Votre météo par ville

Champignons : Les secrets de Jean-Baptiste Cokelaer pour les cueillir

02-11-2023

Actualité

C’est tout frais

La saison de la cueillette de champignons est ouverte. L’occasion d’une balade en forêt avec le mycologue Jean-Baptiste Cokelaer.

Passionné de champignons, Jean-Baptiste Cokelaer transmet son savoir aux cueilleurs en herbe.
Passionné de champignons, Jean-Baptiste Cokelaer transmet son savoir aux cueilleurs en herbe. © H. G.

C’est officiel : la saison des champignons est lancée. Pour Jean-Baptiste Cokelaer, “un panier, des bottes et un couteau, c’est le minimum syndical pour partir en cueillette“. Sans oublier le sourire jusqu’aux oreilles pour ce pharmacien de profession dont la passion est le champignon ! Régulièrement, il organise des cueillettes à destination du grand public. Son leitmotiv ? « Partager, échanger et transmettre. »

Il est justement à l’initiative des Journées mycologiques et botaniques qui se déroulent chaque année dans la forêt domaniale du Bois l’Evêque, à Ors (59) dans son Cambrésis natal qu’il affectionne particulièrement.

Quand les champignons ont un succès fou

« En 2009, pour la première édition, il n’y avait que six personnes, et encore c’était mes proches, qui se foutaient pas mal des champignons et ils étaient plutôt là pour me faire plaisir. Mais on s’est éclaté ! » Jean-Baptiste Cokelaer décide donc de renouveler l’opération tous les ans et c’est devenu un véritable succès. « Les deux rendez-vous affichent très rapidement complets. À chaque fois, je dois refuser des gens. »

En 15 éditions, plus de 4 000 personnes y ont participé. Un moment de plaisir et surtout de partage : « Une relation se crée avec les gens, on n’est pas dans le consumérisme. On se balade en forêt et, sans aller jusqu’à faire des câlins aux arbres, c’est toujours un moment de détente où l’on se reconnecte à son environnement. On redevient des chasseurs-cueilleurs, on prélève de la nourriture pour un repas, c’est inné chez l’homme, on a ça dans nos gènes. » Lorsqu’il part en forêt, Jean-Baptiste Cokelaer ne se met pas de pression. « Il n’y a aucune obligation de résultat. La cueillette, ce n’est pas l’appel du ventre », insiste-t-il. D’abord car il n’est pas question de « piller une zone » : « Il faut en laisser pour les autres, mais aussi pour les générations futures. » Et puis, le cueilleur le rappelle : le champignon est un condiment. « Il se digère mal et il est recommandé de ne pas en manger plus de 200 grammes par semaine », ajoute-t-il.

Le maître mot : la prudence

Mais surtout car ce loisir doit se pratiquer avec une grande prudence : « Avec les champignons, il ne faut pas se fier à ce qui saute aux yeux, ne pas se précipiter. Tous les sens doivent être en éveil : la vue, le toucher, l’odorat mais aussi le goût ! » Et d’ajouter : « Chaque champignon comestible a un sosie mortel, ou tout au moins toxique. » Sur les 6 000 variétés de champignons présents en Hauts-de-France, entre 20 et 30 variétés seulement sont comestibles, une dizaine est mortelle et d’autres sont toxiques et peuvent parfois entraîner de graves séquelles comme des troubles digestifs sévères, des complications rénales, ou encore des atteintes du foie pouvant nécessiter une greffe…

Et s’il est incollable sur le sujet, Jean-Baptiste Cokelaer n’en reste pas moins modeste : « La seule chose dont je suis sûr, ce sont mes incertitudes », sourit-il. Il faut dire qu’il endosse une sacrée responsabilité lorsqu’un client se rend à la pharmacie pour faire vérifier le butin de sa cueillette. « Je m’arrange souvent pour que le diagnostic se fasse devant témoins d’ailleurs ! »

Transmission

Et il préfère le préciser : « Je ne suis pas un autodidacte. Tout ce que je sais aujourd’hui, je l’ai appris en suivant des cours, en lisant, en me documentant, en allant à des conférences… J’ai mis du cœur à l’ouvrage ! » Si le pharmacien avait étudié la mycologie durant ses études, il a décidé de repartir sur les bancs de la faculté de Lille en 2014, pour passer un diplôme universitaire en la matière. Des connaissances que le mycologue met aujourd’hui un point d’honneur à transmettre

Des connaissances qui impressionnent aussi au point que de nombreux chefs renommés l’appellent pour partir en cueillette avec lui. C’est d’ailleurs l’un d’eux, Jean-Marc Notelet, qui lui a soufflé l’idée d’écrire un livre : « Lorsque je commence à parler de ce sujet, j’ai du mal à m’arrêter… Jean-Marc Notelet m’a donc dit de tout mettre sur papier ! » Pour Des cueillettes et des hommes, Jean-Baptiste Cokelaer s’est entouré de professionnels de l’édition. Avec quatre chefs restaurateurs emblématiques de la région (Florent Ladeyn, Damien Laforce, Pascal Lefebvre et Jean-Marc Notelet), ils ont parcouru les Hauts-de-France à la recherche de 70 variétés de champignons et de plantes, mais aussi des différentes manières de les cuisiner. « On a pris un pied ! », sourit le pharmacien. Au point qu’il est d’ores et déjà en train de plancher sur son second bouquin ! 

Jean-Baptiste Cokelaer en quatre dates

1er mai 2009. Installation en tant que titulaire de l’officine de la pharmacie du musée au Cateau-Cambrésis.

Octobre 2009. Première édition des Journées mycologiques et botaniques.

Juin 2014. Obtention du diplôme universitaire de mycologie appliquée à la faculté de Lille.

Septembre 2020. Sortie de son livre Des cueillettes et des hommes.

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

T&T Junior : Dis, comment on fait de la glace ?
Avec Terres et Territoires junior nous choisissons de t’expliquer chaque mois la production d’un aliment du [...]
Lire la suite ...

Numéro 372 : 5 juillet 2024

Série de l’été : Le bocage, c’est aussi dans les Flandres (2/9)
Cet été, Terres et Territoires vous emmène à la découverte des milieux naturels du Nord-Pas de Calais avec le Conse [...]
Lire la suite ...

Marchés du Nord-Pas de Calais : Clairmarais, artisanal et (para) aquatique
Au mois de juillet, Terres et Territoires vous propose de découvrir des marchés emblématiques du Nord-Pas de Calais. [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Le Rn en tête dans le Nord-Pas de Calais
Dimanche 7 juillet, quelque 1,5 million de votes ont été exprimés dans les urnes du Nord et du Pas-de-Calais. Alors [...]
Lire la suite ...

Lin : variétés, conduite… le rendu des essais 2024
L'AGPL, syndicat des producteurs de lin du Nord et du Pas-de-Calais, a présenté le rendu de ses essais variétaux et c [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires