Votre météo par ville

Agtech : Le groupe Advitam lance la commercialisation du Farmdroïd

25-05-2022

Actualité

Culture

Après une campagne d’expérimentations, Advitam machinisme vient de lancer la commercialisation du robot danois Farmdroïd. Autonome et neutre en carbone, cette solution robotique de semis et de désherbage mécanique était présentée le 17 mai à Erchin.

Un Farmdroïd qui se déplace tout seul dans ses parcelles : voilà le drôle d’animal à roulettes qu’on peut désormais observer dans les champs du Gaec de Denis Faidherbe et Jean-Louis Proust, deux agriculteurs bios installés à Erchin, dans le Douaisis (59).

Le 17 mai, le pôle machinisme du groupe Advitam organisait un point presse pour présenter cette solution robotique.

« Nous sommes en zone périurbaine, en bord de cours d’eau…, situe Denis Faidherbe. Nous avons toujours dû avoir une fibre écolo ! »

Passés en bio suite à leur décision d’arrêter le lait après la crise de 2016, les deux associés ont beaucoup investi, soutenus par la communauté d’agglomération qui veut développer la filière bio sur son territoire : 250 000 € de bâtiment, 10 000 € de caisson froid qui leur permet de tuer par -20 °C les insectes dans leurs légumineuses après récolte, une bineuse à 85 000 € et, depuis le 11 avril, un Farmdroïd tout neuf à 100 000 €.

Lentement, mais sûrement

Gestion des intrants et de la main-d’œuvre sont ses deux apports majeurs à l’exploitation. Alimenté par des panneaux solaires, ce robot qui géolocalise les semis en assure le désherbage de précision travaille jour et nuit, lentement mais sûrement.

Depuis son arrivée à Erchin, celui du Gaec Proust-Faidherbe n’a « pas arrêté une minute », affirme Jean-Louis Proust, avant une petite blague sur sa cadence de travail : « Un robot, c’est lent ! sourit-il. Je ne vois pas comment on le partagerait dans une Cuma, il est dans les champs nuit et jour depuis le 11 avril… » Mais les deux associés ne regrettent pas leur choix : « Même si c’est lent, la tâche avance puisqu’il travaille tout le temps. »

Advitam, concessionnaire de Farmdroïd

C’est il y a un an, pour constituer son offre en robotique, que le groupe Advitam s’est associé à Farmdroïd afin de réaliser des essais sur des cultures spécifiques à la région : betteraves, chicorées et oignons. Les expérimentations menées en semis et désherbage ont permis de valider sa pertinence, ainsi que la sécurité et la prise en main du robot.

« Nous avons fait le choix du robot Farmdroïd car c’est une solution qui répond à la fois aux spécificités des grandes cultures régionales, aux problématiques de main-d’œuvre, grâce à son autonomie, ainsi qu’aux réglementations sur le territoire », détaille Jean-Baptiste Joos, chef de projet innovation et agriculture de précision, le département d’Advitam consacré au test des solutions robotiques.

De la BLM aux robots

Le robot est commercialisé au prix de 100 000 € par Advitam machinisme, la filiale du groupe qui sert de concessionnaire à la marque danoise Farmdroïd. Trois exemplaires du robot ont été vendus à des exploitations bios de la région. Le groupe réfléchit également à une solution de location, avec un minimum d’hectares ou de journées d’utilisation.

« Les agriculteurs bios sont vulgarisateurs de nouvelles technologies, analyse Gabriel Delory, président d’Advitam machinisme, néanmoins nous n’opposons pas les systèmes. Avant, il y avait la BLM (binette à long manche, ndlr). Aujourd’hui, il y a les robots ! »

Autonomie et neutralité carbone

Alimenté en énergie par panneau solaire, Farmdroïd a la capacité de semer et de désherber de façon totalement autonome et neutre en carbone, 24 heures / 24 et sept jours sur sept.

Après une étape de transport (plateforme en option) et de mise en fonctionnement impliquant la délimitation GPS de la parcelle, il travaille en toute autonomie à raison de trois à six hectare par jour en fonction de la culture : maillage de la parcelle, semis et enregistrement de la position des graines, désherbage, et retour au point de départ une fois la tâche effectuée.

Conçu pour travailler en plaine, il peut être suivi en temps réel grâce à une application dédiée indiquant sa localisation, sa vitesse, la tâche en cours… La sécurité de l’outil est, par ailleurs, renforcée grâce à des capteurs détectant les obstacles et évitant les chocs.

De plus, une « zone tampon » autour de la parcelle est respectée pour diminuer les risques liés à l’environnement (fossé, construction, végétation…). Expérimenté sur des cultures printanières, le robot a une période d’utilisation qui s’étend de mars/avril, pour les semis, à juillet pour les interventions de désherbage. D’autres essais sont en cours.

Lucie De Gusseme

Lire aussi : Machinisme : se mettre en règle avec de nouveaux outils d’épandage

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le job est dans le pré !
Terres et Territoires c’est aussi l’emploi agricole, bientôt retrouvez toutes les offres de la région ! Mais en at [...]
Lire la suite ...

Betterave : Alors, ça donne quoi cette bataille contre les pucerons ?
Pour réduire l'usage des pesticides, Martin Gosse de Gorre a confié une partie de sa production à l'Institut techniqu [...]
Lire la suite ...

Mérite agricole : Une conférence sur la PAC
Pour sa conférence annuelle, l'Amicale des membres du mérite agricole accueille Philippe Tabary. Le spécialiste des q [...]
Lire la suite ...

MSA, « l’amortisseur social »
La Mutualité sociale agricole Nord-Pas de Calais tenait son assemblée générale vendredi 16 septembre sur fond de cri [...]
Lire la suite ...

L’ONF réitère l’opération « Tous en forêt ! »
Les forestiers se rendent tous sur le terrain et invitent les usagers à venir les rencontrer mercredi 28 septembre à p [...]
Lire la suite ...

Frappadingue : une course de collégiens dédiée aux abeilles à la Casseline
Vendredi 23 septembre de 8h30 à 17h00, La Frappadingue traversera le site de La Casseline située sur le flanc sud du M [...]
Lire la suite ...

Numéro 280 : 16 septembre 2022

Au cœur des terres

#terresetterritoires