Votre météo par ville

Jardin : Une passion pour les mauvaises herbes

22-07-2022

Actualité

Les sorties

Cet été, nous partons explorer des jardins de passionnés dans le Nord et le Pas-de-Calais. Pascale Blairy et son époux Philippe nous ont ouvert les grilles de leur Oasis des mauvaises herbes, dans la commune de Mont-Bernanchon.

Philippe et Pascale Blairy sont les propriétaires de l’Oasis des mauvaises herbes depuis 12 ans. © C. B.

Les mauvaises herbes ne sont traditionnellement pas appréciées par la plupart des personnes. Pourtant à Mont-Bernanchon (62), chez Pascale et Philippe Blairy, celles-ci sont laissées à leur libre arbitre et poussent où elles veulent dans leur jardin de 6 300 m2.

C’est par hasard qu’ils se sont installés il y a 12 ans dans cette commune. Originaires de Lens où ils avaient un terrain de 1 000 m2, ils ont décidé de s’agrandir encore plus. Mais les « terrains avec une grande surface sont difficiles à trouver dans la région », se désole la propriétaire des lieux. Et c’est à Mont-Bernanchon, dans le Béthunois, qu’ils l’ont trouvé.

« Mont-Bernanchon est une zone ornithologique, explique Pascale Blairy. Il y a beaucoup d’oiseaux migrateurs tout au long de l’année. » À leur arrivée, la parcelle avait déjà quelques mauvaises herbes. « Il y avait cinq types de mauvaises herbes maintenant il y en a plus de 500 », sourit Philippe Blairy. Le couple a ainsi fait perdurer les plantes présentes dans le jardin et a continué dans cet esprit en créant l’Oasis des mauvaises herbes. Le but du jardin « est de se réapproprier les mauvaises herbes, ça sert pour soigner les rhumes ou les rhumatismes par exemple », explique Pascale Blairy. Ancienne étudiante de l’école des plantes de Bailleul, elle « ne connaissait pas les richesses des plantes sauvages à (son) arrivée ». C’est avec sur internet et dans des livres sur les plantes qu’elle s’est renseignée sur celles qui ornent son jardin.

Des mauvaises herbes bonnes pour la santé

« Quand on commence à mettre un nom sur les plantes, ça ne ressemble plus à un fouillis », sourit Pascale Blairy. Ce « fouillis », comme elle l’appelle, c’est un espace composé d’un verger, d’une mare avec un potager, d’une pâture et d’une forêt comestible. Arbres, mauvaises herbes, plantes, insectes et animaux se mêlent pour créer une biodiversité nécessaire au jardin.

Ces mauvaises herbes ont d’autres bienfaits que de participer à la biodiversité. Elles peuvent être également de bons compléments alimentaires, avoir des vertus anti-inflammatoires, être utilisées pour améliorer la digestion, contrer les maux du corps… Attention toutefois, Pascale Blairy met en garde, « il faut connaître les critères de reconnaissance quand on veut consommer des plantes ». Les « mauvaises » herbes peuvent parfois ressembler à des bonnes plantes mais l’une peut être curative quand l’autre est toxique.

C’est pour cela que Pascale Blairy réalise des visites du jardin, explique les critères de reconnaissance des plantes ainsi que leurs vertus. La pimprenelle aurait par exemple un goût de concombre, avec lequel Pascale fait du « tzatziki sans concombre ». Cette mauvaise herbe serait bonne pour contrer les hémorragies comme l’indique d’ailleurs son nom latin Sanguisorba minor qui vient de sang et absorber.

Un jardin pensé pour les humains et les insectes

« La nature c’est la curiosité, on se demande pourquoi la plante est là, appuie Philippe Blairy. Il faut penser au ré-ensauvagement ». Sur la parcelle, très peu d’allées sont dessinées. Les humains ne sont pas les seuls à qui le jardin est destiné, « on ne pense pas seulement à nous, mais aussi aux insectes », éclaire Pascale Blairy. Des papillons, des guêpes, des coccinelles, des abeilles, le jardin est rempli de petites bestioles. Les orties de la famille des Urticacées, sont notamment l’habitat des papillons.

Cette mauvaise herbe est cependant aussi bonne pour l’humain puisqu’elle contient 40 % de protéines à sec.

L’espace vert accueille aussi des animaux tels que des canards, des oies, des faisans, des oiseaux comme des hirondelles, qui adorent se nicher dans la toiture, et les propriétaires ont aussi une ânesse. « On a une cour fermée et sous la toiture quand on est arrivé, il y avait un nid d’hirondelles. Maintenant on en a quatre, c’est l’autoroute des hirondelles », plaisante Pascale Blairy.

Un espace 100 % naturel

« Chaque plante a une ou plusieurs utilisations, il faut juste les connaître. » La propriétaire, qui s’est consacrée à plein temps à son jardin, donne des ateliers cuisines, prépare des infusions, des sirops et réalise même des sels aromatiques. La prochaine étape de l’Oasis des mauvaises herbes est de continuer la forêt comestible commencée il y a plusieurs années. Des vignes ont d’ores et déjà été installées avec comme support les plantes du jardin. Les plantes permettent notamment de ne pas utiliser de produits chimiques. En effet, le jardin qui est souvent visité par des enfants et des centres aérés n’utilise « aucun intrant chimique. C’est aussi une des conditions pour être dans l’association Jardins passions. »

Membre depuis le printemps 2021 de cette association, les gérants « ne pensaient pas que le jardin l’intéresserait, il n’y avait pas vraiment de jardin de notre style », souligne Philippe Blairy. Il n’est pas comme ceux que l’on visite habituellement, c’est « une oasis car chaque plante sauvage a sa place, on ne va pas faucher la plante, elle vient se réfugier ici, d’où le nom d’Oasis des mauvaises herbes », décrit Pascale Blairy. Et même si parmi les 35 jardins que compte l’association, seul le leur est un jardin de mauvaises herbes, Pascale Blairy ne se renfrogne pas puisque « quand on rentre dans un jardin, on rentre dans un univers. » 

Célia Bouriez

Lire aussi : Jardin : Un havre de paix dessiné harmonieusement

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires