Votre météo par ville

Biostimulants. Les essais de Bio4safe à la loupe

29-07-2019

Actualité

Culture

Dans le cadre d’un programme européen, l’ISA Lille et le Pôle légumes région Nord mènent depuis deux ans des essais sur salades et tomates pour mesurer l’effet des biostimulants à base d’algues. Bilan d’étape.

De nombreux fabricants proposent désormais à la vente des biostimulants aux agriculteurs. Ils peuvent s’en procurer facilement et pour différentes utilisations. Pourtant, il n’existe aujourd’hui pas de définition officielle des biostimulants (la réglementation doit évoluer en 2020) et leur efficacité n’a semble-t-il pas encore été prouvée.
« Ils sont considérés soit comme des stimulateurs de défense des plantes, soit comme des fertilisants. Il y a beaucoup de “on-dit” dessus mais on ne sait pas comment ils fonctionnent », résume Amandine Wauthelet, étudiante à l’Institut supérieur d’agriculture (ISA) de Lille, en spécialisation « Sustainable agriculture and smart farming » (agriculture durable).
Avec sa camarade Mathilde Doubrère, elles sont en charge, cette année, de suivre des essais menés par le Pôle légumes région Nord, dans le cadre du programme Interreg Bio4safe : voir la vidéo ci-dessous (en anglais sous-titré français).

Lancés en 2017, ces essais visent à mesurer l’effet de différents biostimulants à base d’algues. Ils doivent permettre d’aboutir à un protocole d’utilisation européen standardisé et sont financés par l’Union européenne.
« S’ils n’ont aucun effet sur les rendements, on tente d’observer leur éventuelle efficacité en cas de stress hydrique ou azoté », explique Dominique Werbrouck, directeur du Pôle légumes.
À Lorgies (62), où est situé le Pôle légumes, salades et tomates sont scrutées avec différents capteurs de surveillance (des essais sont également menés au Royaume-Uni, en Belgique et aux Pays-Bas sur d’autres cultures comme la fraise ou la tulipe, avec les mêmes biostimulants).
Essais sur salades
« Deux essais ont été menés sur salades, explique Amandine Wauthelet. Un premier en 2018 dans des conditions normales et un second cette année avec une partie exposée au stress hydrique et une autre au stress azoté. » Si les résultats détaillés seront révélés à la fin du programme, en 2021, les premières observations ne révèlent « pas de différence significative » entre les deux essais. Les biostimulants « ne semblent pas avoir d’effets, souligne Amandine Wauthelet, en tout cas chez nous. Cela dépend peut-être des plantes. Nous avons également eu les échos d’un agriculteur qui utilise l’un des produits que l’on test et qui estime que cela fonctionne. » 

Essais sur tomates
« En tomates il y a un essai en cours avec une partie des plants en stress hydrique », poursuit Mathilde Doubrère. Les biostimulants sont censés aider la plante à mieux valoriser les nutriments et à mieux résister aux stress. S’il y a moins d’eau et moins d’azote et que le résultat est le même que pour les plantes témoins, c’est que ça marche. » C’est bien ce qui semble se passer pour l’instant mais il est encore trop tôt selon elle pour tirer la moindre conclusion.
Dans le cadre de ces essais, différents outils et capteurs agronomiques sont utilisés afin de mesurer plusieurs paramètres physiologiques et morphologiques des plantes. Par exemple, l’outil Pocket PEA permet de calculer l’efficience de la photosynthèse. Le Dualex est équipé d’une sorte de pince permettant de mesurer, entre autres, le contenu en chlorophylle et le statut azoté de la plante. Des sondes capacitives ont également été installées.
Tout est observé, mesuré et relevé : le rendement, le calibre des fruits, le nombre de fleurs et de fruits ou encore le diamètre de la tige.
Les deux étudiantes, qui viennent surveiller leurs essais toutes les semaines, passeront le relai à deux autres étudiants de l’ISA à la rentrée 2019. Il faudra encore attendre 2021 pour découvrir des résultats plus détaillés et la conclusion des essais.
Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires