Votre météo par ville

CaLiBou & Co : le café-librairie-boulangerie et plus encore

27-07-2023

Actualité

Les rencontres

C’est LE lieu qui donne envie de qualifier Godewaersvelde d’irréductible village gaulois : un morceau de Flandre où la vie ne se retire pas. Au contraire au CaLiBou & Co la vie s’étire en tous sens. Chez Myriam et Gérard, la nourriture n’est pas que terrestre.

Gérard côté bar, Myriam côté librairie même si ça rime moins. Encore un coin boulangerie-épicerie locale, un point Poste, des concerts, des ateliers et beaucoup, beaucoup plus encore. © J. D. P.

La scène se déroule de part et d’autre d’un zinc de campagne.

– Bonjour, c’est bien ici la Poste ?

– C’est bien ici mais il y aura un peu d’attente monsieur François.

La chaleur gonfle en ce vendredi de juillet. Au loin, le bruit des tondeuses à gazon, de rares voitures. Au CaLiBou, adresse plurielle de Godewaersvelde (59), Gérard zigzague entre les tables. Dedans, dehors, du bar à la cuisine, de table en table. Pas une n’est libre pourtant l’endroit baigne dans un silence précieux. La dame au tiramisu fraise feuillette l’un des six livres entassés sur sa table, il a l’air drôle. Un couple d’anciens parle à voix basse entre deux fourchettés. Plus loin, deux habituées papotent tout en tricotant – c’était pourtant hier le tricot-troquet – en ponctuant leurs échanges d’un ” Merci Gérard ” à la distribution de leurs plats. Il n’y a plus de tarte courgettes-chèvre, celle aux poivrons est tout aussi bonne. En cuisine, un éclat de rire : celui de Myriam. C’est le monsieur François du début, qui est allé la trouver pour un conseil littéraire, alors la brune solaire passe des fourneaux à la librairie distiller ses conseils, avant de retourner mitonner. Monsieur François règle ses timbres, son livre et son café et quitte le CaLiBou. La valse de Gérard reprend, en douceur.

Les plaisirs de la vie

Acteurs de cette scène : Gérard Lefebvre et Myriam Tiberghien. Ils travaillaient dans une association de protection de l’environnement lilloise jusqu’à avoir envie “d’autre chose“. C’est la découverte du café-librairie L’autre rive, du côté des monts d’Arrée finistériens (décidément, les monts émerveillent) qui joue le déclic. Myriam, fille de bibliothécaire, a “passé (s) on enfance dans les livres“; Gérard a “passé (s) on temps dans les cafés“, avec une tante cafetière à Wavrin (59), notamment. “J’avais envie d’une activité en lien avec les plaisirs de la vie, j’avais envie de lien social aussi“, raconte Gérard, qui est alors âgé d’une cinquantaine d’années.

Nous sommes en 2015, un ami du couple, Xavier, porte un projet de boulangerie paysanne. Ce dernier, installé à Berthen, juste de l’autre côté du mont des Cats, a lui-même rencontré Thibault et Véro (lire aussi notre édition du 16 juin) qui partagent son envie : ce petit monde s’associe plutôt que de se concurrencer, et la boulangerie vient se greffer au café-librairie : le CaLiBou était né. “En milieu rural, ça nous semblait important“, formule Gérard qui choisit de ne pas ouvrir une énième adresse bobo à Lille. L’échelle compte aussi, pour que tout ça garde du sens, et le plaisir aussi.

Quand ils tombent sur le local qui deviendra leur écrin, le couple ne connaît de Godewaersvelde que son “carrefour des estaminets, nous n’étions jamais allés plus loin”, confesse celui qui s’est installé dans le village depuis.

Vient le temps du montage du dossier, du chemin de croix financier. Quelques mois s’écoulent avant le lancement des travaux, qui ne sont pas achevés quand le CaLiBou ouvre ses portes pour la première fois, le 9 juillet 2017 pour la brocante du village, avant de refermer jusqu’à l’achèvement des travaux.

Un roman serré et un café s’il vous plaît

À la fin de l’été, le CaLiBou est inauguré, en musique. Outre la partie bar et petite restauration et le côté librairie ; outre le point Poste et le coin boulangerie-épicerie de produits locaux où l’on peut se fournir en savons bios de la Savonnerie des Flandres, en yaourts au lait bio de brebis de la bergerie du Wyermas (lire aussi le portrait de Violaine Calcoen dans l’édition du 14 juillet), en cidre des Flandres (on y reviendra)…; on trouve par exemple un présentoir de graines Kokopelli du côté des livres de jardinage, “peut-être nos racines militantes“, sourit Gérard. L’occasion pour le couple aussi de faire passer un message, en faveur d’une agriculture plus respectueuse de l’environnement. “On a l’impression de contribuer à diffuser ces idées-là, dit l’un ou l’autre. Nous sommes aussi entourés de personnes qui font des choses bien et qui aiment leur boulot. On n’avait par exemple pas prévu de vendre du savon, mais quand des gens bossent bien comme ça…”

La carte du bistro compte, elle, un maximum de produits locaux, quelques-uns bios, et propose une petite restauration sucrée et salée en journée, sans oublier l’assiette du dimanche soir, en forme de bras ouverts, illustration ultime de la chaleur humaine qui flotte ici.

Côté librairie, “des nouveautés, des albums jeunesse aux livres de société en passant par les romans, quelques magazines et même un peu de papeterie : tout comme une vraie librairie“, effeuille Myriam qui savoure “la liberté financière permise par le café de ne pas proposer ce qu’on pourrait trouver en supermarché“. 3 000 références en magasin, la participation au Printemps des poètes, des ateliers d’écriture, des rencontres organisée en partenariat avec la Villa Marguerite-Yourcenar ou encore un club de lecture viennent encore faire vivre la littérature à Godewaersvelde.

Ici on entre pour la Poste et on se hasarde au rayon livres, ou pas ; on fréquente le café et jamais la librairie, ou pas ; on s’intéresse aux livres et on passe son tour pour un café ou une bière. Ou pas.

Nourrir les corps, les esprits et même…

En plus de toutes ces portes d’entrées, voulues aussi comme “un service rendu à la population“, des jeux en bois artisanaux pour prendre le temps de vivre dans ces murs qui accueillent, ce n’est pas fini, ateliers, spectacles, conférences et concerts dans l’idée de faire vivre le village, ainsi que des groupes de randonneurs le CaLiBou faisant partie du réseau des Cafés-rando de Flandre et bénéficiant du label Accueil vélo.

Tout ça se passe dans la salle arrière, 45 places assises : “Une salle pour s’exprimer“, formule le couple. Pour faire vivre tout ça, une association est née : Les Co du Calibou. “Des fidèles amis” désireux de s’investir, à qui le village doit “Gode l’accordéon”, festival organisé début avril lors duquel huit groupes se relayent dans huit bars et estaminets ; les séances d’échecs (le village compte un jeune champion) ou de mah-jong, le club de lecture évoqué plus haut, les repair cafés, le CaLiBou de vinyles (l’équivalent d’un club de lecture mais en musique) ou encore “Les fenêtres qui parlent”, exposition à travers le village…

Un petit côté belge : on est dans la simplicité et à chaque fois qu’on peut faire plus direct, on fait“, résume Gérard qui, avec sa littéro-cordon bleu de moitié, nourrit les corps et les esprits, et même un peu les cœurs.

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires