Votre météo par ville

Abattoir de Valenciennes : « La sous-préfecture nous a posé un lapin »

15-10-2021

Actualité

Politique-syndicalisme

La sous-préfecture de Valenciennes s’est engagée, jeudi 14 octobre, à entamer des discussions avec la direction de l’abattoir et les syndicats. Le rendez-vous a été annulé au dernier moment, laissant Alain Dupont, le président, dans l’incertitude.

Manifestation abattoir valenciennes Alain Dupont
Laurent Verhaeghe, président de la FDSEA 59 et Alain Dupont, président de l’abattoir de Valenciennes, ont manifesté devant les grilles du bâtiment jeudi 14 octobre 2021. ©L.F

« Ce rendez-vous, c’était juste pour calmer le jeu« . Alain Dupont, président de l’abattoir de Valenciennes, ne cache pas sa déception. Jeudi 14 octobre, lors de la manifestation contre la fermeture administrative de l’abattoir de Valenciennes, le sous-préfet Michel Chpilevsky avait proposé une rencontre avec la filière l’après-midi même. « Finalement, la sous-préfecture a décliné au dernier moment« , lâche Alain Dupont.

Lire aussi : Abattoir de Valenciennes : un rendez-vous décisif attendu par la filière

L’espoir de trouver une solution à la fermeture tombe à l’eau. Et ce, même si le préfet du Nord, « ouvre la perspective d’une rencontre avec tous les acteurs intéressés » d’ici « une quinzaine » de jours, selon le communiqué de presse de la préfecture. Car pour le responsable de l’établissement, « le préfet ne donne en réalité pas de date fixe en parlant de quinzaine« .

Des travaux de remise aux normes envisagés

La Direction départementale de la protection des populations du Nord (DDPP) a, en revanche, fait le déplacement à l’abattoir hier après-midi. « Magali Pecquery, la directrice, est venue préciser les dysfonctionnements pointés par le rapport« , expose Alain Dupont. Les principaux griefs concernent « le manque de traçabilité sur certaines opérations d’hygiène et la vétusté des murs du bâtiment« , détaille Alain Dupont. Enfin, une « nouvelle obligation » est pointée du doigt : la nécessité d’effectuer des prélèvements sur les sols de l’abattoir.

Alain Dupont et le propriétaire de l’abattoir se disent prêts à engager des remises aux normes afin de maintenir l’activité. « Environ 100 000 euros seront nécessaires pour réaliser des travaux« , précise Alain Dupont. Cependant, le temps est compté. En fragilité financière, l’abattoir devra « déposer le bilan le 5 novembre« .

Laurène Fertin

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Lait : forte baisse des investissements industriels liée à la crise sanitaire
« Face à l’incertitude générée par la crise, les entreprises de la filière lait ont mis en pause une part signif [...]
Lire la suite ...

Mal-être agricole : Agri’écoute lance une plateforme de discussion en ligne
Le dispositif d’écoute téléphonique pour les actifs agricoles en difficulté, Agri’écoute, s’est enrichi d’u [...]
Lire la suite ...

Le Crédit agricole crée un fonds d’investissement d’1 Milliard d’euros pour les filières agricoles
Dans le cadre de la présentation, le 1er décembre, de son « projet sociétal », dont les « transitions agricoles et [...]
Lire la suite ...

AG de la MSA : le point sur l’actualité des caisses locales
La MSA Nord-Pas de Calais tenait le 25 novembre à Arras son assemblée générale 2020. Covid, numérisation, budget... [...]
Lire la suite ...

Les cours dévissent pendant que l’inquiétude monte
Depuis l'apparition du variant du Covid Omicron, les marchés des matières premières s'orientent à la baisse. Une ap [...]
Lire la suite ...

Les chambres d’agriculture se réorganisent
Les chambres d'agriculture, par l'intermédiaire de l'APCA, se sont engagées dans un contrat d'objectifs et de perform [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires