Votre météo par ville

Association de magasins de producteurs : l’union fait la vente directe

10-07-2020

Actualité

Consommation

Née le 25 mai 2020, l'association des magasins de producteurs fermiers des Hauts-de-France réunit neuf commerces de la région. Partages, échanges, mutualisation... ensemble, ils comptent bien aller plus loin et faire progresser la vente directe, sans intermédiaires.

L'association des magasins de producteurs des Hauts-de-France réunit neuf magasins. © DR

Rencontre avec Thierry Cazin, membre du magasin Vert de Terre, président de la toute nouvelle association des magasins de producteurs fermiers des Hauts-de-France, et sa vice-présidente, Marie-Odile Smets, membre du Panier Vert.

Selon vous, qu'est-ce qui fait la force des magasins de producteurs ?

Thierry Cazin. © DR

Thierry Cazin : Je ne suis pas équipé pour vendre mes produits (volailles) seul, chez moi. Le magasin de producteurs me permet donc de bénéficier de cette structure, qui , en plus, dispose d'une situation géographique intéressante, juste à l'entrée de la ville de Boulogne, tout proche des centres d'intérêt. Vert de terre est ouvert du mercredi au samedi soir, mais moi, j'y suis deux demi-journées par semaine, c'est un vrai gain de temps. C'est plus confortable.

Marie-Odile Smets : Collectivement, on peut apporter un service au consommateur, en toute transparence. Ça permet aussi de valoriser les talents et savoir-faire des uns et des autres. Et ça a permis de se spécialiser sur une gamme de produits. Je dirais que finalement, à chaque grosse crise, le magasin de producteurs a permis d'offrir une solution aux producteurs. Ça a ouvert de nouveaux débouchés aux jeunes agriculteurs, qui se voyaient bloqués dans le développement de leurs activités laitières après les quotas laitiers. Après les crises porcines ou celle de la vache folle, le Panier Vert a proposé ces viandes-là, en local pour rassurer le consommateur... Dernière en date : le confinement, où notre drive a explosé. On ne gardera pas tous les clients qui sont passés, mais une bonne partie quand même !

Vous prenez le parti de fonder un regroupement... de regroupements ! C'est que ça à du bon.

T. C. : Ça a du bon de travailler ensemble, mais ce n'est simple pour personne. Il y a les humeurs, les envies, les besoins de chacun... L'idée avec cette association est donc de poser une réflexion collective pour mettre nos moyens en commun afin d'avancer, de régler nos problèmes. Nous, on est producteurs, pas vendeurs. On peut s'improviser un moment dans ce rôle, mais pour évoluer, il faut se former, s'entourer de compétences : améliorer nos gammes de produits, la gestion des stocks, la communication... 

Marie-Odile Smets. © DR

M.-O. S. : L'esprit de chaque magasin est le même. On est tous agriculteurs ou artisans et on est confrontés aux mêmes difficultés. Si on veut exister, il faut qu'on passe par là : on va chercher les solutions ensemble. 

Vous n'êtes pas les premiers à aller chercher des solutions en vous associant entre magasins de producteurs...

T. C. : Non, on est notamment allés en Paca (Provence-Alpes-Côte d'Azur, ndlr), où une association similaire a été constituée. On a pu se rendre compte qu'on a les mêmes attentes, les mêmes questionnements que d'autres producteurs à 800 kilomètres d'ici. Cette association n'est pas vieille mais nous conforte dans le fait de nous rassembler, d'investir ensemble dans la formation, des outils, du matériel... 

M.-O. S. : Cette association organise notamment une journée d'animation régionale sur tout le territoire, pour faire connaître les magasins de producteurs. Ce sont des choses dont nous pourrions nous inspirer.

T. C. : Comme nous, l'association de Paca a fait le choix d'être accompagnée par Trame, association nationale de développement agricole et rural qui a déjà de l'expérience dans le domaine. On espère ainsi trouver une méthodologie efficace de fonctionnement. Les décisions, la structuration, c'est un métier. Nous, producteurs, on retombe très vite dans nos fonctionnements d'exploitations !

Quels seront les premiers chantiers de l'association ?

M.-O. S. : L'embauche d'un stagiaire pour, à la fois faire la communication de l'association et soutenir les différents points de vente qui ont des moyens humains limités. On a besoin de quelqu'un qui vienne d'une école de com', pas du monde agricole. Il pourrait, par exemple, éditer une publication Facebook qui serve à tout le monde, plutôt que chacun fasse la sienne !

T. C. : Se faire connaître en tant qu'association régionale. On l'a voulue Hauts-de-France car on veut coller aux institutions (Région, chambre d'agriculture...). Toutes sont sensibles au local. On ne va pas aller chercher du soutien chacun dans notre coin.

Les magasins membres de l'association :

Nord : Au Panier vert (Frelinghien), Com’ à la ferme (Fournes-en-Weppes), Talents de ferme (Wambrechies), Au Rond-point fermier (Bailleul).

Pas-de-Calais : Au Rendez-vous fermier (La Gorgue et Norrent Fontes), Aux goûts de la ferme (Calais), Vert de terre (Saint-Martin Boulogne), Naturpaysan (Saint-Omer).

Somme : Esprit fermier (Glisy).

Agathe Villemagne

...

Pour accéder à cet article, connectez-vous ou abonnez vous :

S'abonner
Le Civam Hauts-de-France dévoile ses formations pour l’automne
Le Civam (réseau des centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) vient de dév [...]
Lire la suite ...

La foire de l’ail de Locon annulée, mais la vente maintenue
La foire de l’ail de Locon (62) n’aura pas lieu, à cause des restrictions sanitaires. Mais une vente d&rsqu [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés
Dans son avis publié le 3 août 2020, le Conseil scientifique Covid-19 suggère qu’en cas d’« alerte épidémiolo [...]
Lire la suite ...

En image : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires