Votre météo par ville

Ces nuisibles qui détruisent tout

19-05-2020

Actualité

Culture

Corbeaux, pigeons et pies mettent les cultures à rude épreuve. Épouvantail, canon effaroucheur, piégeage… rien n’y fait ! Et les restrictions liées au Covid-19 n’aident pas à réguler leurs populations.

Les pigeons ramiers sont, hors période de chasse, considérés comme nuisibles. Comme les corbeaux ou les pies, ils peuvent être de véritables fléaux dans les champs de maïs. © Watier

Véritable fléau, les corvidés, les pies et les pigeons ramiers sont les bêtes noires des agriculteurs au printemps. Ces oiseaux, considérés comme nuisibles, sont capables de décimer les semis, de maïs et de betteraves notamment. C’est le cas chez Sébastien Delva, agriculteur dans le Nord, qui regrette dans une vidéo sur Twitter l’interdiction des répulsifs intégrés aux semences de maïs. « Depuis qu’il n’y a plus d’anticorbeaux, ils arrivent, ils piquent dans le sol et prennent la graine », explique-t-il. La faute à l’absence de répulsif alors ?

Pour Quentin Lecoeuvre, animateur à la fédération de chasse du Nord, pas forcément. « Aucun d’entre eux ne fonctionne réellement. » À la Fédération des chasseurs, des tests sur ces répulsifs sont régulièrement réalisés. Parfois sur les betteraves avec des répulsifs gustatifs pour les lièvres et lapins, parfois contre les sangliers… Dans tous les cas, la solution miracle n’existe pas.

Quelles solutions ?

Alors que faire ? Réaliser comme Sébastien Delva un « aigle » ? Des épouvantails ? Mettre des canons effaroucheur ? Piéger ? Effectuer des tirs de régulations ? « Lorsque la pression est trop importante, l’agriculteur peut se tourner vers la DDTM (direction départementale des territoires et de la mer, ndlr) afin d’avoir l’autorisation de réaliser des tirs de régulation, explique Quentin Lecoeuvre. L’administration est bien souvent réactive face à ce sujet et donne rapidement sa dérogation à titre de protection des cultures. » Même pendant le confinement, c’était possible.

Papier en poche, faut-il encore trouver la personne équipée et ayant les compétences pour tirer ces types d’oiseaux. « Dans chaque société de chasse, il y a forcément quelqu’un qui a cette compétence, relativise l’animateur de la Fédération de chasse. Ces tirs sont souvent très efficaces. » Cela demande un peu de travail administratif mais une solution curative existe.

Autre solution, préventive cette fois, le piégeage. Cette année, la campagne a été un peu bouleversée avec le confinement. De la mi-mars au 11 mai, le piégeage était ainsi interdit, ce qui a favorisé la propagation de ces oiseaux. « La mesure a été respectée par de nombreux piégeurs, constate Quentin Lecoeuvre. Forcément, les populations de corbeaux ont eu le temps de s’accroître, d’autant que cet oiseau semi-migrateur se reproduit très rapidement. Mais depuis le 11 mai, on sent que les piégeurs reprennent leurs activités : ils commandent du matériel et demandent des renseignements. » Un service qui arrive peut-être un peu tard pour les producteurs de maïs, comme pour Sébastien Delva. Mais peut-être à temps pour les enrubannages prochains, afin d’éviter de devoir refaire l’emballage en raison des dégâts des corbeaux dans les balles.

Lucie Debuire

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires