Votre météo par ville

Aurèle Mestré, Roi du monde (de la frite)

19-10-2023

Actualité

Bien dans ses bottes

Il a été sacré champion international de la frite authentique le 7 octobre dernier à Arras, après une compétition acharnée. Aurèle Mestré, 32 ans, ouvre les portes de sa friterie éponyme, rue Léon Gambetta à Lille.

Un homme toque à la porte fermée de la friterie Mestré. À travers la vitrine, il crie à Nicolas, l’employé qui prépare le service du soir de transmettre ses félicitations au patron. Aurèle Mestré l’entend, sort une tête et reconnaît le propriétaire d’un bar voisin de la rue Gambetta. Ce dernier lui tombe dans les bras : ” Mec, c’est un truc de fou, champion du monde de la te-fri ! (frite en verlan, ndlr) ” Eclat de rires général. ” Quand je vois toute l’énergie que vous avez mis dans la friterie, c’est mérité. J’ai toujours aimé ce que tu faisais “, dit le patron de bar, promettant de venir bientôt manger un poulet frites. ” Bientôt “ semble ambitieux : il lui faudra attendre que tous les curieux, venus pour tester la meilleure frite authentique du monde, rendent la place aux clients réguliers.

Un tourbillon médiatique

Depuis son sacre, le 7 octobre dernier à Arras, Aurèle Mestré ne sait plus où donner de la tête. ” Je n’ai plus le temps de grand-chose “, confie-t-il dans un sourire. Il a reçu presque tous les médias de France et a dû doubler sa production de frites : ” En pommes de terre crues, avant, on sortait 125 kg par jour environ. Maintenant, on est plus autour de 200, 250 kg “, explique le jeune homme de 32 ans. Sa friterie ouvre à midi chaque jour, excepté le lundi. À midi moins dix, les files d’attente atteignent déjà vingt mètres de long. Parfois, il craint que le soufflé ne retombe. Mais il positive : ” Pour l’instant, je capitalise, j’en profite un maximum. Et puis d’un autre côté, ça ne me ferait pas de mal d’être un peu moins sollicité. “

Concernant sa participation au championnat international de la frite, c’est le Comité de tourisme d’Arras, organisateur de l’événement, qui l’a démarché. Il a hésité puis a accepté, se disant simplement ” que ça serait marrant “. Il avait même oublié de prévenir sa mère. Ou alors elle avait oublié, ” parce qu’elle n’écoute pas vraiment “ ce qu’il raconte. Son frère et ses amis étaient perplexes.

Le choix de l’entrepreneuriat

Mais lui, malin, savait les retombées médiatiques qui l’attendaient. On l’avait annoncé grand favori. Le Lillois a toutefois eu ” un petit coup de chaud “ face aux Japonais qui ont remporté la demi-finale avec des commentaires dithyrambiques. La finale a rebattu les cartes : surtout, Aurèle Mestré défendait une ” frite authentique “, telle qu’il la sert dans sa friterie : taillée large, cuite une première fois dans l’huile de tournesol, une seconde dans la graisse de bœuf. Une recette qu’il a développée ” un peu comme ça “, en faisant, petit, des frites avec ses parents. ” À la maison, c’était à l’huile. Ailleurs, c’était à la graisse de bœuf, mais je trouvais le goût trop prononcé. Alors, j’ai tenté d’alterner les deux “, décrit-il, avec une simplicité déconcertante.

On lui fait remarquer qu’il a de l’instinct. Il rit : ” Je dirais plutôt que je suis un peu à l’arrache. “ Il prend pour exemple ses études, ” plutôt chaotiques ” : une première année de médecine à la faculté catholique de Lille, une licence sciences de l’ingénieur en quatre ans au lieu de trois, puis une entrée à l’École des hautes études d’ingénieur (HEI) – Junia en troisième année, qu’il redouble. Il finit par obtenir un poste de chef de projet dans l’industrie à Soissons. Mais il s’ennuie, trouve la tâche trop normée et se refuse à ” lécher des bottes pour prendre en responsabilité “.

“Quand on aime manger, on est forcé de se mettre à la cuisine”

En décembre 2020, il sature, quitte son job et déménage de Soissons pour rejoindre Lille. Parce qu’il ” déteste chercher du travail “, l’entrepreneuriat s’impose. Il a toujours apprécié cuisiner, principalement car il aime manger – ” et quand on aime manger, à un moment, on est forcé de se mettre à la cuisine “ – et envisage d’abord un bar à manger avec du fait maison. Dans le Vieux-Lille, parce que c’est le quartier le plus adapté pour une telle offre. Mais les loyers sont exorbitants et beaucoup, dans le secteur, ” s’y cassent la gueule au bout de six mois “. Aurèle Mestré change alors de zone de recherche et visite un local dans le quartier de Wazemmes. Plus populaire, moins cher et surtout, avec une seule friterie déjà existante, dans les halles du marché. ” J’ai dit bingo “, se souvient-il.

En décembre 2021, il signe le bail du local. Après neuf mois de travaux, il ouvre la veille de la braderie de Lille 2022 avec un pari (gagnant) : le fait maison (à part les sauces et les desserts). En plus des frites, il sert de jolies croquettes, dont la saveur varie selon les jours. Ce mardi-là, c’était maroilles.

Ce que le futur lui réserve

” Se lancer, quitte à se planter”, défend Aurèle Mestré. Jusqu’ici ce leitmotiv lui réussit : ” Je n’ai pas tant de projets ratés que ça. “ Sa friterie tourne presque trop bien. Il a dû recruter et l’équipe compte désormais cinq personnes. S’il parvient à transformer l’essai et à pérenniser son succès, il devra s’agrandir encore.

Et ensuite ? Comme à son habitude, il fourmille déjà d’idées : ” Mon principal axe de développement serait d’ouvrir d’autres friteries, avec une fabrication centralisée ici. Sinon, j’ai d’autres idées de restaurants. Si un jour j’ai l’occasion de vendre la friterie pour un bon prix et de repartir ailleurs, ça ne me fait pas peur. “ De toute façon, il l’aura, cette friterie Mestré, gravée dans la peau. De fait, il a promis, sur la grande scène d’Arras, devant les milliers de personnes venues assister au championnat, qu’il se ferait tatouer le logo de sa friterie, floqué d’un ” champion du monde “, sur la fesse.


Aurèle Mestré en quatre dates 

Décembre 2020. Il quitte son poste de chef de projet dans l’industrie à Soissons et déménage à Lille pour se lancer dans la restauration.

Décembre 2021. Il signe le bail du local situé au 305 rue Léon Gambetta, à Lille, dans le quartier de Wazemmes. S’ensuivent neuf mois de travaux pour le transformer en friterie digne de ce nom.

Septembre 2022. La veille de la braderie de Lille, la friterie Mestré ouvre ses portes.

7 octobre 2023. Un an plus tard, Aurèle Mestré est sacré champion international de la frite authentique.

Marion Lecas

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Dans les coulisses : Le Fournil bio, fournisseur de pain des Jeux olympiques
Créé en 1996, le Fournil bio est aujourd'hui dirigé par Florent Leroy. Le pari ? Faire du pain 100 % bio, et le plu [...]
Lire la suite ...

Marc Dufumier : « L’agroécologie est avant tout un concept scientifique »
Celui qui était un productiviste convaincu prône un changement urgent des pratiques agricoles, s'appuyant sur l'agroé [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels sont les programmes ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez en huit point [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour la sécurité intérieure ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour l’immigration ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Législatives 2024 : Quels programmes pour le logement ?
À une semaine du premier tour des élections législatives anticipées, prévu le 30 juin 2024, retrouvez les programme [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires