Votre météo par ville

Rosalys, l’art de faire de jolies tisanes

30-12-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

À Bailleul, dans le Nord, Louise Belpalme fait pousser des plantes aromatiques et médicinales qu’elle assemble ensuite en de jolies tisanes.

Louise Belpalme. © Célia Swaenepoel

Cueillette, séchage, mélanges… Louise Belpalme fait tout à la main et toute seule. Dans son jardin en forme de soleil, situé dans les Flandres, à Bailleul (59), elle s’applique pour produire de jolies tisanes. Les tisanes Rosalys.

Il en faut de la patience, et de la minutie ! Et surtout une grande passion pour les plantes aromatiques et médicinales. À 34 ans, la jeune femme originaire de Lille, qui est aussi saisonnière dans le maraîchage, nous présente son travail.

Menthe, camomille, verveine, origan, rose ou encore calendula… dans le jardin Rosalys, on trouve de multiples variétés.

« J’ai créé un jardin en forme de soleil, explique Louise Belpalme. Je voulais quelque chose de joli ! Et dans la nature, il n’y a rien qui pousse en ligne droite. Comme je fais tout à la main, je ne pouvais pas me permettre d’avoir quelque chose de trop grand non plus. »

« L’armoire » de séchage. © DR

Une fois toutes ces plantes cueillies, il faut les faire sécher. « J’ai un séchoir artisanal, en bois non traité. J’ai la chance d’avoir un compagnon charpentier-menuisier, qui me l’a fabriqué. Cela ressemble à une immense armoire, fermée de façon hermétique. Il contient un déshumidificateur et un extracteur d’air favorisant le séchage. Dedans, il y a des claies de séchage, des cadres en bois avec un grillage, où je dispose les plantes. Elles restent là trois à quatre jours, à l’abri de la lumière. »

« L’aspect visuel est aussi important que le goût »

Qu’est-ce qui l’inspire pour créer ses mélanges ? « J’ai suivi une formation mais j’avais déjà créé des recettes par moi-même, souligne Louise. L’idée est d’avoir quelque chose d’intéressant au goût, mais aussi au niveau du visuel. Comme pour le jardin, j’ai envie que ça soit joli. » La tâche demande minutie et patience. « Les fleurs, et certaines feuilles, sont cueillies une à une à la main, on les retrouve telles quelles, elles se déploient dans l’eau. » 

Les recettes évoluent chaque année, car elle doit s’adapter aux aléas climatiques. « Cette année j’ai eu beaucoup de problèmes à cause de la sécheresse, par exemple. Chaque année, il y a un défi intéressant! »

Les tisanes évoluent tous les ans. © Célia Swaenepoel

« Toutes les plantes ont des vertus, à la fois aromatique et médicinales. Par exemple, la mélisse est calmante et digestive. La guimauve apaise les irritations au niveau digestif. » Les tisanes sont ensuite essentiellement vendues en magasins spécialisés dans le bio, et dans des épiceries locales.

Le portrait de Louise Belpalme est à retrouver dans notre édition papier du 1er janvier 2021.

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Des agriculteurs manifestent à Bailleul samedi 16 janvier
Des agriculteurs du canton d’Hazebrouck prévoient de manifester samedi 16 janvier 2021 à Bailleul (59). Leur but [...]
Lire la suite ...

Visite de ferme bio : « Valoriser ses productions en grandes cultures »
L’association Bio en Hauts-de-France organise une visite de ferme sur le thème « Valoriser ses productions en g [...]
Lire la suite ...

Hervé, nouveau candidat des Hauts-de-France à l’Amour est dans le pré !
Les candidats de la 16ème saison de l'émission télévisée L'Amour est dans le pré viennent d'être dévoilés. Herv [...]
Lire la suite ...

Nutrition animale: « J’ai créé les produits dont j’avais besoin »
Ingénieure agronome et passionnée de chevaux depuis son enfance, Agathe Chaine conçoit et vend des produits de soin e [...]
Lire la suite ...

La ferme Pollet et ses 36 bovins au cœur d’une polémique
Taxée de "ferme de l'horreur" par des associations de défense des animaux qui ont manifesté le 9 janvierà Lille, la [...]
Lire la suite ...

Stockage des pommes de terre : « C’est une année de découverte »
Cette année, sans CIPC, le stockage des pommes de terre s'avère compliqué. Comment s'organisent les producteurs ? Re [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires