Votre météo par ville

Se mettre à la place des vaches, ou la vie d’une comportementaliste

11-06-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Pauline Garcia est comportementaliste animalier. L’une des seules en France à travailler avec des bovins. Elle intervient notamment dans des exploitations agricoles où elle initie les éleveurs à la relation homme-animal. Son crédo ? Apporter du positif à ses bêtes, en toutes circonstances. Rencontre.

Pauline Garcia comportementaliste
« Quand je circule au milieu du troupeau, ce que je recherche c’est l’indifférence des vaches, ou alors de susciter un intérêt, mais pas la peur, ni la fuite. » © Garcia

Nîmoise d’origine, Pauline Garcia a travaillé dix ans à Paris dans le milieu de l’audiovisuel… avant d’effectuer un vertigineux virage vers le comportement animal. Un destin finalement pas si inattendu pour cette jeune femme qui, petite, rêvait d’être vétérinaire. « Je suis une “hors cadre familial” mais j’ai évolué dans le milieu équin, le monde des animaux de loisirs. J’avais une attirance pour le soin, le contact homme-animal mais je ne me voyais pas repartir sur un cursus vétérinaire ». Son choix s’oriente donc vers le comportementalisme.

Lorsqu’on évoque ce métier, on pense d’abord aux personnes qui travaillent avec des chiens, des chats voire des chevaux. Pauline Garcia, elle, s’est spécialisée dans le comportement des bovins, des équidés et caprins. « Quand je suis arrivée dans le Cantal, j’ai constaté qu’il y avait plus de bovins que d’hommes ! Et j’ai vite constaté que les pratiques humaines n’étaient pas en accord avec le comportement des bovins. Je voyais des éleveurs se mettre en insécurité. »

Pauline Garcia comportementaliste
Pauline Garcia intervient à travers toute la France auprès de groupes d’exploitants agricoles. © DR

Allier la pratique et la théorie

Elle obtient alors un diplôme universitaire en éthologie équine, ainsi que le le label Sfeca (Société française pour l’étude du comportement animal). À 38 ans et avec un léger accent du Sud de la France, elle évoque son métier avec passion, et se garde bien de se comparer aux éthologues : « Ce sont les scientifiques, moi je fais le pont avec le terrain, je vulgarise ! ».

Depuis 2015, la jeune femme est aussi éleveuse dans le Cantal (15), à la tête d’un troupeau de 130 vaches salers, en bio. Une double casquette qui lui permet d’allier la pratique à la théorie. « À la base je n’avais que le regard scientifique, et je voulais une expérience de terrain, souligne-t-elle. C’est un atout énorme. »

Le plaisir de travailler

« Quand je circule au milieu du troupeau, ce que je recherche c’est l’indifférence des vaches, ou alors de susciter un intérêt, mais pas la peur, ni la fuite. » Le comportement de ses bêtes, les attitudes à adopter pour travailler en harmonie avec elle… Pauline pourrait en parler pendant des heures !

D’ailleurs, elle intervient dans des exploitations agricoles à travers toute la France, auprès de groupes de 10 à 15 personnes. En salle le matin, dans une ferme l’après-midi, les éleveurs sont initiés à la relation homme-animale.

Pauline Garcia comportementaliste
En toutes circonstances, « il faut apporter du positif  » aux animaux, conseille Pauline Garcia. © Garcia

Mais pourquoi est-ce si important ? « L’éleveur va tout d’abord gagner en sécurité car les vaches vont moins sursauter, moins fuir… Il va aussi gagner en plaisir, souligne la jeune femme. C’est une notion qui n’est pas suffisamment mise en avant dans un élevage. Mes vaches, ce sont mes collègues, je suis leur manageur ! Et si je ne travaille pas en harmonie avec mon équipe, elle va être stressée, ou avoir une baisse d’immunité. Travailler sur la relation homme-animal entraîne donc une diminution des frais de vétérinaire, et aussi une meilleure production. Enfin, quand on regarde nos animaux, on produit une hormone du bonheur, de bien-être, et c’est bon pour notre propre santé également ! »

« Mes vaches, ce sont mes collègues, je suis leur manager ! »

Pauline garcia

Si elle avait un seul conseil à délivrer, ce serait celui de s’intéresser davantage à ses vaches, de connaître leur monde sensoriel, leur façon de voir le monde. « J’ai cette facilité et cette passion à me mettre à la place d’un animal. D’ailleurs dans mes formations c’est ce que je dis : mettez vous dans le sens de la vache, à sa place ! Qu’est ce qui vous stress, qu’est ce qui vous gêne ? L’homme s’habitue aux bruits, mais pas la vache. Il faut aussi savoir qu’une vache à une vision saccadée, et les grands gestes lui font peur. Elle peut se mettre à courir et entraîner tout le troupeau . La vache est un animal placide, il ne faut pas la presser. Il faut se mettre au même niveau que l’animal. »

Laura Béheulière

Contact :
Pauline Garcia
Comportementaliste animalier
Équins – bovins – caprins
Éthologie appliquée, éducation positive
Mail: ethodiversite@gmail.com

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Casino attaqué sur son devoir de vigilance
Selon de nombreuses informations concordantes, le PDG de Casino, Jean-Charles Naouri a reçu, le 21 septembre, un courri [...]
Lire la suite ...

Phytos: des amendements LREM contre le projet de loi sur les néonicotinoïdes
Des amendements présentés par des députés LREM visent une suppression du projet de loi autorisant les néonicotinoï [...]
Lire la suite ...

La Ferme des Mions d’Hazebrouck bientôt chouchou des téléspectateurs ?
La Ferme des Mions d’Hazebrouck a visiblement tapé dans l’œil des caméras de France 3. Cette ferme bio, q [...]
Lire la suite ...

Paris et Madrid font front commun sur la réforme de la Pac
Les ministres français, Julien Denormandie, et espagnol, Luis Planas, ont fait une déclaration commune, le 21 septembr [...]
Lire la suite ...

Xavier Bertrand s’inquiète pour la filière pommes de terre industrielle et écrit au ministre
Dans un courrier adressé au ministre de l’Agriculture, Julien Denormandie, le 15 septembre 2020, le président de [...]
Lire la suite ...

Revenir sur la ferme de son grand-père
Premier épisode de notre série sur la transmission. Dans la vallée de la Créquoise,Aymeric Hubo a troqué son bureau [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires