Votre météo par ville

Sur la côte, la bergère Lorène Pascal garde le cap

07-05-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

À tout juste 25 ans, Lorène Pascal entame sa troisième saison en tant que bergère sur le site naturel protégé des Deux caps, entre Boulogne-sur-Mer et Calais (62). Jusqu’au mois d’octobre, elle fait pâturer un troupeau de plusieurs centaines de brebis sur ces coteaux calcaires et sensibles de la côte d’Opale.

Lorène Pascal et ses deux fidèles chiens, Opale et Zumaï. © E. Dusaunois

Alors que l’ensemble de la population française s’apprête à entamer progressivement son déconfinement, elle, de son côté, retrouve avec enthousiasme son isolement. Loin de tout contact humain, entre dunes, champs et falaises, Lorène Pascal retourne affronter vents et marées des caps Gris-Nez et Blanc-Nez. Seule face à la mer pour guider durant six mois un troupeau de moutons boulonnais au milieu de cet espace labellisé Grand Site de France.

L’âme d’une aventurière

Rien ne prédisposait Lorène Pascal à venir passer la moitié de son année dans le cadre du détroit du Pas-de-Calais. Originaire de l’Isère (38), la jeune femme est plutôt adepte des randonnées dans les alpages. “Mes parents m’ont donné le goût de la montagne. Lors de nos balades, nous rencontrions souvent des bergers. Leur mode vie dans la nature m’a attiré.

C’est donc par dévouement et “sans aucun héritage familial dans l’agriculture” que Lorène Pascal se lance dans une formation professionnelle en “transhumance” à Salon-de-Provence (13). Diplôme en poche, la jeune femme tombe sur une annonce d’Eden 62, gestionnaire du site des Deux caps, qui cherchait un(e) berger(e) pour la période estivale. L’occasion était trop belle pour ne pas être saisie.

Cap !” se dit-elle. L’aventurière quitte sa région natale pour le bord de Manche et signe son premier contrat à l’été 2018. Depuis, Lorène Pascal a tissé des liens forts avec ce cadre de travail inédit des Hauts-de-France. “C’est ma troisième saison ici, souligne-t-elle. Le paysage est vraiment hors du commun, le troupeau est agréable, tout comme l’équipe d’Eden 62. C’est chouette de pouvoir y revenir une nouvelle fois !” 

L’arrivée du troupeau sur le site des Deux caps le 1er mai. © E. Dusaunois

La préservation des pelouses calcicoles

En solitaire, sur ce coin de campagne française le plus proche de l’Angleterre, la bergère a du pain sur la planche. Les 600 moutons de race boulonnais, mis à disposition par quatre éleveurs locaux, ont en effet un rôle tout particulier sur ces prairies rases atypiques où le pastoralisme trouve tout son sens.

“Il s’agit de préserver les pelouses calcicoles (poussant sur la craie, ndlr), explique Lorène Pascal qui connaît désormais parfaitement les lieux. En fonction de la pousse de l’herbe et des conditions météorologiques, très changeantes ici, je m’adapte pour effectuer des rotations sur les 260 ha du site et faire éco-pâturer les moutons entre le Mont d’Hubert, le fond Pignon ou les falaises.”

En mangeant le brachypode, plante qui a parfois pris la dominance sur les autres entre les deux caps, les ovins permettent à une végétation disparue de se développer à nouveau et de retrouver petit à petit sa place, comme les orchidées ou la gentiane. Un atout de taille pour la biodiversité.

© E. Dusaunois

Opale et Zumaï, œil pour œil

Logée dans un ancien restaurant installé sur le site, Lorène Pascal voit son quotidien entièrement rythmé par la conduite du troupeau depuis le 1er mai dernier, date de son arrivée sur place. “Le matin, je sors les brebis vers 8 heures, ou 7 heures lorsqu’il fait trop chaud, indique-t-elle. Je les fais manger durant quelques heures à des endroits précis. Puis elles se reposent et viennent s’abreuver dans un parc. Dans l’après-midi, les animaux repartent en pâture jusqu’au soir où ils prennent la direction du parc de nuit. Deux fois par semaines, je réalise des soins si nécessaire, notamment sur les pattes. C’est très important de vérifier que toutes les brebis se portent bien.”

Tâches techniques, écologiques et sanitaires que la bergère réalise en autonomie, accompagnée de ses deux fidèles chiens, Opale et Zumaï. Des compagnons de route qui aideront Lorène Pascal à compter les moutons entre terre et mer, jusqu’au mois d’octobre prochain.

Simon Playoult

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires