Votre météo par ville

Chocolat. gourmandises d’un champion du monde

22-12-2022

Actualité

Consommation

Et si on tentait un repas 100 % local pour les fêtes de fin d’années ? Avec notamment du chocolat, une gourmandise (très) appréciée. Rencontre avec Quentin Bailly, le Nordiste qui s’est fait une place dans le monde de la chocolaterie.

Les chocolats de Quentin Bailly, fabriqués à Pérenchies, sont notamment commercialisés dans sa boutique lilloise. © H. G.

Depuis un mois c’est le grand rush dans l’atelier de fabrication de chocolats de Quentin Bailly, situé dans la zone d’activités de l’Horloge, à Pérenchies (59). Sa boutique lilloise, tenue par sa sœur, Juliette, et son épouse, Auriane, ne désemplit pas non plus.

Les fêtes de fin d’année sont l’une des plus grosses périodes pour l’activité du chocolatier : « Avec Pâques, cela représente 50 % de notre chiffre d’affaires », précise-t-il. Et d’ajouter : « Juste pour les bonbons en chocolats, on en est à environ cinq tonnes rien que sur le mois de décembre ! »

Réputation

Il faut dire qu’un bon chocolat fait toujours son effet ! Et en termes de bon chocolat, Quentin Bailly sait de quoi il parle. Vainqueur de la coupe du monde de pâtisserie en 2013, le Nordiste de 38 ans s’est fait une place et un nom. Près de la moitié de sa production est destinée à des hôtels de luxe ou exportée, notamment aux Émirats arabes unis ou encore au Japon, l’autre moitié est vendue dans sa boutique.

Alors en cette période de fin d’année, les équipes de Quentin Bailly s’activent dans le laboratoire flambant neuf de 1 000 m2. Jusqu’à septembre dernier, l’atelier de fabrication du chocolatier était situé Roanne, dans la Loire, d’où est originaire sa femme. Un déménagement qui lui a permis de doubler son effectif (à 16 personnes), mais aussi son activité en trois mois, et un retour aux sources pour celui qui a grandi en métropole lilloise avant de parcourir le monde et de travailler pour les plus grands comme Anne-Sophie Pic, cheffe trois étoiles au Michelin, ou encore Philippe Rigollot, Meilleur ouvrier de France en 2007. Une région à laquelle Quentin Bailly est toujours resté très attaché : « Notre territoire a une valeur ajoutée de dingue, nous sommes situés au milieu de grandes villes européennes », commente le chocolatier.

Ce dernier a d’ailleurs à cœur de valoriser son territoire, aussi bien gustativement que visuellement. Parmi ses spécialités, les gourmands peuvent notamment retrouver les Briquettes du Nord, un clin d’œil à notre célèbre brique, élaborées avec, entre autres, du spéculoos. Ou encore le Beffroi à croquer, un bonbon en chocolat qui prend la forme de l’un des bâtiments emblématiques de la région, confectionné à partir de chicorée.

Et si ce boulimique de travail vit avec son temps en intégrant des nouvelles technologies à son procédé de fabrication, pas question pour autant de devenir esclave des machines. « Elles sont là pour soulager mes équipes, mais il est hors de question de modifier le goût ou de changer un gramme des recettes », insiste-t-il.

Des créations culinaires qu’il imagine pour le plus grand nombre : « J’aime dire que je fais mes chocolats comme un piège : une fois qu’on y a goûté, on a envie de finir la boîte, sourit-il. Je veux que ça plaise au plus grand nombre. Lorsque je fais des dégustations, mes créations sont goûtées par des non-professionnels, mon premier testeur a d’ailleurs été mon fils ! »

Saisonnalité

Père Noël, lutins, boules, lanternes, ou encore sapins de Noël en chocolat on rejoint sa gamme habituelle le temps de quelques semaines. « Quand j’étais gamin les vitrines de magasins décorées pour les fêtes de fin d’année me faisaient rêver. Cette tradition, je veux la faire perdurer. »

Les clients peuvent également retrouver des gourmandises élaborées avec des produits de saison : « On reste dans une saisonnalité cohérente. En ce moment, nous proposons des bonbons en chocolat à la mandarine, à la poire, ou encore aux marrons. »

Et bonne nouvelle pour les amateurs de chocolats, Quentin Bailly va ouvrir une seconde boutique à Pérenchies d’ici quelques semaines. 

Hélène Graffeuille

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires