Votre météo par ville

Une récolte anticipée et une blancheur au rendez-vous

26-08-2022

Actualité

Culture

Array

La récolte de l’ail d’hiver a eu 10 jours d’avance et celle du printemps en a eu six. © Alles

Une récolte précoce et une belle blancheur résument la saison 2022 des producteurs d’ail du Bas-Pays de Béthune (62). Alors que beaucoup de cultures ont souffert de la sécheresse, celle de l’ail n’a pas été impactée de manière significative.

Régis Masse, producteur d’ail, d’oignons et d’échalotes à Lestrem (62), se souvient « qu’au début, on a eu peur que l’ail stresse parce qu’un ail qui stresse ça ne pousse plus », mais la saison s’est bien déroulée et l’ail est plus blanc que d’habitude.

De l’avance pour la culture

Résultat : l’ail a eu de l’avance. Dix jours pour l’ail d’hiver, en principe récolté fin juin-début juillet, et cinq à six pour l’ail de printemps récolté fin juillet-début août. Régis Masse l’affirme : « Ça fait 25 ans qu’on est installé, on n’avait jamais eu autant de facilité à cultiver que cette année ».

La rosée du matin, qui peut être un souci lorsque le soleil ne sèche pas directement l’ail, n’a pas posé problème cette année. Il a même fallu arroser un peu plus que d’habitude. Habituellement, les producteurs qui irriguent le font une à deux fois par saison. Cette année, les producteurs qui pouvaient irriguer ont fait quatre passages, en moyenne.

Une seule note négative : celle du calibre. Les producteurs qui n’ont pas pu irriguer se retrouvent parfois avec des plus petits calibres, mais la qualité reste au rendez-vous.

Un commerce avantageux

Si la culture a été « facile », les producteurs ont dû faire face à des pénuries, des problèmes d’approvisionnements sur des produits phytosanitaires, comme le sulfate de potasse, et bien sûr à des prix très élevés. Ceux qui ont notamment eu du mal à s’approvisionner en sulfate de potasse l’ont remplacé par du soufre liquide, même si ce n’est pas le produit qui donne les meilleurs apports pour la culture de l’ail.

Les producteurs appréhendent désormais la saison prochaine, si le marché ne se débloque pas à ce niveau.

La demande d’ail est, quant à elle, en essor. Si le sud de la France et l’Espagne, premier pays producteur d’ail, commence à rencontrer du manque de main-d’œuvre, le Pas-de-Calais pourrait avoir une carte a jouer sur le plan national et européen. 

Célia Bouriez

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Numéro 316 : 1 juin 2023

Numéro 315 : 26 mai 2023

Numéro 314 : 19 mai 2023

Raphaël Degenne : « Pour ne pas subir la science, il faut la comprendre »
Ombelliscience est une association fédérant une soixantaine d'acteurs scientifiques des Hauts-de-France. Son objectif [...]
Lire la suite ...

Sortie : À la découverte du cheptel d’Eden 62
Eden 62, le syndicat mixte en charge de la protection des espaces naturels sensibles, souffle sa 30 bougie cette année. [...]
Lire la suite ...

Damien Carlier : “Les changements climatiques remettent en cause la sécurité fourragère des exploitations”
Face aux conditions climatiques marquées par un printemps humide et froid, la pousse de l’herbe s’exprime t [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires