Votre météo par ville

Incendies : Pierre Declercq, du Sdis du Nord, témoigne de la situation sur le terrain

11-08-2022

Actualité

Environnement

Sécheresse et canicule ne laissent pas de répit aux pompiers cet été. Le point avec le lieutenant colonel Pierre Declercq du Sdis du Nord.

Pierre Declercq © Sapeurs pompiers du Nord

Les pompiers sont très sollicités cet été avec les risques d’incendies en espaces naturels et les secours à la personne. Le point avec le lieutenant colonel Pierre Declercq, chef du groupement opération et coordination des secours au service départemental d’incendie et de secours (Sdis) du Nord.

Après un mois de sécheresse et de pics de chaleurs, quel est le constat concernant les opérations de feux en espaces naturels ?

Sur tout le mois de juillet, dans le Nord, nous avons comptabilisé 402 opérations contre des feux en milieu naturels. En 2021, il n’y en avait que 59. Les principaux feux concernent les broussailles et herbes en bordure de route. Nous avons agi sur 35 feux dans des parcelles de céréales récoltées et huit pour des cultures sur pied, soit une trentaine d’hectares. Chose nouvelle cette année, nous avons eu un feu de végétation en forêt, dans la tourbe donc rien à voir avec ce qu’on peut voir dans les régions du sud. Nous avons eu également deux feux de végétaux dans les dunes.

Quels moyens avez-vous pour lutter contre ces incendies ?

Nous tentons de classer les territoires selon les risques potentiels. En cas d’incendie, nous déclenchons un dispositif spécifique pour intervenir rapidement. Depuis quatre ans, certains pompiers dans quelques centres certifiés de la région ont suivi une formation pour lutter contre les feux en espaces naturels et sur les cultures, plus fréquents dorénavant.

Cette spécialisation passe par l’utilisation de véhicules dédiés pour lutter aussi bien en milieu naturel qu’en milieu urbain et l’appui de matériels spécifiques comme des clés de portage pour pouvoir agir au plus près du foyer.

Il faut, aussi, souligner qu’une trentaine de pompiers sont allés porter du renfort à ceux de Gironde, du Finistère et des Bouches du Rhône la deuxième quinzaine de juillet. Même si ce temps est pris sur leurs repos ou leurs congés, les équipes sur le terrain dans notre région sont allégées. Sans compter les congés estivaux de chacun.

Comment tentez-vous d’anticiper ces incendies ?

Pour prévenir les incendies, nous mesurons tous les jours les risques. Il y a quatre facteurs : la météo, avec la température, l’hygrométrie et le vent ainsi que le facteur humain. Sur ce dernier, nous tentons d’alerter la population via la préfecture et nos réseaux sociaux. Mais nous devons reconnaître que nous sommes un département avec une densité de population très élevée, ce qui cause davantage de risques. Nous ne disposons pas de moyens pour faire de la prévention sur le terrain malheureusement. Par ailleurs, nous suivons l’avancée des récoltes très précisément car les travaux des champs sont des facteurs de risques supplémentaires.

Quelles relations avez-vous avec le milieu agricole ?

La profession est très bien représentée et il est facile de dialoguer ou alerter les agriculteurs. Lorsque les risques d’incendies en milieux naturels sont très élevés, nous effectuons une réunion interservices à la préfecture pour déterminer les actions à mener. Nous alertons le préfet sur les niveaux de risques et en concertation avec les autres représentants, il décide des mesures à prendre. Ainsi, avec moins de la moitié des céréales récoltées avant le 19 juillet (pic de chaleur dans le Nord, ndlr), et l’importance économique et géopolitique de réaliser la moisson dans les meilleures conditions, aucune restriction n’a été prise cette fois-ci.

Quels sont les principaux risques à surveiller ces prochaines semaines ?

La moisson étant terminée, nous avons un point de vigilance en moins. Cependant, l’épisode de sécheresse se poursuivant, nous restons très mobilisés dans le Nord mais aussi pour prêter main-forte dans les autres régions de France. Il ne faut pas oublier que les incendies ne sont qu’une partie des services que rendent les pompiers. Les interventions pour porter secours aux personnes sont très nombreuses, nous comptons plus de 530 interventions chaque jour dans notre département.

À plus long terme, quelle est la stratégie du Sdis du Nord pour être performants face aux nouveaux risques liés au changement climatique ?

Les enjeux sont de former et sensibiliser les pompiers aux nouveaux risques. À ce jour, aucun pompier dans le Nord n’est formé à la gestion des feux de forêt. Le risque d’avoir un feu de forêt chez nous est inexistant pour le moment. Nos forêts sont bien différentes de celles du sud de la France. Il n’empêche, deux personnes vont suivre une formation approfondie.

Mais dans les prochaines années, nous estimons qu’il n’y aura pas vraiment de nouveaux risques mais que toutes les situations que nous vivons depuis le début de cet été seront plus nombreuses et que les niveaux de risques seront plus longtemps élevés. L’avancée des moissons risque d’être un facteur que nous allons prendre encore plus en compte. Nous avons donc besoin d’investir dans des engins performants et polyvalents.

Lucie Debuire

Lire aussi : Eau : Des mesures exceptionnelles sur l’Yser

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires