Votre météo par ville

Bientôt du vrac sur les marchés de l’Avesnois

12-04-2021

Actualité

Bien dans ses bottes

Habitués des marchés de l’Avesnois, préparez vos bocaux vides et propres ! Amélie Christophe vous proposera à partir du mois de juillet 2021 des produits vracs d’épicerie salés et sucrés, ainsi que des produits d’hygiène et d’entretien. Elle vient de lancer une campagne de financement participatif sur la plateforme en ligne Miimosa.

Amélie Christophe Amel'en vrac marchés Avesnois © A. Christophe

Acheter ses produits frais au marché et compléter par un petit tour au supermarché pour se fournir en épicerie sèche : c’est le lot de nombreux consommateurs. Ce constat, Amélie Christophe en a fait l’expérience personnelle et cela a fait germer une idée en elle. Idée qui s’est concrétisée en 2019 avec le lancement de son projet Amel’en vrac.

Objectif : vendre des produits en vrac sur les marchés de l’Avesnois. Elle devrait se lancer en juillet sur les routes bocagères avec sa camionnette. Retour sur ce projet de reconversion professionnelle audacieux.

Lire aussi : Quatre marchés rejoignent le réseau « Marchés de l’Avesnois® »

Répondre à un besoin sur les marchés

Amel’en vrac est le fruit d’un long cheminement. Après différentes expériences en collectivités territoriales et associations, notamment un poste de chargée d’accueil au Forum antique de Bavay, Amélie décide en 2018 de reprendre des études pour trouver une voie professionnelle plus en adéquation avec ses envies. “J’ai obtenu un master en développement local et économie solidaire qui m’a conduite vers ce projet de reconversion professionnelle”, explique-t-elle.

Elle effectue sa formation en alternance au parc naturel régional de l’Avesnois, au sein du service en charge du développement économique. Elle s’occupe notamment de formaliser un réseau de marchés. “Il y avait déjà des marchés bio sur le territoire. Ma mission a consisté à s’ouvrir à d’autres producteurs pour lancer d’autres marchés, avance Amélie. J’ai aussi élaboré une sorte de boîte à outils pour aider les porteurs de projet de marché à se lancer”.

Cette expérience lui permet de découvrir cet écosystème des marchés et de peaufiner le projet qu’elle souhaite mettre en œuvre après sa formation. Alors qu’elle constate le manque de produits d’épicerie sèche sur les marchés, les associations de marchés lui confient qu’elles attendent ce genre de nouveaux services pour les consommateurs. “J’ai vite eu la conviction que mon projet allait répondre à un besoin”, se rappelle Amélie. Sensible aux problématiques environnementales, elle décide de bâtir son projet autour de la commercialisation de produits en vrac, “pour réduire les déchets et les emballages”, issus de l’agriculture biologique.

Elle projette de proposer de l’épicerie salée et sucrée (farine, pâtes, riz, lentilles, sucre…) mais aussi des produits d’hygiène et d’entretien. “Mon objectif est de rendre le vrac accessible en milieu rural”, précise Amélie qui
trépigne d’impatience à l’idée d’aller au-devant des consommateurs.

Un financement solidaire et local

Amélie Christophe constitue actuellement son réseau de fournisseurs. “Lorsque cela est possible, je vais au maximum chercher à m’approvisionner en local, assure-t-elle. Mais ça ne sera pas possible pour tout, comme le riz par exemple”. Pour la farine ou les pâtes, elle a déjà établi des contacts en région.

Pour se lancer, Amélie doit pour l’instant investir 31 000 €. Le principal investissement, en plus du stock de départ, est la camionnette et les silos et bacs à installer dedans. Elle a opté pour un camion de boulangerie d’occasion qu’elle va faire aménager sur mesure par un jeune ébéniste de l’Avesnois.

Pour financer son projet et créer son entreprise, Amélie a lancé une cagnotte participative en ligne, sur la plateforme Miimosa, de 4 500 € (plus de 3000 € atteints au 12 avril) ; elle devrait également souscrire un prêt d’honneur auprès de l’association Les Cigales et un autre prêt avec la Nef (banque solidaire). L’association À petit pas l’accompagne dans son projet.

Côté communication, Amélie a d’ores et déjà créé une page Facebook où elle a commencé à mettre en avant son aventure entrepreneuriale.

“Plusieurs communes ou associations m’ont déjà fait part de leur volonté de m’accueillir sur leur marché dès cet été”, assure, optimiste, la future épicière. C’est le cas des marchés de Hon-Hergies, Jolimetz, Felleries, Beaufort et Féron. Fidèle à ses valeurs et aux règles du jeu des marchés, elle adaptera le contenu de son étal afin de ne pas déstabiliser l’offre qui existe déjà sur les marchés de l’Avesnois, où les consommateurs devraient pouvoir sans tarder adopter de
nouvelles habitudes de consommation !

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires