Votre météo par ville

La bière Confinouze pour remonter le moral des troupes et les finances

27-04-2020

Actualité

Consommation

Les trois gérants du bar lillois (59) La pépite viennent de créer une bière spéciale pour le confinement, grâce à une cagnotte en ligne : la Confinouze.

Victor Vercamer, Kamil Bury et Théo Gosset, les gérants du bar la Pépite à Lille, à l’initiative de la création de la Confinouze. © DR

Une bière de printemps brassée en plein confinement ! C’est le projet de Victor, Kamil et Théo, les trois gérants à la tête du bar La pépite à Lille (59). Pour y parvenir, ils ont lancé début avril 2020 une cagnotte en ligne sur ulule.com.

Et le succès a dépassé leurs espérances. Ils étaient d’abord partis sur un objectif de 3 000 € pour fabriquer un premier brassin de 1 000 litres de Confinouze. Ils ont finalement décidé de lancer une deuxième tournée pour répondre à la demande.

La Confinouze est commercialisée sous forme de bouteilles de 75 cl (livraison gratuite à 15 min de Lille, payante pour le reste de la France). Il est aussi possible d’acheter des pintes de pression qui pourront être consommées à la réouverture du bar.

La Confinouze est disponible en bouteilles de 75 cl livrées à domicile. © DR

Une bière locale

Pour mettre au point et fabriquer leur nouvelle bière, les gérants de La pépite ont travaillé en partenariat avec la brasserie Bellenaert, basée à Bailleul. Infusée avec des betteraves rouges et des pommes de vergers des Flandres, la Confinouze se distingue par son goût légèrement acidulée.

Sur le descriptif de la cagnotte en ligne, les trois compères l’assurent : « Notre but, c’est avant tout d’impliquer un maximum de producteurs du coin, qui sont aussi nombreux à subir la crise de plein fouet ».

Joint par téléphone, Théo précise: « Le houblon vient du Monts des Cats, les fruits d’exploitations des Flandres et c’est l’entreprise Soufflet qui a fourni le malt ».

Lire aussi : Une cueillette solidaire pour les Ehpad

Au-delà de l’aspect convivial du projet, l’objectif des gérants est de maintenir leur entreprise à flot en renforçant un peu la trésorerie. « Nous voulons réunir une somme d’argent qui, en plus de financer les brassins, nous permettra de payer les charges, comme le loyer ou les salaires, au redémarrage de l’activité », précisent-ils.

Les gérants ont aussi voulu donner une dimension solidaire à leur projet. « L’excédent que l’on aura collecté, après paiement de nos charges, sera reversé au personnel du CHR de Lille », expliquent-ils.

C’est pourquoi ils ambitionnent à présent de collecter 12 000 €. Somme en passe d’être atteinte puisqu’en début de semaine, les Lillois avaient déjà réunis plus de 10 000 €.

Virginie Charpenet

Facebook Twitter LinkedIn Google Email
Le Civam Hauts-de-France dévoile ses formations pour l’automne
Le Civam (réseau des centres d’initiatives pour valoriser l’agriculture et le milieu rural) vient de dév [...]
Lire la suite ...

La foire de l’ail de Locon annulée, mais la vente maintenue
La foire de l’ail de Locon (62) n’aura pas lieu, à cause des restrictions sanitaires. Mais une vente d&rsqu [...]
Lire la suite ...

Abattoirs : le conseil scientifique Covid-19 suggère un dépistage systématique des salariés
Dans son avis publié le 3 août 2020, le Conseil scientifique Covid-19 suggère qu’en cas d’« alerte épidémiolo [...]
Lire la suite ...

En image : des ananas transitent de l’Equateur à Dunkerque
Le 3 août 2020 au matin, 400 tonnes d’ananas ont débarqués à Dunkerque avant d’être acheminés vers les [...]
Lire la suite ...

Bonduelle sauve la mise malgré la crise
Le groupe Bonduelle affiche une progression de son chiffre d’affaires 2019-2020 de 2,8 % à 2,85 millions d’ [...]
Lire la suite ...

124 communes reconnues en état de calamité pour excès d’eau : la liste
Les exploitations du Boulonnais et du Calaisis, dont les parcelles ont reçu des trombes d'eau à l'automne, peuvent pr [...]
Lire la suite ...

Au cœur des terres

#terresetterritoires