Votre météo par ville

Cap Frelon : des élèves au service des abeilles

03-05-2019

Actualité

#Tracetonsillon

De jeunes apprenants de l’Institut de Genech ont créé une mini-entreprise de pièges à frelons qu’ils commercialisent. Une expérience très formatrice et enrichissante, au service des abeilles !

élèves institut de genech Cap frelon Terres et Territoires © DR

Ils ont entre 15 et 18 ans. Parmi eux, un directeur, un responsable production, un commercial ou encore un trésorier. Ces élèves de l’Institut de Genech (59) ont créé leur propre mini-entreprise. Avec Cap frelon, ils conçoivent et commercialisent des pièges à frelons.

Cette initiative est née de la participation de deux classes de Capa (Certificat d’aptitude professionnelle agricole) au projet EPA (Entreprendre pour apprendre), un programme de création d’entreprise qui s’adresse aux élèves inscrits au collège, au lycée, en structure d’insertion et en centre de formation.

Depuis la rentrée 2018, une vingtaine d’élèves, issus de la filière aménagement paysager, travaille sur ce projet. Parmi plusieurs idées d’entreprises initialement proposées, celle de la fabrication de pièges à frelons a tout de suite retenu l’attention et a été votée à l’unanimité. L’entreprise des jeunes élèves s’inscrit en plein dans l’actualité et au cœur des préoccupations de la société : protection des abeilles essentielles à la pollinisation, élimination des frelons prédateurs… « Notre piège répond aux besoins des agriculteurs et des apiculteurs », souligne Simon Baptiste, directeur de Cap frelon.

La classe de première année se charge de la fabrication, tandis que l’entreprise est dirigée par la classe de deuxième année. Parmi eux, cinq élèves ont été choisis pour occuper les postes à responsabilité : le directeur est ainsi épaulé par Clément Hérot, responsable production, Lucas Deloffre, responsable communication, Baptiste Lemoisne, commercial, et Lucas Chrétien, trésorier. Chacun a dû apprendre à remplir son rôle et le fait avec un grand sérieux.

« Pour la fabrication, nous nous sommes renseignés sur Internet et nous avons recueilli des informations auprès d’apiculteurs », explique Clément Hérot. Christian Godbille, parrain du projet et apiculteur dans l’Avesnois de son état, a délivré de précieux conseils aux jeunes étudiants. Ceux-ci ont voulu créer un produit respectueux de l’environnement ; le piège est constitué à 80 % de matériaux recyclables.

« Il s’agit de récupération, principalement du bois de palette biodégradable », poursuit Clément Hérot. Un appât est placé à l’intérieur de la boîte fermée ; le frelon, attiré, entre par un cône et se retrouve bloqué. Si une abeille s’égare par-là, elle peut ressortir grâce à un grillage adapté. « Le piège est sélectif », souligne le responsable production.

Déjà onze pièges vendus

Cap frelon a déjà vendu plus d’une dizaine d’exemplaires, notamment lors des portes ouvertes organisées à l’Institut de Genech au mois de mars 2019. « Nous avons créé un carnet de commandes », souligne Baptiste Lemoisne. « Le prix de vente est de 15 €, poursuit Lucas Chrétien. Comme le coût de revient est de 5,80 €, nous réalisons un bénéfice de 9,20 € par piège vendu. » 

Conception du logo et du slogan de l’entreprise – « Avec Cap frelon, contre-attaquons » –, lancement de la page Facebook, communication pour la porte ouverte et rencontre avec la presse… les élèves ont tout assuré, explique Lucas Deloffre.

L’expérience semble très enrichissante. « Ils ont appris bien plus que dans les cours classiques, estime Aline Dereuder, leur enseignante. Ce projet nous a permis de découvrir des élèves totalement différents, la classe a évolué, ils se sont éclatés ! » 

Bien sûr, ils sont passés par des hauts et des bas. L’anecdote la plus marquante, pour eux, c’est sûrement celle-ci : « Nous nous sommes fait piquer l’idée ! » Sur les réseaux sociaux, une internaute n’a d’ailleurs pas hésité à le leur dire… Mais il en faut bien plus pour décourager ces apprentis chefs d’entreprise qui comptent bien continuer l’aventure.

Vendredi dernier, ils participaient au Championnat régional des mini-entreprises organisé par EPA Hauts-de-France. S’ils n’ont pas été sélectionnés, nul doute que cette étape leur aura encore apporté énormément en connaissances et en expérience. « Le jury nous a dit qu’il fallait continuer le projet, souligne Simon Baptiste. Alors pourquoi ne pas déposer un brevet pour vendre les pièges par la suite ? »

Laura Béheulière

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Noël autrement (4/4). De garde avec les soignants
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Noël autrement (3/4). Une fête aux accents d’ailleurs
À l'approche de Noël, nous sommes allés à la rencontre de personnes qui célèbrent cette fête de manière différe [...]
Lire la suite ...

Émilie roibet, itinéraire d’une reconversion bien pensée
Architecte paysagiste de formation, Émilie Roibet a quitté ses bureaux lillois pour créer sa ferme florale "À l'ombr [...]
Lire la suite ...

Une Cuma qui a le sens de l’accueil
Localisée à Bois-Bernard, la Cuma " L'accueillante " est confrontée aux départs en retraite de ses membres, souvent [...]
Lire la suite ...

DOSSIER ÉNERGIE. À la centrale de Lens, le bois devient énergies
Unique dans la région, par son genre et sa taille, la centrale de cogénération de Lens produit à la fois de l'élect [...]
Lire la suite ...

Inondations : après la pluie, se reconstruire
Une semaine après les premières crues, le Pas-de-Calais tente d'émerger peu à peu, malgré la menace de nouvelles in [...]
Lire la suite ...

Inondations : 50 millions d’euros pour les collectivités sinistrées
Le chef de l'État en déplacement à Saint-Omer et à Blendecques, le mardi 14 novembre, a annoncé un plan d'aide pou [...]
Lire la suite ...

À la ferme du Major, “on crée de l’énergie”
La ferme d'insertion du Major, à Raismes, emploie 40 hommes et femmes éloignés de l'emploi pour leur permettre, en ac [...]
Lire la suite ...

Jean-Marie Vanlerenberghe : « L’attentat à Arras a souligné les failles du dispositif »
Ancien maire d'Arras et doyen du Sénat, Jean-Marie Vanlerenberghe réclame « une réponse ferme » mais dans le resp [...]
Lire la suite ...

Changer de goût et agir pour le futur
Plus saine, plus durable, plus accessible, l'alimentation de demain doit répondre à d'innombrables défis. À l'occasi [...]
Lire la suite ...

Retour sur la première édition du championnat international de la frite
Le premier championnat international de la frite s'est déroulé à Arras le samedi 7 octobre 2023. Soleil et ambiance [...]
Lire la suite ...

Jean-Paul Dambrine, le patron sensas’
Il est l'icône de la frite nordiste. À 75 ans, Jean-Paul Dambrine, fondateur des friteries Sensas et président du jur [...]
Lire la suite ...

Quatre lycéennes d’Anchin à la conquête de l’Andalousie
Iris, Angèle, Louise et Eulalie, lycéennes à l'Institut d'Anchin, ont passé trois semaines caniculaires près de Sé [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Nord, plusieurs nuances de rose, plusieurs nuances de bleu : l’éparpillement façon puzzle
Avec 11 sièges à pourvoir, c’est le département à renouveler le plus grand nombre de sièges derrière Paris : le [...]
Lire la suite ...

Élections sénatoriales : dans le Pas-de-Calais, la droite (presque) unie, la gauche en ordre dispersé et l’éventualité du Rassemblement National :
Pour les prochaines élections sénatoriales, les gauches ne font pas bloc dans le Pas-de-Calais. La droite, elle, table [...]
Lire la suite ...

Numéro 368 : 7 juin 2024

Terres en fête. Dans les pas des champions du Savoir vert
Terres en fête, c'est l'occasion pour le grand public de découvrir un monde parfois trèèèèès inconnu. Des dizaine [...]
Lire la suite ...

Terres en fête : 85 000 visiteurs, 550 exposants et des organisateurs contents
Terres en fête s'est déroulé du vendredi 7 au dimanche 9 juin à Tilloy-lès-Mofflaines. 85 000 visiteurs ont arpen [...]
Lire la suite ...

Flandre : Florian Djebouri a transformé sa passion pour les chiens en métier
Sur Terres en fête, Florian Djebouri faisait des démonstrations de chiens de troupeau. L'occasion de rencontrer ce tou [...]
Lire la suite ...

Élections européennes et dissolution : avec quelles conséquences ?
Quelles conséquences sur le monde agricole vont avoir les élections européennes et la dissolution de l'Assemblée nat [...]
Lire la suite ...

« Il n’y a pas d’ambiguïté, notre objectif est de produire »
Pour Agnès Pannier-Runacher, « si on nie le dérèglement climatique - comme le fait l'extrême-droite - on tue l'agr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires