Votre météo par ville

Se mettre à la place des vaches, ou la vie d’une comportementaliste

11-06-2020

Actualité

Bien dans ses bottes

Pauline Garcia est comportementaliste animalier. L’une des seules en France à travailler avec des bovins. Elle intervient notamment dans des exploitations agricoles où elle initie les éleveurs à la relation homme-animal. Son crédo ? Apporter du positif à ses bêtes, en toutes circonstances. Rencontre.

Pauline Garcia comportementaliste
« Quand je circule au milieu du troupeau, ce que je recherche c’est l’indifférence des vaches, ou alors de susciter un intérêt, mais pas la peur, ni la fuite. » © Garcia

Nîmoise d’origine, Pauline Garcia a travaillé dix ans à Paris dans le milieu de l’audiovisuel… avant d’effectuer un vertigineux virage vers le comportement animal. Un destin finalement pas si inattendu pour cette jeune femme qui, petite, rêvait d’être vétérinaire. « Je suis une “hors cadre familial” mais j’ai évolué dans le milieu équin, le monde des animaux de loisirs. J’avais une attirance pour le soin, le contact homme-animal mais je ne me voyais pas repartir sur un cursus vétérinaire ». Son choix s’oriente donc vers le comportementalisme.

Lorsqu’on évoque ce métier, on pense d’abord aux personnes qui travaillent avec des chiens, des chats voire des chevaux. Pauline Garcia, elle, s’est spécialisée dans le comportement des bovins, des équidés et caprins. « Quand je suis arrivée dans le Cantal, j’ai constaté qu’il y avait plus de bovins que d’hommes ! Et j’ai vite constaté que les pratiques humaines n’étaient pas en accord avec le comportement des bovins. Je voyais des éleveurs se mettre en insécurité. »

Pauline Garcia comportementaliste
Pauline Garcia intervient à travers toute la France auprès de groupes d’exploitants agricoles. © DR

Allier la pratique et la théorie

Elle obtient alors un diplôme universitaire en éthologie équine, ainsi que le le label Sfeca (Société française pour l’étude du comportement animal). À 38 ans et avec un léger accent du Sud de la France, elle évoque son métier avec passion, et se garde bien de se comparer aux éthologues : « Ce sont les scientifiques, moi je fais le pont avec le terrain, je vulgarise ! ».

Depuis 2015, la jeune femme est aussi éleveuse dans le Cantal (15), à la tête d’un troupeau de 130 vaches salers, en bio. Une double casquette qui lui permet d’allier la pratique à la théorie. « À la base je n’avais que le regard scientifique, et je voulais une expérience de terrain, souligne-t-elle. C’est un atout énorme. »

Le plaisir de travailler

« Quand je circule au milieu du troupeau, ce que je recherche c’est l’indifférence des vaches, ou alors de susciter un intérêt, mais pas la peur, ni la fuite. » Le comportement de ses bêtes, les attitudes à adopter pour travailler en harmonie avec elle… Pauline pourrait en parler pendant des heures !

D’ailleurs, elle intervient dans des exploitations agricoles à travers toute la France, auprès de groupes de 10 à 15 personnes. En salle le matin, dans une ferme l’après-midi, les éleveurs sont initiés à la relation homme-animale.

Pauline Garcia comportementaliste
En toutes circonstances, « il faut apporter du positif ” aux animaux, conseille Pauline Garcia. © Garcia

Mais pourquoi est-ce si important ? “L’éleveur va tout d’abord gagner en sécurité car les vaches vont moins sursauter, moins fuir… Il va aussi gagner en plaisir, souligne la jeune femme. C’est une notion qui n’est pas suffisamment mise en avant dans un élevage. Mes vaches, ce sont mes collègues, je suis leur manageur ! Et si je ne travaille pas en harmonie avec mon équipe, elle va être stressée, ou avoir une baisse d’immunité. Travailler sur la relation homme-animal entraîne donc une diminution des frais de vétérinaire, et aussi une meilleure production. Enfin, quand on regarde nos animaux, on produit une hormone du bonheur, de bien-être, et c’est bon pour notre propre santé également !”

Mes vaches, ce sont mes collègues, je suis leur manager ! »

Pauline garcia

Si elle avait un seul conseil à délivrer, ce serait celui de s’intéresser davantage à ses vaches, de connaître leur monde sensoriel, leur façon de voir le monde. “J’ai cette facilité et cette passion à me mettre à la place d’un animal. D’ailleurs dans mes formations c’est ce que je dis : mettez vous dans le sens de la vache, à sa place ! Qu’est ce qui vous stress, qu’est ce qui vous gêne ? L’homme s’habitue aux bruits, mais pas la vache. Il faut aussi savoir qu’une vache à une vision saccadée, et les grands gestes lui font peur. Elle peut se mettre à courir et entraîner tout le troupeau . La vache est un animal placide, il ne faut pas la presser. Il faut se mettre au même niveau que l’animal.”

Laura Béheulière

Contact :
Pauline Garcia
Comportementaliste animalier
Équins – bovins – caprins
Éthologie appliquée, éducation positive
Mail: ethodiversite@gmail.com

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : on a testé… être membre d’un jury de produits laitiers
Un concours de produits laitiers fermiers est organisé à chaque édition de Terres en fête. Cette année, la rédacti [...]
Lire la suite ...

Le potager exemplaire du lycée Louis-Pasteur de Lille
Depuis plusieurs années, les adhérents du club Nature et culture du lycée Louis-Pasteur de Lille travaillent et entre [...]
Lire la suite ...

Bonne fête à toutes les mares !
Du 1e au 9 juin, dans le cadre de la fête des mares, plusieurs évènements sont organisés dans le Nord et le Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Recyclage : Bons élèves les agriculteurs ?
Films plastiques, ficelles, bidons vides, big-bags, produits hors d'usage, ferrailles, huiles usagées, déchets de soin [...]
Lire la suite ...

La nature colorée du Jardin des Lianes
Du 31 mai au 2 juin, les Rendez-vous aux jardins proposent à tous de visiter les jardins et parcs du Nord et Pas-de-C [...]
Lire la suite ...

Lait prairies du Boulonnais : Les secrets d’un fromage blanc médaillé
Créée en 2014, la coopérative Lait prairies du Boulonnais ne cesse d'étendre sa gamme de desserts laitiers. Du yaour [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires