Votre météo par ville

Min de Lomme: « On a la marchandise ! »

23-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Dans le contexte actuel de propagation du coronavirus et de confinement, chaque entreprise s’adapte. Au Min de Lomme (59), une partie des activités est à l’arrêt mais le marché de gros continue de fonctionner.

« On a la marchandise ! » Didier Delmotte, directeur du Marché d’intérêt national (Min) de Lille, se veut rassurant. La marchandise est bien là, les chauffeurs de poids lourds continent à en apporter quotidiennement.

Mais le marché de gros régional a dû s’adapter à la crise. Traditionnellement lieu d’échanges, de flux, de contacts, l’endroit a muté. Difficile d’imaginer cette fourmilière avec ses bâtiments et ses allées en partie déserts. « Ça fait bizarre », confie le directeur.

« Du côté des fleurs et des plantes, tout est fermé, précise-t-il. Les grossistes de fruits et légumes qui livrent les restaurants ou la restauration publique sont au chômage technique. Restent les grossistes sur carreau pour lesquels les professionnels viennent directement sur place. »

Des commandes par téléphone ou par mail

Pour ces derniers, quelques adaptations sont de mise pour respecter les gestes barrières : « On incite les clients à passer commande par téléphone ou par mail, souligne Didier Delmotte. De plus, plus personne n’entre à l’intérieur des bâtiments, on a demandé à ce que les échanges se fassent dehors. »

Toutes les visites extérieures sont bien sûr annulées, et « les startups (accueillies sur le site, ndlr) sont rentrées chez elles ».

Des demandes de masques, de gants et de gel hydroalcoolique ont été faites pour protéger tous les travailleurs du site. « On est comme tout le monde, on passe après les soignants, c’est normal », confie Didier Delmotte.

Au marché de Rungis

De son côté, le marché de Rungis a dû également s’adapter en un temps record, explique à l’AFP son président Stéphane Layani, le 21 mars : « Nous avons augmenté les effectifs de nettoyage en matinée, l’utilisation des canons à mousse et du rinçage haute-pression, et interdit les visites de toute personne extérieure au marché. »

Depuis le 23 mars, un sas sanitaire à l’entrée de chaque pavillon obligera chaque entrant à se laver les mains. Des contraventions pouvant aller jusqu’à 450 euros tomberont sur les récalcitrants.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Qualité de l’air : diminution de la concentration de dioxyde d’azote
Depuis le confinement, le trafic routier a fortement diminué dans la région. Une baisse notable de la concentration de [...]
Lire la suite ...

#RestezChezVous : notre sélection télé de la semaine
Agriculture, cuisine, reportages régionaux… Terres et Territoires vous a sélectionné quelques programmes à n [...]
Lire la suite ...

Marchés locaux : un protocole sanitaire est disponible
Le protocole sanitaire pour rouvrir les marchés locaux est désormais à la disposition des préfets. « Un protoc [...]
Lire la suite ...

Collecte de pneus usagés : participez à l’enquête en ligne
Courant 2019, les professionnels de la gestion des déchets et des pneus ont mis en place le GIE Ensivalor. Ce dispositi [...]
Lire la suite ...

Chalutiers à l’arrêt pour les pêcheurs des Hauts-de-France
Les étals des poissonneries sont vides. Les chalutiers de la région sont à quai, faute de ventes. Les pêcheurs de la [...]
Lire la suite ...

Déclarez vos pertes liées au gel du mois d’avril 2019
Du 11 au 15 avril 2019, le gel avait causé d’importants dégâts dans les vergers. Le ministre de l’Agricu [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires