Votre météo par ville

À la rencontre du Savoir vert

11-01-2022

Actualité

Organisations agricoles

Depuis trente ans, les agricultrices et agriculteurs du Savoir vert ouvrent leurs exploitations aux écoles pour montrer la réalité du métier et éveiller les adultes de demain aux sciences du vivant.

Chantal Legay © V.Lebon

Voilà maintenant trente ans que le Savoir vert regroupe les exploitants de fermes pédagogiques des Hauts-de-France. Créée pour combler le fossé entre les citadins et les ruraux, l’association regroupe à ce jour une centaine d’exploitations. Celles-ci ouvrent régulièrement leurs portes aux élèves des écoles de la région. Si la communication auprès des établissements scolaires reste le cheval de bataille de ses membres, la pédagogie a pris une grande place dans les activités du Savoir vert, agréé par le ministère de l’Éducation nationale.

Communiquer positivement

Parmi eux, Chantal Legay, éleveuse de vaches laitières à Neuville-Saint-Vaast (62) a pris la tête de l’association il y a quatre ans. Casser les préjugés que les jeunes peuvent avoir sur l’agriculture, c’est son objectif : « Les élèves qui viennent dans nos fermes Savoir vert ne connaissent quasiment rien de l’agriculture, pour la plupart. Les plus grands d’entre eux, les lycéens, viennent souvent avec des préjugés qu’ils tiennent de leur sphère familiale. Quand ils arrivent dans la ferme, certains se plaignent des contraintes météorologiques ou des odeurs mais bien souvent, ils repartent ravis. » Briser les préjugés, oui, mais pas de n’importe quelle façon. « Nous le faisons toujours avec pédagogie et en communiquant de manière positive, ajoute Chantal Legay. Nous parlons de notre métier, de notre environnement, de la biodiversité mais aussi de la provenance des aliments qu’ils sont susceptibles de retrouver dans leur assiette. »

Pour y parvenir, avant d’accueillir des élèves, les agriculteurs adhérents au Savoir vert suivent une formation de base de neuf jours pour maîtriser les éléments pédagogiques nécessaires. Les notions de sécurité et d’administration sont abordées pour organiser les visites d’exploitation. La formation permet aussi de bénéficier des interventions d’un coach en communication et en pédagogie, etc. Les sujets sont variés et assurent un bon enseignement. Car comme le rappelle la présidente, « nous ne sommes pas des fermes d’animation mais bien des fermes pédagogiques. En venant à la ferme pendant quelques heures, les enfants étudient une partie du programme vu en classe. » Chantal Legay, qui a la volonté de montrer l’intérêt de ces visites, illustre. « En SVT au lycée, le sol est souvent abordé en fin d’année ou passe à la trappe. En venant sur une exploitation, les lycéens abordent la totalité de cette partie de programme de manière concrète et interactive. »

Régionalisation en cours

Cette diversification s’est tout de suite imposée à Chantal Legay lors de son installation. « J’avais envie de parler de l’agriculture, de voir du monde et puis je faisais déjà de la pédagogie à l’Institut d’Anchin », raconte-t-elle avec son dynamisme et sa convivialité naturelle. Pour se lancer dans l’accueil pédagogique, il suffit de pas grand-chose si ce n’est l’envie de communiquer et d’avoir envie de transmettre aux enfants la passion du métier.

Les quatre années de présidence du Savoir vert ont été compliquées pour Chantal Legay, qui reçoit une centaine de classes en année normale, elle reste tout de même bien mobilisée. « Nous avons subi de plein fouet le Covid, estime-t-elle. Nous avons réussi à réaliser quelques interventions dans des écoles mais nous ne pouvons pas transporter nos fermes dans les classes. Ce n’est pas suffisant. » Outre le Covid, la régionalisation du Savoir vert avec le développement du réseau en Picardie est l’un des grands enjeux de l’association. L’association est présente pour montrer à tous les agriculteurs qu’ils ont une fibre pédagogique.

Utilité publique

L’autre cheval de bataille demeure le soutien de ces sorties scolaires. « Les académies de Lille et d’Amiens nous soutiennent et nous apportent un vrai cadre. La Région en finance une partie, les Départements ou certaines Communautés de communes encouragent les écoles dans leurs sorties scolaires, reconnaît Chantal Legay. Mais le frein reste le coût du transport en bus qui est de plus en plus onéreux. Le Savoir vert y réfléchit et y travaille pour diminuer son coût. Pourtant ce type de sortie à chaque niveau scolaire devrait être d’utilité publique et cela ne devrait pas poser tant de questionnements. » De plus, les programmes scolaires étant en constante évolution, le Savoir vert accompagne les adhérents à mettre à jour leurs compétences et à innover dans de nouvelles méthodes.

Renforcer et montrer l’utilité de ces visites reste le principal enjeu des prochaines années pour l’association… et pour le futur président à qui elle passera le relais lors de l’assemblée générale le 15 mars prochain.

Chantal Legay en trois dates :

  1. 2008 : Installation sur l’exploitation familiale après avoir été documentaliste à l’Institut d’Anchin.
  2. 2010 : Sa ferme est labellisée Savoir vert après avoir suivi une formation de neuf jours.
  3. 2018 : Elle devient présidente du Savoir vert pour quatre ans.

Lucie Debuire

Lire aussi : Mormal : L’appel de la forêt

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires