Votre météo par ville

Fruits et légumes : une hausse des prix inhabituelle ?

07-05-2020

Actualité

Consommation

D’après l’association de consommateurs UFC-Que Choisir, les prix des fruits et légumes frais ont fortement augmenté pendant le confinement. L’interprofession Interfel Hauts-de-France apporte son analyse.

Terres et Territoires - Interfel Hauts-de-France_Jean-Marc Brodbeck
Jean-Marc Brodbeck, président d’Interfel Hauts-de-France lors du lancement du comité régional le 27 novembre 2019. ©Philippe_Dufour

D’après les chiffres publiés fin avril 2020 sur le site de l’UFC-Que Choisir, les fruits et légumes frais, vendus en vrac, ont connu des hausses de prix importantes en période de confinement. Entre le 2 mars et le 11 avril 2020, l’augmentation globale du rayon a atteint 9 % : + 6 % pour les produits conventionnels et + 12 % pour le bio. Dans les Hauts-de-France, l’endive est montée jusqu’à 4,50 € le kilo, au lieu des 2 ou 3 € habituels.

Pour cause notamment, l’augmentation des coûts de production, selon l’union fédérale des consommateurs. La hausse des coûts des transporteurs est aussi une explication. Ceux qui partent du Nord de la France vers le Sud remontent habituellement avec leurs camions pleins. Mais du fait de la crise sanitaire, ils reviennent à vide.

Saisonnalité et qualité

La hausse des prix à la consommation est-elle uniquement due aux répercutions du coronavirus ? Pas si sûr. D’après le président d’Interfel Hauts-de-France, « même si la hausse des prix est tombée en plein confinement, elle s’explique surtout par la saisonnalité ». Jean-Marc Brodbeck précise qu’« il y a toujours une certaine tension sur l’approvisionnement des produits en cette période printanière. » Une tension qui s’explique notamment par la concurrence avec les voisins européens.

Prenons l’exemple de la fraise. Les approvisionnements sur l’origine Espagne diminuent avec le démarrage de la fraise française. « Les prix des fraises locales sont plus élevés, comme chaque année, essentiellement du fait du coût de la main d’œuvre. Il ne faut pas faire l’amalgame avec les cours des fraises espagnoles dont la qualité est moindre », souligne Sylvie Cathelain, directrice de la société « Fruits Rouges & Co » à Laon dans l’Aisne (02).

« Même si la hausse des prix est tombée en plein confinement, elle s’explique surtout par la saisonnalité ».

Jean-Marc Brodbeck, président interfel hauts-DE-FRANCE

Forte demande

Actuellement, « Fruits Rouges & Co » observe une forte demande, notamment liée au beau temps. Pierre Varlet, délégué régional de l’interprofession des fruits et légumes frais, confirme : « Après sept semaines de confinement, et l’arrivée des beaux jours, les achats « plaisir » un peu plus festifs, comme les asperges et les fraises, reviennent ».

L’envie de cuisiner aussi. Avec la panique des premiers jours de confinement, les consommateurs s’étaient rués sur les pâtes et autres aliments de longue conservation. « Au début, les consommateurs boudaient les légumes primeurs », se souvient Pierre Varlet.

Selon l’étude d’UFC-Que Choisir, l’envolée des prix s’explique aussi par cette demande soutenue.

Vente de fruits produits en agriculture biologique. ©DR

De plus, « les consommateurs veulent consommer local, reconnaît le président d’Interfel, Jean-Marc Brodbeck. La tendance du bio, je l’observe depuis cinq ans mais avec la crise sanitaire elle s’est accélérée ».

Les cours se stabilisent

Aujourd’hui, et depuis quinze jours environ selon l’interprofession les cours globaux des fruits et légumes reviennent à la normale. Comme chaque année, les cultures sont plus abondantes avec l’arrivée d’un temps clément…

Lauren Muyumba

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Organisation : Être actif dans le changement
Organiser son travail, ça s'apprend mais cela demande de changer ses habitudes et de se remettre en question. À condit [...]
Lire la suite ...

Dephy : Quel avenir pour la réduction des phytos ?
Dans le cadre du dispositif Dephy Hauts-de-France, partie intégrante du plan Ecophyto II du gouvernement se tenait, mar [...]
Lire la suite ...

Méthanisation : Simple comme un jeu de piste
Élèves au lycée agricole de Tilloy-lès-Mofflaines, les cinq membres de l'équipe « Clémentine » ont remporté l [...]
Lire la suite ...

Publireportage : la chips au chaudron made in Hauts-de-France
Fondée en 2018 par Julie et Stéphane Gérard, l'entreprise So Chips, installée dans l'Oise à Longueil-Sainte-Marie, [...]
Lire la suite ...

L’ostéopathie met la patte sur les bovins 
Élodie Landure est vétérinaire équin à Frencq (62). Récemment diplômée d'ostéopathie, elle prodigue des soins d [...]
Lire la suite ...

Sapins : Une seconde vie après Noël 
Chaque année, Gaëtan Doisy, agriculteur aux Rues-des-Vignes (59), propose aux particuliers de replanter leurs sapins d [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires