de plus de deux ans, entend aussi lutter contre les effets d’aubaine. Elle veut notamment empêcher que des agriculteurs ne viennent à convertir l’ensemble de leurs terres en fermes photovoltaïques.

« On veut éviter les effets d’opportunité chez quelques-uns », a affirmé le président de l’APCA. Reste que le photovoltaïque peut constituer un complément de revenu, pouvant aller jusqu’à 3 000 €/ha/an, a-t-il précisé. Tout dépend en effet du type d’installation.

Enfin, « nous souhaitons que l’agrivoltaïsme tel que nous l’entendons, mette fin aux conflits d’usage en rendant compatible le travail agricole et la production d’électricité durable », a conclu Christiane Lambert.

Christophe Soulard

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Dépôts sauvages dans la nature : de trop fréquentes incivilités
Ordures ménagères, détritus, masques... Malgré la mise en place de filières de collecteet de recyclage dans les ter [...]
Lire la suite ...

Retraites agricoles : revalorisation fixée à septembre 2021
À l’occasion d’un déplacement le 6 mars 2021 dans la Creuse avec le Premier ministre Jean Castex, le minis [...]
Lire la suite ...

L’Afda, la force d’un réseau 100 % féminin
Seul Geda 100 % féminin du Nord-Pas de Calais, l'Afda rassemble 250 agricultriceset femmes du monde rural. Un espace e [...]
Lire la suite ...

Viande bovine: Jean Castex débloque 60 millions d’aides d’urgence aux éleveurs
Lors d’une visite dans la Creuse, le Premier ministre a annoncé des aides d’urgence pour les éleveurs de b [...]
Lire la suite ...

Pas-de-Calais : pas de dérogations pour les comptages de gibier
Dans un grand nombre de villages, les sociétés de chasse s'apprêtent à effectuer des comptages du gibier, avec l'ar [...]
Lire la suite ...

PAC 2021 : le transfert des droits à paiement de base n’est pas automatique
Changement de structure dans votre exploitation ? Nouvel installé, associé... Le point avec le CER France pour faire [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires