Votre météo par ville

Ces nuisibles qui détruisent tout

19-05-2020

Actualité

Culture

Corbeaux, pigeons et pies mettent les cultures à rude épreuve. Épouvantail, canon effaroucheur, piégeage… rien n’y fait ! Et les restrictions liées au Covid-19 n’aident pas à réguler leurs populations.

Les pigeons ramiers sont, hors période de chasse, considérés comme nuisibles. Comme les corbeaux ou les pies, ils peuvent être de véritables fléaux dans les champs de maïs. © Watier

Véritable fléau, les corvidés, les pies et les pigeons ramiers sont les bêtes noires des agriculteurs au printemps. Ces oiseaux, considérés comme nuisibles, sont capables de décimer les semis, de maïs et de betteraves notamment. C’est le cas chez Sébastien Delva, agriculteur dans le Nord, qui regrette dans une vidéo sur Twitter l’interdiction des répulsifs intégrés aux semences de maïs. « Depuis qu’il n’y a plus d’anticorbeaux, ils arrivent, ils piquent dans le sol et prennent la graine », explique-t-il. La faute à l’absence de répulsif alors ?

Pour Quentin Lecoeuvre, animateur à la fédération de chasse du Nord, pas forcément. « Aucun d’entre eux ne fonctionne réellement. » À la Fédération des chasseurs, des tests sur ces répulsifs sont régulièrement réalisés. Parfois sur les betteraves avec des répulsifs gustatifs pour les lièvres et lapins, parfois contre les sangliers… Dans tous les cas, la solution miracle n’existe pas.

Quelles solutions ?

Alors que faire ? Réaliser comme Sébastien Delva un « aigle » ? Des épouvantails ? Mettre des canons effaroucheur ? Piéger ? Effectuer des tirs de régulations ? « Lorsque la pression est trop importante, l’agriculteur peut se tourner vers la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer, ndlr) afin d’avoir l’autorisation de réaliser des tirs de régulation, explique Quentin Lecoeuvre. L’administration est bien souvent réactive face à ce sujet et donne rapidement sa dérogation à titre de protection des cultures. » Même pendant le confinement, c’était possible.

Papier en poche, faut-il encore trouver la personne équipée et ayant les compétences pour tirer ces types d’oiseaux. « Dans chaque société de chasse, il y a forcément quelqu’un qui a cette compétence, relativise l’animateur de la Fédération de chasse. Ces tirs sont souvent très efficaces. » Cela demande un peu de travail administratif mais une solution curative existe.

Autre solution, préventive cette fois, le piégeage. Cette année, la campagne a été un peu bouleversée avec le confinement. De la mi-mars au 11 mai, le piégeage était ainsi interdit, ce qui a favorisé la propagation de ces oiseaux. « La mesure a été respectée par de nombreux piégeurs, constate Quentin Lecoeuvre. Forcément, les populations de corbeaux ont eu le temps de s’accroître, d’autant que cet oiseau semi-migrateur se reproduit très rapidement. Mais depuis le 11 mai, on sent que les piégeurs reprennent leurs activités : ils commandent du matériel et demandent des renseignements. » Un service qui arrive peut-être un peu tard pour les producteurs de maïs, comme pour Sébastien Delva. Mais peut-être à temps pour les enrubannages prochains, afin d’éviter de devoir refaire l’emballage en raison des dégâts des corbeaux dans les balles.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Les semenciers de betteraves ont mis les bouchées doubles
Deux semaines après la grande vague de froid, le semencier Florimond Desprez était sur le pont afin d'assurer l'appro [...]
Lire la suite ...

Des moutons boulonnais « écopâturent » à Genech et Pont-à-Marcq
Le troupeau de moutons boulonnais de l’établissement agricole Institut de Genech va valoriser des espaces verts d [...]
Lire la suite ...

Le lin fait sa fashion week
La filière mondiale du Lin se mobilise en lançant à partir d'aujourd'hui pour la "Fashion Revolution week". Objectif [...]
Lire la suite ...

Pommes de terre : quels sont les atouts des cultures intermédiaires ?
Au-delà d’être une obligation réglementaire, les couverts avant la culture de pommes de terre sont préconisés par [...]
Lire la suite ...

Groupama aide les agriculteurs à s’équiper de sondes connectées pour le fourrage
Groupama Nord-Est propose un accompagnement financier pour inciter les agriculteurs à s’équiper de sondes de tem [...]
Lire la suite ...

Éléonore Peretti : « Créer du lien est la raison d’être du MusVerre »
Éléonore Peretti est la nouvelle directrice du MusVerre de Sars-Poteries (59). Elle défend les atouts et le rôl [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires