Votre météo par ville

Logement : Faire rimer ruralité avec cohabiter

19-08-2019

Actualité

Hors-champ

L’association Générations et cultures, basée à Lille (59) veut développer des logements intergénérationnels et étendre son dispositif « Un toit à partager » au monde rural. Elle lance un appel aux habitants des campagnes.

cohabiter ruralité Terres et Territoires
Hipster son with his senior father cooking in the kitchen. Two generations indoors.© Pixabay

Cohabiter avec une personne âgée. Partager des moments conviviaux et un logement. L’idée a fait son chemin dans les villes où le concept a le vent en poupe. À la campagne, ce type de colocation est en revanche très peu répandu. Pourtant, il permet aux uns de rompre l’isolement et aux autres de pallier la difficulté à trouver un logement.

Créée en 1981, l’association Générations et cultures, qui couvre le territoire du Nord et du Pas-de-Calais, souhaite faire accroître les logements intergénérationnels dans les petites communes.

La relation de réciprocité au cœur du projet

La démarche « Un toit à partager » est active à Arras (dix binômes), Valenciennes (trois), Dunkerque (deux) et Lille (50). Elle devrait faire prochainement son apparition à Douai. Le concept est simple : un étudiant,  apprenti, actif, une personne en recherche d’emploi ou en reconversion est accueilli au domicile d’un hébergeur.

« Il faut au moins une génération d’écart (20 ans) entre l’hébergé et son hébergeur, indique Floriane Defaut, chargée de projet logement intergénérationnel pour l’association. Dans la majorité des cas, les hébergeurs sont des séniors qui possèdent une chambre vide au sein de leur domicile et qui sont en demande d’un peu de compagnie. »

« Les stages sont nombreux en formations agricoles et il faut souvent trouver un logement près des fermes. Le concept peut plaire à la campagne. »

Floriane Defaut, chargée de projet logement intergénérationnel pour l’association Générations et cultures

La relation de réciprocité est en effet au cœur du projet. « Convivialité et partage sont des valeurs indispensables à nos yeux, poursuit la responsable. L’enrichissement se veut culturel et intergénérationnel. » Les échanges sont nombreux et concernent diverses tâches du quotidien : courses, repas, informatique, sorties…

Modalités et engagements

Si le dispositif trouve jusqu’alors écho en milieu urbain, les difficultés qu’il espère briser (isolement, problèmes d’insertion sociale ou prix des loyers…) sont pourtant les mêmes en milieu rural. D’où la volonté de Générations et cultures de vouloir déployer ce principe de cohabitation intergénérationnelle dans les villages.

« Lorsqu’un hébergeur propose une candidature, nous allons à sa rencontre afin de mieux connaître ses attentes mais aussi de nous assurer de ses motivations et des caractéristiques du logement », souligne Floriane Defaut.
La chambre qu’il mettra à disposition doit être indépendante, meublée d’au moins un lit, une armoire et un bureau. Le locataire doit aussi avoir accès aux sanitaires et à une cuisine. « Avant tout emménagement, une rencontre entre les deux futurs colocataires est organisée par l’association, précise Floriane Defaut. Nous nous assurons que le feeling passe et rappelons aux parties la philosophie de la démarche. »

Un second rendez-vous est ensuite fixé entre les deux personnes, sans les membres de l’association. Préalablement à l’installation, elles doivent signer une convention d’occupation (équivalent d’un bail) à titre provisoire et précaire, d’un à douze mois renouvelable ainsi qu’une charte tripartite qui reprend les engagements de chacun. L’état des lieux est établi, en présence des deux parties, par l’association. La personne hébergée devra s’acquitter mensuellement d’un loyer de 210 euros par mois (avec un supplément de 20 euros en cas d’accès à une douche ou une baignoire individuelle). Des aides au logement sont possibles.

Un premier partenariat avec les lycées agricoles

Générations et cultures accompagne les binômes tout au long de la cohabitation pour favoriser une relation de qualité (une médiation est instaurée en cas de nécessité). Des animations collectives (pot d’arrivé, goûters, rencontres seniors…) sont régulièrement proposées entre les hébergeurs et les hébergés. Afin de faire connaître la formule  dans les territoires ruraux, l’association – qui bénéficie déjà d’un partenariat avec la Mutualité sociale agricole (MSA) – va signer courant septembre 2019 une convention cadre avec le CNEAP Hauts-de-France, réseau régional d’établissements d’enseignement agricole privés.

« Les habitations intergénérationnelles sont susceptibles d’intéresser les élèves en formation ou en apprentissage, évoque Floriane Defaut. Les stages sont nombreux en agriculture et il faut souvent trouver un logement près des fermes. Le concept peut aussi plaire à ceux qui, arrivés en études supérieures, veulent quitter l’internat ou aux élèves en formation “services à la personne” par exemple. »

Par ailleurs, les exploitants agricoles, retraités ou non, peuvent intégrer la démarche et proposer des logements. Partager son toit participe à améliorer l’attractivité des territoires ruraux et à accroître leur désenclavement.

Simon Playoult

Info pratique
Pour contacter l’association :
03 20 57 04 67

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 364 : 10 mai 2024

À Coulogne, aquaculture et ouverture
Le lycée agricole de Coulogne accueille près de 500 élèves et apprenants dans l'une de ses formations initiale, cont [...]
Lire la suite ...

L’Atelier Citronnelle ou les fruits et légumes simplement
Dans les locaux de Pom'Cannelle, à Boulogne-sur-Mer, une nouvelle marque a fait son entrée : Atelier Citronnelle. Der [...]
Lire la suite ...

Bien-être animal : investissements gagnants sur tous les plans
Ludovic Bouillet est éleveur à Bousbecque. Depuis son installation en 2006, l'agriculteur a fait, au fil des années, [...]
Lire la suite ...

Européennes 2024 : Les programmes des huit principales listes
22 listes de partis français ont été déposées dans le cadre des élections européennes qui se dérouleront le dima [...]
Lire la suite ...

Christophe Lépine : « Dans la région, nous avons des espaces naturels exceptionnels »
Christophe Lépine, président du Conservatoire d'espaces naturels Hauts-de-France, a deux passions : la nature et la r [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires