Votre météo par ville

Hors Normes : Des paniers de fruits et légumes « moches » à Lille

20-10-2022

Actualité

Consommation

Le concept Hors Normes, paniers de fruits et légumes « moches », se déploie à Lille depuis le début du mois. 150 producteurs locaux sont impliqués dans cette démarche de valorisation des produits écartés du circuit classique.

Sven Ripoche, cofondateur de Hors Normes © Hors-normes

Trop gros ou pas assez, tordus ou bosselés et parfois juste trop nombreux : les fruits et légumes subissent un écart de tri de près de 5 % en moyenne, autant de pertes pour les agriculteurs. Anticiper au mieux la demande et semer/planter en conséquence, choisir les calibres et variétés attendus : voilà la gymnastique perpétuelle des producteurs, parfois accompagnés d’experts lorsqu’ils intègrent une coopérative. Mais voilà, on a beau prévoir et anticiper, la pluie et le soleil ça ne se programme pas et chaque campagne est une nouvelle aventure. Sans compter les petits accidents de la nature : parfois un légume ne pousse pas au cordeau, dévie et sort de terre tout courbé. Est-ce pour autant que le tordu ne sera pas bon ? Bien sûr que non. Mais « les consommateurs achètent surtout avec les yeux », formule Daniel Barbier, commercial pour la coopérative Norabio.

Ces « cœurs de gamme » comme ils s’appellent, fixent les gabarits : un oignon idéal possède un diamètre compris entre 40 et 60 millimètres. Au-dessus (60-80 mm) c’est gros mais ce n’est pas un problème. En dessous (20-40 mm), c’est petit, on parle de sous-calibre, et ça les consommateurs n’aiment pas. Parce qu’ils sont moins bons ? Toujours pas, mais il faut en éplucher davantage pour obtenir la même quantité finale et ça, voyez-vous…

40 % moins chers

C’est en partant de ces constats qu’un trio de jeunes diplômés en commerce a eu l’idée de développer, il y a un peu plus de deux ans maintenant, un concept de paniers de fruits et légumes « moches ». Point commun : avoir été cultivés en bio en France métropolitaine et avoir été écartés du circuit en raison de leur calibre, d’éléments esthétiques ou de pics de surproduction. Après l’Île-de-France, Lyon et Marseille, la start-up a débarqué à Lille le 3 octobre. « Logique pour nous, alors que plus de la moitié de nos producteurs proviennent de la région  », justifie Sven Ripoche qui avance un autre chiffre : déjà 115 abonnés mi-octobre, rejoignant l’objectif de développement de 200 clients réguliers en un mois.

Des clients séduits par un triple avantage, liste-t-il : « Des produits de qualité, vraiment moins chers qu’en magasins bios (la start-up avance une réduction de 40 % du prix de vente en moyenne, ndlr) et une dimension éthique avec un impact environnemental réduit par l’antigaspi et une rémunération supplémentaire des agriculteurs. »

Le principe est simple : une formule hebdomadaire au choix (panier fruits, panier légumes ou panier mixte de 4 ou 8 kg), à compléter de produits d’épicerie, eux aussi écartés du circuit en raison de dates limites de consommation (DLC) courtes ou de changement d’emballages. L’abonnement peut être mis en pause ou annulé à tout moment, sans frais, mais la formule permet une régularité de la demande et, de fait, une visibilité sur les besoins. « En moyenne nos clients optent pour trois paniers par mois », calcule le jeune cofondateur.

Valoriser les écartés

Car c’est là tout le jeu d’équilibriste : prévoir les imprévus, standardiser des accidents. Côté producteurs, c’est essentiellement la coopérative Norabio (140 adhérents) qui intervient pour les Hauts-de-France, additionnée de quelques agriculteurs indépendants. Daniel Barbier, commercial France pour la coopérative, explique : « Nous travaillons avec Hors Normes depuis les débuts. Pour écouler les produits difformes, en sur ou sous-calibres, nous nous tournons parfois vers l’industrie quand les quantités le permettent. Nous travaillons aussi avec les magasins Biocoop qui ont un cahier des charges plus ouvert que d’autres en la matière. Mais il nous restait encore trop de produits écartés, invendables sur le circuit normal. »

En moyenne pour le commercial, « un écart de tri de 15 % pour les pommes de terre, parfois jusqu’à 50 % pour les carottes ». Un manque à gagner, parce que tout tordus soient-ils, ils ont coûté en production, ils coûtent en stockage. Et avec le prix bondissant de l’énergie, c’est encore plus dommage que d’habitude de stocker des produits qui ne trouveront, finalement, jamais preneur. Sans oublier les pics de surproduction pour les endives ou les champignons, et même certains légumes dans les champs pour lesquels il faut faire le choix de « mettre en coup de broyeur  » ou pas. Cornélien. Et contre nature.

L’adresse des rebelles

« Nous avons, par exemple, proposé des choux frisés dont les feuilles extérieures étaient un peu attaquées. Rien de nocif, rien d’évolutif (c’est un principe), il suffira aux consommateurs d’enlever trois ou quatre feuilles  », résume Daniel Barbier qui rappelle la vocation première de produire et commercialiser des cœurs de gamme tout en se réjouissant d’avoir trouvé là une solution pour les fruits et légumes rebelles.

Les produits écartés sont vendus un tiers moins cher par les producteurs, qui récupèrent au moins le coût de production. « Nos paniers lillois sont composés à 80 % de produits régionaux, que nous complétons, surtout, de quelques fruits », détaille Sven Ripoche. Produits accompagnés du motif de leur présence – «  Une courge spaghetti, apparemment un peu petite », «  475 g de rhubarbes jugées en trop  ». « Les paniers ne sont pas à 100 % modulables puisque par définition nous composons en fonction de l’offre mise à jour chaque semaine. Mais il est possible de choisir un produit joker, qu’on n’aime vraiment pas, pour qu’il soit remplacé  », précise le pas encore trentenaire.

Pleurotes équeutés, radis noirs en sous-calibre, pommes ou potimarrons attaqués par la grêle présentant des impacts superficiels ou encore pomelos tachetés parce qu’ils avaient pris le soleil : tous ont été sauvés du gaspillage alimentaire, limitant la casse pour les producteurs et la planète (produire c’est toujours un peu lui nuire). Les paniers lillois (à récupérer dans l’un des 30 points relais sur Lille intra-muros ou à recevoir directement) sont composés par l’association d’insertion Le gardin de Marianne (lire notre article dans le journal du 30 septembre). 

Justine Demade Pellorce

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires