Votre météo par ville

Qualité de l’air : diminution de la concentration de dioxyde d’azote

30-03-2020

Actualité

C’est tout frais

Depuis le confinement, le trafic routier a fortement diminué dans la région. Une baisse notable de la concentration de dioxyde d’azote a été enregistrée par Atmo Hauts-de-France. Toutefois, celle des particules fines est en hausse. En cause, le chauffage et l’activité agricole.

La concentration de dioxyde d’azote dans l’air est réduite de 9 % dans la région depuis le début du confinement. © Pixabay

Après les mesures de confinement prises le 17 mars 2020 par le gouvernement, nombreux sont ceux qui se demandent si la qualité de l’air a évolué.

Atmo Hauts-de-France, l’organisme qui surveille et informe sur la qualité de l’air dans la région, a analysé l’impact de ces premiers jours de confinement et de la diminution du trafic en région, sur la qualité de l’air. Dans un communiqué daté du 26 mars, les scientifiques disent avoir comparés les résultats observés depuis le 17 mars avec ceux habituellement enregistrés en mars.

« Après une semaine de confinement et la baisse notable du trafic, les concentrations d’oxydes d’azote et des traceurs du trafic routier ont nettement diminué, annonce Atmo Hauts-de-France dans son communiqué. Les concentrations de dioxyde d’azote ont diminué en moyenne de 40 % en proximité du trafic et de 9 % sur l’ensemble de la région. »

Les cartes de concentrations moyennes journalières en dioxyde d’azote ci-dessus montrent à gauche la situation réelle au 19 mars 2020 et à droite les concentrations qui auraient pu être relevées dans des conditions de circulation normales.
© Atmo Hauts-de-France

Particules en hausses

« En revanche pour les particules, les concentrations sont en hausse depuis quelques jours sur tout le Nord-Ouest de la France », alerte l’organisme. La mise en place du confinement coïncide avec l’arrivée de conditions printanières propices à la formation de particules secondaires : humidité et température. Celles-ci s’ajoutent aux particules produites par le chauffage, au bois notamment, ainsi que par les activités agricoles et industrielles.

« Dans ces conditions actuelles, ceci se traduit par des hausses ponctuelles des concentrations en particules qui permettent difficilement de statuer sur l’impact réel de la baisse de trafic, conclue l’organisme. Une étude sur une période plus longue est nécessaire. »

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Un pas de plus vers l’agroécologie pour le semencier HZPC France
HZPC France, la filiale du producteur néerlandais de plants de pommes de terre, basée à La Chapelle-d’Armentiè [...]
Lire la suite ...

Le Printemps bio a démarré dans les Hauts-de-France !
Du 1er au 15 juin 2020, le Printemps bio célèbre, comme chaque année en France, les acteurs de la filière bio en met [...]
Lire la suite ...

Incroyable mais vrai : la moisson débute déjà en France
Top départ de la moisson 2020 ! Les premiers hectares d’orge ont été récoltés dès le dernier weekend du mois [...]
Lire la suite ...

Réouverture des collèges et lycées des Hauts-de-France
C’est la reprise ! À partir du 2 juin 2020, une partie des élèves du secondaire est susceptible de se retrouver [...]
Lire la suite ...

Le Nord et le Pas-de-Calais placés en vigilance « sécheresse »
L'eau de pluie s'est faite rare ces dernières semaines. Les cultures le ressentent déjà et le Nord-Pas de Calais est [...]
Lire la suite ...

Filière cheval : « Les structures qui étaient financièrement fragiles risquent de s’écrouler »
Dans les Hauts-de-France, la filière équine compte plus de 1000 entreprises et représente près de 8000 emplois. Mêm [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires