Votre météo par ville

Sécheresse. « Si l’on veut conserver une activité laitière, il faut agir »

25-08-2022

Actualité

C’est tout frais

Alors que les producteurs de lait se mobilisent et que la récolte de maïs fourrage qui va débuter s’annonce mauvaise, Simon Cuvillier nous a ouvert les portes de son exploitation d’Ambleteuse pour voir les conséquences de la sécheresse sur son élevage.

. Le soleil et la sécheresse ont empêché les maïs d’atteindre leur taille normale.

Comme par hasard, ce jour-là à Ambleteuse (62), sur la Côte d’Opale, il vient de pleuvoir… Trois fois rien. Pas de quoi enrayer les dégâts de la sécheresse qui frappe particulièrement ce secteur côtier du département.

Simon Cuvillier, 32 ans, est installé depuis sept ans sur l’EARL de Houppe-Vent, avec sa belle-sœur et sa belle-mère, Hélène et Béatrice Bouly. Ensemble, ils élèvent 80 vaches laitières, des vaches allaitantes pour les veaux, et cultivent 190 hectares : 50 % en blé, escourgeon, betteraves et lin, et 50 % pour nourrir les bêtes (pâtures, betteraves et maïs fourrager). Alors que l’été n’est pas encore fini, il s’attend déjà à un hiver difficile et même à une année 2023 compliquée. D’autant qu’Hélène vient de les rejoindre sur l’exploitation, en avril, et s’est vue attribuer une capacité de 300 000 litres de lait par an.

Plus de stock

« Seul, je produisais 680 00 litres de lait par an avec 70 vaches laitières. Dans le plan établit avec la banque, nous devions atteindre les 800 000 litres cette année et d’ici deux ans maximum, le million, avec 110 vaches », explique Simon Cuvillier. Pour cela, l’entreprise devait réformer petit à petit les bêtes qu’elle gardait en allaitantes pour se lancer dans l’élevage viande. « Elles étaient 30 et là on se rapproche de 0. C’était prévu mais la sécheresse a accéléré ce processus. On a donné la priorité aux vaches laitières. »

Pour les nourrir, ils ont déjà dû puiser dans leurs stocks, faute de pouvoir les faire pâturer des pâtures complètement grillées. « Aujourd’hui les exploitations tournent à 50 % en herbe et le reste en maïs », précise Hélène Bouly. Pas de pâturage possible, mais pas non plus de ressemis de la prairie. Avec les sols extrêmement secs, « on ne peut pas planter d’herbe car on ne peut pas travailler les sols… »

« En fait, on ne sort plus les vaches et on les nourrit comme en hiver pour maintenir la production. Le stock devait normalement nous durer jusqu’en octobre au moins. On va le terminer avec trois semaines d’avance. » Pour faire face à cette situation, ils vont devoir « ensiler 2 à 3 ha de maïs, pour faire la transition et lui laisser le temps de fermenter », détaille Hélène Bouly. Soit un ensilage trois semaines plus tôt que d’habitude. « On devrait ensiler le reste la semaine du 5 septembre selon notre Coop (La Flandre) », ajoute-t-elle.

Certains épis de maïs n’ont même pas germé.

Pas de maïs, pas de lait

Une décision prise à contrecœur pour sauver les meubles car « ni le rendement ni la qualité ne sont au rendez-vous. Les maïs sont arrivés à maturité trop vite et bon nombre d’entre eux n’ont même pas d’épis… Quand ils en ont, ils sont encore au stade laiteux. On estime à 40 % la perte en grains. »

Or, sans grains, la qualité nutritive de ces maïs est moins bonne : « Normalement, il faudrait que l’UFL (unité fourragère lait) soit de 1, avec 32 % de matière sèche. Là, on va ensiler à 40 % de matière sèche donc je pense que l’UFL sera de 0,7, peut-être 0,8 », estime Simon Cuvillier.

L’exploitation va donc devoir supplémenter ses bêtes en achetant du concentré mais là aussi, cela aura un coût : « Nous signons des contrats à six mois pour le soja. On va devoir en racheter et le prix a augmenté de 30 %. On va aussi acheter du maïs aux voisins. Je pense qu’on va devoir acquérir deux fois plus de compléments que d’habitude pour atteindre nos objectifs en lait », explique Simon Cuvillier.

« On n’a pas vraiment le choix car on a des engagements à tenir avec la banque », admet Hélène Bouly. « Il ne faudrait pas deux années comme ça », ajoute son beau-frère.

Hélène Bouly, Simon Cuvillier et Axel et Léopold, au milieu d’une partie du champ détruit par les sangliers. © E.P.

Les sangliers en trouble-fêtes

En plus de la sécheresse, l’exploitation a subi les attaques des sangliers, qui se sont multipliées cette année. Ils détruisent les champs « dès qu’il y a un peu de grain. Nous sommes au milieu de zones conservatoires et bien que les chasseurs aient le droit de réguler la population de sangliers, c’est compliqué. »

Là-dessus, pas moyen de faire jouer l’indemnisation de la Fédération de chasse du Pas-de-Calais car « il faut faire venir un expert et l’attaque s’est produite il y a une semaine. Le délai est trop court, il faut ensiler. » Pour la perte de rendement, pas moyen de faire jouer l’assurance récolte non plus car « j’ai fait mes calculs et la perte équivaut à la franchise… », soupire Simon Cuvillier. Entre les sangliers et l’augmentation des coûts de productions, les deux agriculteurs ne voient pas d’autres solutions que celle d’une revalorisation du prix du lait à 0,99 € le litre en supermarché (lire aussi en page 12) ou bien « une répartition plus équitable des marges. On est la source de production et au final on gagne peut-être un tiers du prix de vente. C’est flou finalement combien prennent les différents acteurs, et ce malgré la loi Egalim », peste Simon Cuvillier. « En fait on ne sait pas vraiment où va l’argent », concède Héléne Bouly.

Ce qu’espère l’entreprise ? « Que la laiterie avec laquelle on travaille va pouvoir renégocier les prix d’achat par les GMS à la hausse à la fin de l’année. Un plan sécheresse c’est très bien mais ça ne suffira pas, commente Simon Cuvillier. Si on veut maintenir une activité laitière sur la Côte d’Opale, il faut agir. » Selon Hélène Bouly, « on est environ une exploitation laitière par commune actuellement. Si on ne fait rien, si on ne revalorise pas, dans 10 ans il faudra diviser ce nombre par trois. » 

Eglantine Puel

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Bois de la Chapelle. La bière fermière qui profite… aux bovins
Installé à Torcy, Aymeric Hubo produit ses bières avec l'orge de la ferme. Depuis 2020, le brasseur de 36 ans élève [...]
Lire la suite ...

Supplément Terres en Fête : 31 mai 2024

Numéro 361 : 19 avril 2024

Numéro 366 : 24 mai 2024

Dunkerquois : Francis Vermersch, sur tous les fronts, l’homme de tous les combats
Champion de l'engagement, Francis Vermersch superpose les casquettes. À presque 70 ans, l'homme aspire désormais à pa [...]
Lire la suite ...

Terres en défis : à vos marques, prêts, partez !
Pour l'édition 2024 de Terres en Fête, le Savoir Vert des agriculteurs a mis au défi les écoles des Hauts-de-France. [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires