Votre météo par ville

Productions : La ferme du Louvion à Paris avec ses vaches et ses glaces

24-02-2023

Actualité

Articles

Chez Benjamin Lepoint, les concours sont une histoire de famille. Rien d’étonnant à ce que le trentenaire rallie cette année le salon de l’agriculture avec trois vaches. Et, puisqu’il valorise le lait en glaces, il en garnira aussi le stand du Nord. Pourquoi bouder son plaisir ?

© Ferme du Louvion

Au départ c’est une histoire classique : une exploitation en polyculture élevage à Bavay (59). C’est le grand-père qui l’a créée, puis l’oncle qui l’a reprise. Le père, lui, se dirige vers le para agricole, dans la sélection animale chez Gènes diffusion. Quant au fils, Benjamin Lepoint, eh bien il fabrique des glaces. Logique.

« Après des études en agriculture à l’institut de Genech, je suis revenu sur la ferme familiale il y a six, sept ans. » Pour le jeune homme « passionné d’élevage  », la question de s’engager dans la voie agricole ne s’est jamais posée. Il faut dire qu’au plus loin que remontent ses souvenirs, il a toujours accompagné son père et son oncle sur les concours.

« Élever, sélectionner, faire naître son petit veau et essayer d’avoir la plus belle bête possible : c’est une passion. Et un métier aussi.  » Mais comme le jeune homme a des ambitions, il se dit vite que le lait c’est bien, mais le valoriser c’est mieux.

« Jusque-là, on élevait et trayait nos bêtes puis le collecteur passait tous les trois jours et voilà. J’avais notamment un copain dont le père transformait le lait en maroilles, je me suis dit pourquoi pas. » Benjamin opte, lui, pour les glaces, «  parce que l’investissement était plus limité au départ. Et parce que c’est un produit bon, sympa.  » Et comme il n’y connaît rien en glace, il part se former en Italie, where else ?

Une vingtaine de parfums

« Mon grand-père me donne ensuite une vieille grange sur la ferme qu’on retape avec les copains et j’achète une première turbine. Pendant un temps, je travaille à la ferme la semaine et je fais des glaces le week-end.» Un premier client, un deuxième : le jeune entrepreneur développe le laboratoire, achète de nouvelles machines avec des capacités de production et de stockage plus importantes. C’était il y a deux ans et demi.

Aujourd’hui l’activité glace, commercialisée sous le nom « La ferme Louvion », emploie quatre salariés, est distribuée chez des revendeurs et des restaurateurs un peu partout dans les Hauts-de-France, et même dans quelques adresses parisiennes.

Pour faire une bonne glace il faut des bêtes bien nourries (chez les Lepoint, elles passent six à huit mois en pâtures), il faut ensuite traire, écrémer puis transformer, conditionner puis vendre.

Derrière la production de glaces demeure cette envie de parler du métier. Pour faire une bonne glace, il faut des bêtes bien nourries.

La gamme compte une vingtaine de parfums, dont la star incontournable est la vanille. Ici des bons produits, lait ou sucre, et toujours des ingrédients naturels, pas d’arômes, pas de colorants. La glace à la pistache est faite à partir de véritables pistaches. Idem pour celle à la noisette… « L’objectif est de ne pas avoir besoin de regarder l’étiquette pour savoir ce qu’on mange », résume Benjamin Lepoint. Il faut que l’évidence explose en bouche.

De l’atelier au commercial

Et ça marche, si bien que le jeune homme emporte avec lui ses pots de glaces au salon international de l’agriculture, le même qu’il fréquente depuis son plus jeune âge en famille. « Nous serons sur le stand du Nord, dans le hall 1  », annonce le néo-glacier qui explique : « On va vendre des boules de glaces pendant dix jours, ça va être sympa. On y croisera sans doute nos clients de la région parisienne.  » Et pourquoi pas en rencontrer de nouveaux.

Sur la stratégie financière d’une telle présence, il ne se prononce pas encore. « Vu que c’est la première fois, nous ne savons même pas si nous devrons refaire du stock en cours de salon ou non. On verra si ça vaut le coup économiquement mais on aura essayé.  » Car derrière la production de glaces, dit-il, demeure cette envie de parler du métier.

Trois vaches sélectionnées

Métier dont il s’est un peu éloigné mais qui reste intrinsèquement lié à son activité comme à son quotidien. « Quand il faut soigner les vaches, je suis présent aux côtés de mon oncle qui gère, lui, l’exploitation d’une soixantaine de bêtes. » En outre, passer en une heure de l’atelier lait au centre-ville de Lille où il ira à la rencontre d’un restaurateur, car il joue les commerciaux, n’est pas pour lui déplaire.

Cette année, la famille n’est pas peu fière d’emmener aussi trois vaches retenues parmi les prim’holstein qui concourront au salon de l’agriculture. Nobel, Night red et Victoria seront les seules de cette race à représenter le Nord. Pour obtenir le total régional, vous ajoutez encore trois bêtes du Pas-de-Calais et une de la Somme. « Même si on veut concourir, on ne peut pas à tous les coups car la sélection est rude. » Un nombre est défini par race, cette année 115 prim’holstein sélectionnées sur un millier de candidates lors d’une tournée nationale.

La famille concourt depuis une trentaine d’années, au SIA qui est le plus médiatisé, mais ailleurs également. « Et nous avons eu la chance d’avoir deux grandes championnes au cours des dix dernières années », s’enorgueillit le jeune homme.

L’an dernier, au SIA, Night Red a décroché le premier prix de sa race,
prim’holstein. Une belle réussite pour la famille. © FERME DU LOUVION

Pour lui, les concours sont l’occasion de se confronter aux autres éleveurs, « de voir si on est performant en termes d’accouplements, de génétique ; de voir aussi si on est à côté de la plaque et de se remettre en question, le cas échéant ». Une virée parisienne qui demande une sacrée préparation : les vaches retenues sont isolées dans des box, lavées chaque semaine, sorties deux à trois fois par semaine au licol… Du temps que le jeune homme dit ne pas regretter d’investir. Sur le salon, il se réjouit de retrouver bon nombre de copains de toute la France rencontrés là. Une histoire de famille élargie. 

Justine Demade Pellorce

Lire aussi : Concours : L’excellence génétique et les produits du pays vedettes

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Adivalor : Objectif 100 % de déchets collectés et recyclés d’ici 2030
Adivalor est l'acteur incontournable en matière de collecte et valorisation des déchets agricoles. L'éco-organisme s' [...]
Lire la suite ...

Numéro 365 : 17 mai 2024

Au cœur des terres

#terresetterritoires