Votre météo par ville

Le ministre de l’Économie, VRP du plan de relance du gouvernement

04-09-2020

Actualité

Politique-syndicalisme

Mis à jour le 7 septembre.

Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, s’est déplacé vendredi 4 septembre 2020 dans le Nord. Il est venu confirmer les mesures de soutien accordées aux entreprises dans le cadre du plan de relance.

Bruno Lemaire, ministre de l'économie
Bruno Lemaire lors de sa visite au sein de l’entreprise marcquoise Lesaffre. © DR

Le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, a choisi le Nord et le fleuron régional Lesaffre, spécialiste de la production de levures, pour détailler les mesures du plan de relance annoncées par le gouvernement le 3 septembre 2020. 

Vendredi 4 septembre, il s’est d’abord rendu sur le site de production de Lesaffre à Marcq-en-Barœul (59). La visite s’est ensuite poursuivie à Marquette-lez-Lille. Ce second site accueille les fonctions supports et la recherche et développement (R & D) du groupe.

Redonner de la compétitivité

La relocalisation industrielle et la préservation des emplois existants sont au cœur de la stratégie du gouvernement pour relancer l’économie dans un contexte de crise provoqué par l’épidémie de Covid-19. 

Dans ses valises, Bruno Lemaire est venu avec plusieurs annonces pour apporter un soutien aux entreprises. À commencer par une baisse des impôts de production pour un montant de l’ordre de 20 milliards d’euros : 10 milliards d’euros dès janvier 2021, puis 10 milliards d’euros en 2022.

Objectif : redonner de la compétitivité aux entreprises françaises dans un contexte de compétition mondiale. « Les impôts de production sont sept fois plus élevés qu’en Allemagne et deux fois plus élevés que la moyenne des pays européens », précise Bruno Lemaire, pour justifier sa politique.

« Les impôts sur la production sont sept fois plus élevés qu’en Allemagne et deux fois plus élevés que la moyenne des pays européens. »

bruno lemaire

Antoine Baule, directeur général de Lesaffre, n’a pas caché que cet aspect était important. L’entreprise est en effet en pleine réflexion sur la possible construction de nouveaux sites de production. « Sur l’export, nous sommes notamment en concurrence avec des entreprises chinoises, avance le responsable. D’où l’importance d’être compétitif ».

Aide à la relocalisation de la production

Autre mesure annoncée : l’État s’engage à apporter son aide financière aux entreprises qui souhaitent relocaliser tout ou partie de leur production en France.

En ce qui concerne Lesaffre, l’entreprise porte deux projets représentant près de 300 millions d’euros d’investissement et un potentiel important de création d’emplois. Le ministre de l’Économie a confirmé à ses dirigeants que l’État apporterait un soutien « conséquent », sans s’avancer sur un montant.

Transition écologique

Enfin, Bruno Lemaire a aussi indiqué qu’une aide serait apportée aux entreprises qui portent des projets à « haute valeur ajoutée » et qui « permettront aux entreprises françaises de faire la différence avec leurs concurrents ».

Il a souligné sur ce point les atouts de l’entreprise Lesaffre qui développe des produits « particulièrement prometteur pour l’alimentation mondiale de demain ».

Lire aussi : MSA : Des aides pour les agriculteurs en cas de difficultés de paiement des cotisations

La nature des projets entrera en effet en ligne de compte dans l’attribution des aides. « Ces mesures ne sont pas un cadeau fait aux entreprises, a tenu à préciser Bruno Lemaire. Il n’y aura pas de conditionnalité pour accéder aux aides mais nous allons demander des contreparties aux entreprises ». À commencer par des contreparties environnementales. « L’enjeu du plan de relance est aussi d’entamer une transition pour avoir une économie à la fois compétitive et décarbonnée », assure le ministre. 

Parmi les mesures du plan de relance figurent également les prêts participatifs cautionnés par l’État. Sur ce point, Bruno Lemaire souhaite qu’ils s’accompagnent d’accords d’intéressement ou de participation pour les salariés.

Enfin, dernière contrepartie, le ministre attend des entreprises qu’elles améliorent encore la place donnée aux salariés dans leur gouvernance, ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes. « Nous faisons le choix de la confiance envers les entreprises », a conclu le ministre.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Les grains 2021 passés au peigne fin
Terminée il y a seulement deux semaines, la moisson 2021 restera dans les annales mais pour de mauvaises raisons. Peu d [...]
Lire la suite ...

Un besoin «urgent» de hausse du prix du lait, selon la FNPL
«Des hausses de prix significatives sur les produits laitiers sont urgentes !», clame la FNPL (producteurs laitiers, F [...]
Lire la suite ...

Influenza aviaire: vigilance dans le Nord de la France
Mis à jour le 17 septembre 2021 Après le Nord et l’Aisne, c’est au tour du Pas-de-Calais de prendre des me [...]
Lire la suite ...

Alimentation animale :  » L’augmentation doit se répercuter en cascade jusqu’au prix au consommateur »
Gaël Peslerbe, président de Nutiarche, association qui regroupe les fabricants d'aliments du bétail au Nord de Paris, [...]
Lire la suite ...

La chasse et ses actions environnementales
Dimanche 19 septembre, c’est l’ouverture générale de la chasse. L’occasion de mettre en lumièr [...]
Lire la suite ...

Meunerie : « Une qualité des blés régionaux correcte, mais disparate »
Meunier et PDG des Moulins du Nord, situés à Aire-sur-la-Lys (62) et Leforest (59), Olivier Dubois subit de plein foue [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires