Votre météo par ville

Francine Théret : « Une jeune agricultrice a toute la latitude pour trouver sa place »

27-04-2023

Actualité

Terre à terre

Contrairement à ce que l’on pourrait croire, la présence des femmes dans les fermes stagne depuis 20 ans. Comment l’expliquer ?

Francine THERET,
Présidente de la Commission Hommes et territoires à la Chambre d’agriculture Hauts-de-France © FDSEA

Francine Théret est la présidente de la commission Hommes et Territoires à la Chambre d’agriculture Hauts-de-France. Elle a répondu à nos questions au sujet du métier d’agriculteur, qui peine à se féminiser.

Quels sont les enjeux autour de l’installation ?

Nous avons besoin de repreneurs pour le renouvellement des générations. De nombreux chefs d’exploitation partent en retraite, il y a des exploitations à reprendre.

Quelles problématiques rencontrent les femmes pour s’installer ?

En Hauts-de-France, les difficultés sont les mêmes que pour les hommes, le genre n’intervient pas : l’accès au métier et l’accès au foncier. Le tout est d’avoir envie, de se battre pour défendre son projet. Aujourd’hui, 55 % des femmes qui s’installent reprennent ou intègrent l’exploitation familiale. Une jeune agricultrice a toute la latitude pour trouver sa place, les a priori tombent. Responsable d’un élevage, diversification, grandes cultures : elle peut s’épanouir quelle que soit la spécialisation choisie, même si près de la moitié, 49 %, s’installe en polyculture élevage.

Comment attirer les femmes dans l’exercice de cette profession ?

L’agriculture a fortement évolué. Avec la robotisation, la mécanisation, l’informatique, c’est un métier riche et varié. On doit être armé, les femmes sont d’ailleurs plutôt plus diplômées, avec des projets plus réfléchis. L’organisation du travail est importante pour piloter son entreprise. Il faut aussi savoir s’entourer : travailler en Cuma (coopérative d’utilisation de matériel agricole, ndlr), en association, se former tout au long de sa carrière, intégrer des groupes de développement. L’échange en groupe, il n’y a rien de tel pour confronter ses idées et ses pratiques. Ensuite, chacun décide sa façon d’opérer. Nous devons donner envie aux jeunes de découvrir les métiers et de s’y projeter professionnellement, et ce quel que soit leur genre. 

Propos Recueillis Par Louise Tesse

Lire aussi : Défi : Comment attirer plus de femmes dans les filières agricoles ?

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires