Votre météo par ville

Le ministre de l’Économie, VRP du plan de relance du gouvernement

04-09-2020

Actualité

Politique-syndicalisme

Mis à jour le 7 septembre.

Bruno Lemaire, ministre de l’Économie, s’est déplacé vendredi 4 septembre 2020 dans le Nord. Il est venu confirmer les mesures de soutien accordées aux entreprises dans le cadre du plan de relance.

Bruno Lemaire, ministre de l'économie
Bruno Lemaire lors de sa visite au sein de l’entreprise marcquoise Lesaffre. © DR

Le ministre de l’Économie, Bruno Lemaire, a choisi le Nord et le fleuron régional Lesaffre, spécialiste de la production de levures, pour détailler les mesures du plan de relance annoncées par le gouvernement le 3 septembre 2020. 

Vendredi 4 septembre, il s’est d’abord rendu sur le site de production de Lesaffre à Marcq-en-Barœul (59). La visite s’est ensuite poursuivie à Marquette-lez-Lille. Ce second site accueille les fonctions supports et la recherche et développement (R & D) du groupe.

Redonner de la compétitivité

La relocalisation industrielle et la préservation des emplois existants sont au cœur de la stratégie du gouvernement pour relancer l’économie dans un contexte de crise provoqué par l’épidémie de Covid-19. 

Dans ses valises, Bruno Lemaire est venu avec plusieurs annonces pour apporter un soutien aux entreprises. À commencer par une baisse des impôts de production pour un montant de l’ordre de 20 milliards d’euros : 10 milliards d’euros dès janvier 2021, puis 10 milliards d’euros en 2022.

Objectif : redonner de la compétitivité aux entreprises françaises dans un contexte de compétition mondiale. “Les impôts de production sont sept fois plus élevés qu’en Allemagne et deux fois plus élevés que la moyenne des pays européens”, précise Bruno Lemaire, pour justifier sa politique.

“Les impôts sur la production sont sept fois plus élevés qu’en Allemagne et deux fois plus élevés que la moyenne des pays européens.”

bruno lemaire

Antoine Baule, directeur général de Lesaffre, n’a pas caché que cet aspect était important. L’entreprise est en effet en pleine réflexion sur la possible construction de nouveaux sites de production. “Sur l’export, nous sommes notamment en concurrence avec des entreprises chinoises, avance le responsable. D’où l’importance d’être compétitif”.

Aide à la relocalisation de la production

Autre mesure annoncée : l’État s’engage à apporter son aide financière aux entreprises qui souhaitent relocaliser tout ou partie de leur production en France.

En ce qui concerne Lesaffre, l’entreprise porte deux projets représentant près de 300 millions d’euros d’investissement et un potentiel important de création d’emplois. Le ministre de l’Économie a confirmé à ses dirigeants que l’État apporterait un soutien “conséquent”, sans s’avancer sur un montant.

Transition écologique

Enfin, Bruno Lemaire a aussi indiqué qu’une aide serait apportée aux entreprises qui portent des projets à “haute valeur ajoutée” et qui “permettront aux entreprises françaises de faire la différence avec leurs concurrents”.

Il a souligné sur ce point les atouts de l’entreprise Lesaffre qui développe des produits “particulièrement prometteur pour l’alimentation mondiale de demain”.

Lire aussi : MSA : Des aides pour les agriculteurs en cas de difficultés de paiement des cotisations

La nature des projets entrera en effet en ligne de compte dans l’attribution des aides. “Ces mesures ne sont pas un cadeau fait aux entreprises, a tenu à préciser Bruno Lemaire. Il n’y aura pas de conditionnalité pour accéder aux aides mais nous allons demander des contreparties aux entreprises”. À commencer par des contreparties environnementales. “L’enjeu du plan de relance est aussi d’entamer une transition pour avoir une économie à la fois compétitive et décarbonnée”, assure le ministre. 

Parmi les mesures du plan de relance figurent également les prêts participatifs cautionnés par l’État. Sur ce point, Bruno Lemaire souhaite qu’ils s’accompagnent d’accords d’intéressement ou de participation pour les salariés.

Enfin, dernière contrepartie, le ministre attend des entreprises qu’elles améliorent encore la place donnée aux salariés dans leur gouvernance, ainsi que l’égalité entre les femmes et les hommes. “Nous faisons le choix de la confiance envers les entreprises”, a conclu le ministre.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires