Votre météo par ville

La FNSEA s’impatiente de voir les mesures promises “effectives dans les fermes”

29-03-2024

Actualité

Organisations agricoles

Quelques huées et pancartes en signe de la colère, pas encore éteinte, des agriculteurs : le discours de clôture du 78e congrès de la FNSEA de Marc Fesneau n’a pas entièrement convaincu les congressistes qui repartent de Dunkerque avec une question : quand et comment les mesures annoncées seront-elles appliquées ?

Ne soyons pas dupes, il faut maintenir la pression“, clamait Arnaud Gaillot jeudi 28 mars, inaugurant le cycle des discours de clôture du 78e congrès de la FNSEA. Le président des Jeunes Agriculteurs a assuré qu’après cinq mois d’actions, “le travail paie, avance, mais nous devons continuer !” Aides d’urgence, mesures de simplification ou encore plan élevage vont “dans le bon sens” et “personne ne croyait que les lignes bougeraient aussi vite“. Pour autant, l’agriculteur du Doubs a listé d’autres sujets encore sources d’inquiétudes : le changement climatique ; Egalim, “pas un énième mais un Egalim renforcé” ; les contrats d’avenir portés auprès du Président de la République ; l’accueil des nouvelles générations qui arrivent dans le métier avec un bémol, “les études le montrent : les agriculteurs feront de moins en moins carrière“, il faut donc imaginer les sorties et réorientations, a-t-il précisé ; ou encore les diagnostics de territoires pour recenser les filières : “sommes-nous corrélés aux marchés ?”

Deux fois plus vite

“Une seule solution : la détermination”, a déclamé à son tour Arnaud Rousseau. “Sommes-nous condamnés à être un secteur d’ajustement comme l’a été dans cette région le textile ?” Devant “l’absence totale de vision politique“, le président de la FNSEA applaudit toutefois la nomination d’une ministre déléguée auprès du ministre de l’Agriculture tout en calculant : “banco, avec deux ministres, allons deux-fois plus vite !

Qu’il a été long le temps de réaction du gouvernement face aux difficultés !”, regrette l’agriculteur de Seine-et-Marne, rappelant que “le mouvement historique vient de loin” avec “dignité, juste revenu et meilleures conditions de travail” en cheval de bataille. Le temps, aujourd’hui encore, semble long aux syndicalistes, impatients de voir les mesures promises “effectives dans les fermes“.

Lourdeurs et lenteurs

Vous êtes un syndicat de solutions, de propositions“, a d’abord brossé le Ministre de l’Agriculture et de la souveraineté alimentaire arrivant au pupitre. 67 mesures, inspirées des 140 déplacements sur le terrain, a additionné Marc Fesneau reconnaissant les “lourdeurs et les lenteurs“, n’ayant pas empêché d’avoir “avancé comme jamais” et “répondu aux attentes : changer de logiciel“. “Nous avions oublié que le principal objectif était de produire“, a-t-il reconnu, “l’agriculture est d’intérêt majeur pour le pays. C’est maintenant inscrit dans la loi : ce n’est pas un détail mais un rééquilibrage“.

Puis est venu le temps de la justification des actions entreprises, la liste du fait, en cours et encore à faire. Quelques dates ont été confirmées – la loi d’orientation agricole à l’Assemblée nationale le 13 mai -, quelques chiffres ont été donnés – 2 000 contrôles Egalim déjà effectués sur les 10 000 promis en 2024, “et je serai vigilant” -, quelques points ont été cités : plans loup ou bio.

Mais encore, “j’annonce que les Préfets pourront avoir un effet de différenciation des dates – pour l’implantation des cultures par exemple – qui soit du bon sens, réaliste sur le terrain.

Sur la question de l’eau, Marc Fesneau s’est dit en faveur d’ouvrages de stockage, de réflexions, de recherches, rapidement. “Il faut des Sainte-Soline, il faut des projets sur le territoire.

Sur celle de la compensation environnementale, il a cité le Dunkerquois, qui “ne doit pas payer la note d’un projet d’intérêt national“. Qui plus est, “la réindustrialisation est importante mais pas au prix de l’agriculture.” “J’ai toujours défendu l’agriculture, et je continuerai à le faire“, a-t-il déclaré à une assistance qui a brandi quelques pancartes et hué son ministre à plusieurs reprises, ne l’interrompant véritablement qu’une seule fois.

Quelle direction ?

Une fois le rideau tombé sur ce 78e congrès, Arnaud Rousseau gardait son interrogation : “quand et comment les mesures vont-elles être appliquées ?“, a-t-il répété au pied du podium, attendant toujours d’être reçu à l’Élysée. “Ce qu’on demande à Emmanuel Macron, c’est qu’il nous donne la vision qu’il va porter. La dernière date de 2017, c’était le discours de Rungis sur la montée en gamme. L’acte de production est essentiel : quelle direction veut-il donner à l’agriculture pour les prochaines années ?

Après plus de 20 ans de sédimentation, d’amertume et de manque de dignité, ce n’est pas en trois mois que tout va changer. Il faudra un peu de temps pour que les gens comprennent qu’on a obtenu des avancées.

Marc Fesneau, quant à lui, reconnaissait qu’il avait besoin de retrouver la confiance des agriculteurs.

Louise Tesse

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Tags
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Concours : Mélodie Lehoucq, jeune championne de dessert
À 18 ans, Mélodie Lehoucq a terminé 5 du championnat de France du dessert catégorie juniors. La championne régional [...]
Lire la suite ...

Plan Bio : Rencontre entre acteurs des territoires
Organisée par la région Hauts-de-France et la Draaf, une rencontre des territoires bio s'est tenue le mardi 21 mai dan [...]
Lire la suite ...

Sélection : Le Boulonnais comme passion
Marie-Laure et Jean-Pierre Longueval élèvent et sélectionnent des moutons du Boulonnais depuis un peu plus d'une déc [...]
Lire la suite ...

Portrait : Julien Tourtelot, le footballeur maraîcher
À 27 ans, Julien Tourtelot porte plusieurs maillots. Celui de footballeur à l'US Vimy en Nationale 3, la sixième divi [...]
Lire la suite ...

Portrait : Gregory Nocqs, agriculteur traileur
Agriculteur installé à Thiant, près de Valenciennes, Gregory Nocqs est un passionné de trail qui court pour le plais [...]
Lire la suite ...

Événement : à Tilloy-lès-Mofflaines, Terres en fête se prépare
Terres en fête débute vendredi prochain mais, depuis plusieurs semaines déjà, organisateurs et entreprises prestatai [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires