Votre météo par ville

Les cours du colza flambent sur fond de pénurie mondiale

17-03-2021

Actualité

C’est tout frais

La graine de colza s’échange à plus de 500 €/tonne, un record historique en raison d’une pénurie mondiale d’oléagineux et d’une demande toujours plus soutenue. La hausse n’est peut-être pas à son terme.

colza © Freepik
En Europe, la graine de colza a atteint 535 €/t, soit pratiquement 200 € de plus par tonne qu’il y a un an. © Freepik

C’est à un véritable rallye, comme on dit en termes boursiers, que l’on assiste depuis un mois pour les cours des oléagineux, colza, mais aussi soja et tournesol. La flambée est observée partout dans le monde et pourrait encore s’accélérer si l’écart entre l’offre et la demande devait se poursuivre. En Europe, la graine de colza sur le FOB Moselle a atteint 535 €/t, soit pratiquement 200 € de plus par tonne qu’il y a un an, quand la France entrait en confinement. C’est un plus haut historique. Le Rendu Rouen affiche le même cours et les marchés à terme pour la récolte 2021 affichent déjà des niveaux très élevés, à 450 € la tonne pour le mois de juillet.

À lire aussi, notre grand format sur le colza : Le colza dans tous ses états

Même situation pour le tournesol, à 560 €/t pour le Rendu Saint Nazaire ou au port de Bordeaux, contre 330 €/t il y a un an. La hausse est alimentée par la flambée de l’huile de tournesol à Rotterdam, et par la demande en biodiesel qui est redevenu attractif avec l’augmentation brutale des cours du pétrole. Ailleurs dans le monde, les prix s’envolent aussi. La graine de canola sur le Winnipeg Grain Exchange vient d’atteindre 655 $/t, les stocks de fin de campagne étant au bord de l’épuisement. Le ministère de l’Agriculture canadien, StatCan, les estime à moins d’un million de tonnes (Mt). C’est d’ailleurs ce même chiffre d’1 Mt que l’Europe indique pour les oléagineux en fin de campagne.

Craintes sur la production

À Chicago, la graine de soja s’échange à 530 $/t, des cours soutenus par une accélération des achats par la Chine dont le niveau de trituration atteint 98 Mt. Faute de grain à moudre, la Chine accélère d’ailleurs ses achats de porc et d’huiles, y compris sur le marché européen. Cette flambée des cours tous azimuts devrait se poursuivre jusqu’à l’été. La sécheresse qui sévit en Argentine va réduire la production à 47,5 Mt, contre plus de 50 Mt pour une récolte normale. Le gouvernement argentin a mis en place des taxes à l’exportation pour réduire les prix de la graine de soja sur le marché intérieur, et les acteurs économiques exportent de plus en plus d’huiles et de farines pour contourner l’obstacle.

Au Brésil, selon l’USDA, la production de soja est estimée à 134 Mt, mais les pluies très abondantes retardent la récolte et de nombreux analystes contestent les prévisions. La Chine, d’ailleurs, préfère reporter ses achats aux États-Unis et en Europe, pour assurer ses approvisionnements. Mais comme elle est en froid diplomatique avec l’Australie et qu’elle n’importe plus son canola, c’est l’Europe qui s’empresse de récupérer l’offre de canola australienne ! C’est ce qui lui permet de compenser un peu la pénurie d’offres au Canada…

D’une manière générale, c’est la pénurie qui prévaut partout. Les besoins mondiaux en soja sont évalués à 365 Mt quand la production peine à atteindre 360 Mt. Les 27 Mt de colza, soja et tournesol produits en Europe sont largement insuffisants pour satisfaire la demande actuelle. Avec la sortie anticipée de la crise de la Covid, la hausse des produits pétroliers et la faiblesse des disponibilités, les cours pourraient grimper jusqu’à la prochaine récolte. Peut-être jusqu’à 600 €/t. Un beau pactole pour les producteurs qui ont connu deux années de vaches maigres en volume, et souffert des aléas climatiques et écologiques.

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires