Votre météo par ville

Flandre. La foire contée par Jacques Wyckaert

06-09-2023

Actualité

C’est tout frais

À la tête depuis 16 ans du comité d’organisation de la Foire d’Hazebrouck – qui se tient cette année jusqu’au 10 septembre – Jacques Wyckaert connaît son histoire sur le bout des doigts. Rencontré à quelques jours du coupé de ruban tricolore, il en choisit quelques morceaux.

Jacques Wyckaert (à droite) préside le comité d’organisation de la Foire d’Hazebrouck depuis seize ans. © J. D. P.

À une semaine du coup d’envoi des trois jours de foire, Jacques Wyckaert est sur tous les fronts. « J’ai la chance d’être entouré d’une bonne équipe, nuance-t-il, chacun ses responsabilités. »

Équipe à laquelle s’ajoute une centaine de bénévoles, qui viennent en renfort du 8 au 10 septembre pour accueillir les centaines d’exposants et milliers de visiteurs.

Naissance en 1946, virage en 1998

La foire d’Hazebrouck, c’est une histoire longue de 77 ans. « Elle est née sitôt après l’Armistice, en 1946, raconte le Flamand. On sortait de la guerre, c’était le temps où l’on demandait aux agriculteurs de nourrir le monde : il manquait de tout ! La foire a donc été créée pour inciter les gens à produire, présenter les nouvelles techniques, le matériel agricole… »

À cette époque, les tracteurs ne courent pas encore les champs. Mais dès les années 1950, les agriculteurs viennent à la foire d’Hazebrouck pour acheter leurs machines. Dix ans plus tard, elle s’élargit et devient également artisanale et commerciale.

Au fil des décennies, elle finit par s’essouffler. « Fin des années 1990, on était presque tombé à zéro !, reprend Jacques Wyckaert. À l’époque, on avait un grand responsable agricole dans les Flandres, Francis Fagoo, qui refusait de baisser les bras et voulait la redynamiser. Avec une poignée de responsables agricoles – dont moi, ajoute-t-il modestement – on a fait du porte à porte et remis en place la foire. Le virage date donc de 1998. »

38 000 visiteurs et 190 exposants en 2022

Depuis, l’organisation s’est rodée, enrichie par l’expérience des éditions successives. Le nombre de visiteurs et d’exposants est allé crescendo. Sauf en 2020, seule année qui a vu la foire d’Hazebrouck s’annuler. En 2022, 190 exposants et 38 000 visiteurs ont été comptabilisés en trois jours. « On se rend compte qu’on est à un sommet, on a du mal à faire mieux », analyse celui qui préside le comité d’organisation depuis seize ans.

« Cette année, on devrait être sur les mêmes chiffres, sachant qu’on est “concurrencés” par Terres de Jim. La date de la foire a toujours été le deuxième week-end de septembre, pour être après la braderie de Lille et avant l’opération Ville ouverte d’Hazebrouck », justifie-t-il. Si quelques exposants – cinq, d’après lui – ont choisi Cambrai exclusivement, la plupart se sont dédoublés, indique-t-il.

Rien de pire que la routine

Si le public vient en grande majorité de Flandres intérieures, Jacques Wyckaert se réjouit de voir la foire drainer de plus en plus large, « jusqu’en bordure du Pas-de-Calais, en Belgique… »

« Les gens ne viennent pas uniquement pour les bonnes affaires. C’est un moyen pour nous de communiquer, on s’exprime sur notre métier, notamment par nos forums et conférences. C’est aussi une façon d’animer la ville, de faire vivre les commerces et les restaurants. »

À la tête du comité d’organisation depuis 2008, Jacques Wyckaert jongle entre les incontournables – comme les animaux, facteur d’attraction des enfants et donc de leurs parents – et les nouveautés à initier pour perdurer. « Tous les ans, il faut se remettre en cause, il n’y a rien de pire que la routine ! Cette année, la grande nouveauté c’est la soirée Agri night une semaine avant la foire, pour profiter des chapiteaux encore vides : on attend 550 personnes au repas et on espère 1 200 personnes. » Objectif largement atteint.

L’an passé, les organisateurs ont proposé une messe en plein air. Gros succès. Pour cette deuxième édition ce dimanche 10 septembre, ils comptent sur plus de 500 personnes.

La foire, conclut Jacques Wyckaert, est organisée à 100 % par l’union agricole d’Hazebrouck. Avec une aide financière et technique de la ville et des collectivités, complète-t-il. « Mais c’est bien le syndicalisme qui la porte. On y tient. » 

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Concours : Mélodie Lehoucq, jeune championne de dessert
À 18 ans, Mélodie Lehoucq a terminé 5 du championnat de France du dessert catégorie juniors. La championne régional [...]
Lire la suite ...

Plan Bio : Rencontre entre acteurs des territoires
Organisée par la région Hauts-de-France et la Draaf, une rencontre des territoires bio s'est tenue le mardi 21 mai dan [...]
Lire la suite ...

Sélection : Le Boulonnais comme passion
Marie-Laure et Jean-Pierre Longueval élèvent et sélectionnent des moutons du Boulonnais depuis un peu plus d'une déc [...]
Lire la suite ...

Portrait : Julien Tourtelot, le footballeur maraîcher
À 27 ans, Julien Tourtelot porte plusieurs maillots. Celui de footballeur à l'US Vimy en Nationale 3, la sixième divi [...]
Lire la suite ...

Portrait : Gregory Nocqs, agriculteur traileur
Agriculteur installé à Thiant, près de Valenciennes, Gregory Nocqs est un passionné de trail qui court pour le plais [...]
Lire la suite ...

Événement : à Tilloy-lès-Mofflaines, Terres en fête se prépare
Terres en fête débute vendredi prochain mais, depuis plusieurs semaines déjà, organisateurs et entreprises prestatai [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires